Infox et Coronavirus Covid-19 : une relative contagiosité ?

« L’erreur ne se propage, ne s’amplifie, ne vit enfin qu’à une condition : trouver dans la société où elle se répand un bouillon de culture favorable. […] La fausse nouvelle est le miroir où la « conscience collective » contemple ses propres traits. »

Marc Bloch, Réflexions d’un historien sur les fausses nouvelles de la guerre (1921)
Fake News, Pixel2013 – Pixabay.com

Bien avant l’apparition du Coronavirus Covid-19, les fausses informations les plus partagées sur la toile étaient déjà celles relatives à la santé (vaccination, SIDA, menstruations, cancer, alimentation, médecines alternatives…), un sujet de préoccupation universel, souvent lié à des expériences personnelles et propice aux angoisses, dont le partage est en outre socialement peu risqué. Mais le Covid-19 les a brutalement propulsées sur le devant de la scène numérique mondiale. L’épidémie actuelle s’accompagne ainsi d’une « infodémie » sans précédents, une épidémie d’informations basée essentiellement sur la propagation de rumeurs et de fausses informations, mais aussi sur l’inflation de produits journalistiques, rejoignant ainsi le phénomène déjà connu d’infobésité et semant le trouble dans l’opinion publique. L’OMS identifie ce phénomène comme un problème majeur, susceptible d’entraver les réponses à la véritable épidémie. Il faut dire que le cocktail est particulièrement expositif : angoisse face à une maladie inconnue, peur face à sa vitesse de propagation, incompréhension face aux mesures prises par les autorités, désarroi face à une communication officielle erratique. Les ingrédients ne sauraient être meilleurs, ce que confirme Hélène Romeyer, spécialiste des médias : « Tout est donc réuni pour favoriser la désinformation et les rumeurs : on ne maîtrise pas le virus, on ne le comprend pas complètement, il vient d’un pays qui n’est pas transparent et l’usage des réseaux sociaux est très développé. L’explosion de l’offre et des outils médiatiques fait que cela prend très rapidement une proportion très importante. »[1] On a ainsi vu déferler une véritable « infodémie », d’une ampleur certes inédite (à la mesure de la pandémie actuelle) mais prévisible (pour les raisons évoquées ci-dessus). Cet article souhaite faire un bref point sur la situation en France : forme, typologie, conséquences et moyens de vérifier et de limiter les infox.

Quelle charge virale en France ? Les différents types d’infox

La méthodologie s’appuie sur l’observation des principaux médias sociaux (Facebook, Twitter, Snapchat, Twitter, YouTube, WhatsApp), chaînes de SMS, de blogs et sites d’informations vecteurs d’infox en identifiant les thèmes clés relatifs à la notion d’infox. Le corpus repose sur une période allant du 6 février jusqu’au 30 mars 2020.

Dans ce contexte de pandémie, nous constatons que l’origine des infox n’est pas explicite, n’est pas validée par une institution, diffusée et relayée le plus souvent par les comptes personnels d’anonymes. Les infox prennent la forme de courts billets, de graphiques, d’images fixes détournées voire photomontées sans contexte précis (date, lieu…) et de vidéos. L’analyse des données recueillies permet de classer ces infox[2] en sept catégories principales : celles qui concernent l’origine du virus, sa transmission, la prévention, le traitement, les populations à risque, le confinement, et les intérêts cachés prétendument liés à l’épidémie.

Mélanges de bavardages spontanés et de discours calculés

Nous remarquons dans les six premières catégories des contenus qui relèvent de l’échange spontané, de la méprise ou du malentendu. Ici, l’information délivrée et partagée dans un contexte d’angoisse et de peur est erronée parce que son auteur ou le relais n’a pas vérifié sa source. Il s’agit souvent d’informations « hors-sol » sorties de leur contexte, de généralisations, de bavardages[3] hâtifs ou/et d’interprétations subjectives présentées comme des faits. L’émetteur est un anonyme qui publie de façon individuelle dans un cercle bien délimité et restreint. Ce sont des amateurs ou plus exactement des « pro-amateurs »[4]. En général, leur message interpelle, questionne les autres socionautes et leur donne des conseils. Ici l’émotion prend le pas sur la réflexion dans ce contexte inédit si incertain et anxiogène. Et parfois, leur message cherche un bouc-émissaire[5]. Dans ce contexte de communication du flou et du flux ininterrompu des médias, l’inconscient domine plus que l’interprétation et la prise de recul.

La septième catégorie relève elle de l’expression de convictions plus profondément ancrées sur la politique et l’ordre du monde, que l’on retrouve aussi à l’occasion dans les six premières. Selon les émetteurs et relayeurs, ces affirmations d’opinions peuvent n’avoir qu’une simple portée déclarative (dimension identitaire du partage), ou traduire une réelle volonté de nuire. Dans ce cas, l’information délivrée est bien une tentative de désinformation intentionnelle et collective. L’individu s’exprime au nom d’un groupe clairement identifié et maîtrise les nouvelles technologies et la communication numérique (notamment les courtes vidéos). Le ton est assuré et essaie de convaincre en se basant sur des documents et des études officiels sortis de leur contexte spatial et temporel. L’auteur utilise des mots scientifiques, nomme, dénonce et accuse les personnes, avance des lieux et des dates. Ces billets et vidéos sont plus travaillés et proposent un récit narratif et scénarisé qui se rapproche du narratif complotiste. L’objectif est de promouvoir une vision unilatérale et de fustiger en particulier les médias traditionnels, les experts et le gouvernement français.

Mais dans ces sept catégories[6], on note comme Tristan Mendès-France, un point commun : « les témoignages individuels pèsent parfois plus lourd que les discours d’expertise »[7]ou qu’une démonstration argumentée[8].

Une viralité avérée et des contre-mesures collectives exceptionnelles

Le faux circule plus vite que le vrai. Cette règle a été confirmée par plusieurs études, dont une récente du MIT : « En moyenne, il faut six fois plus de temps au vrai qu’au faux pour toucher 1500 personnes. Et vingt fois plus de temps pour atteindre les dix nouveaux départs de retweets. La profondeur des cascades du faux s’avère bien plus importante que celle du vrai : le 1% des cascades de faux les plus diffusées se propage rapidement vers 1000 à 100 000 personnes. Les retweets de fausses informations sont en moyenne beaucoup plus nombreux que ceux des informations vraies. »[9]. La vitesse de propagation d’une infox via les médias sociaux est donc bien réelle et la mondialisation des réseaux entraîne une diffusion planétaire extrêmement rapide. Par ailleurs, le volume de fausses informations généré par la pandémie actuelle est énorme et dépasse tout ce qui a été vu jusqu’à aujourd’hui[10].

Face à cette situation inédite, les réactions des acteurs de l’information se sont multipliées et font parfois preuve d’une certaine inventivité. Devant la difficulté à vérifier un aussi grand nombre d’informations, une initiative de fact-checking collaboratif a été mise en place dès le 24 janvier[11] et les cellules mettent de côté les relations de concurrence pour mieux lutter contre la désinformation et remplir ce qu’elles considèrent comme une mission d’intérêt public. Les géants du numérique multiplient les mesures exceptionnelles : publicités gratuites pour l’OMS et création d’un « centre d’information » sur Facebook[12], encart d’aide et informations officielles en tête de résultats Google pour toute recherche sur le virus, mise en place de procédures spécifiques sur Wikipédia, déploiement de dispositifs ad hoc par les médias professionnels, qui signent « le grand retour des fonctions pratique et sociale des médias »[13] (newsletters dédiées, éditorialisées et gratuites, infographies, animations, vidéos, etc.), blocage des annonces liées à la vente de matériel médical ou de toute substance sur les sites de commerce, stratégies de communication innovantes des autorités (compte de l’OMS sur TikTok, appel des gouvernements suédois et québécois à des influenceurs pour toucher les jeunes[14], etc.). Bref, sur le front des infox, c’est en apparence l’union sacrée et la recherche de solutions adaptées. Or, si elles se déploient simultanément et aspirent toutes à garantir la fiabilité des informations transmises sur le Covid-19, ces initiatives n’ont pas les mêmes objectifs selon les acteurs et répondent à des logiques différentes qu’il conviendra d’étudier : quête de légitimité et de capital confiance pour les infomédiaires que sont les médias sociaux et les moteurs de recherche[15], reconquête d’une audience en voie de raréfaction pour les journalistes et leurs médias, efficacité de l’action publique et respect de consignes officielles pour les institutions.

Cependant, viralité et nombre d’infox ne sont que des indicateurs quantitatifs, qui ne disent rien de la réception. Quels sont l’impact réel et les effets des infox[16] sur l’opinion publique ? Dans Culture numérique, Dominique Cardon nous rappelle qu’il est important d’étudier la manière dont les infox sont reçues et commentées par les individus dans les environnements pluriels de la vie sociale : « On a l’impression que les gens sont juste agrippés à Facebook, alors qu’ils ont évidemment de nombreuses autres sources d’information. Ils ont des réseaux relationnels et interagissent avec une multitude de personnes, ils utilisent l’information pour faire autre chose que s’informer : pour discuter, se montrer, parader, faire rire, provoquer. Donc nous avons besoin de réinscrire ce contexte social pour mieux comprendre comment fonctionnent ces affaires. »[17] Il faut donc relativiser, contextualiser et nuancer, mais non minimiser, car les dangers sont bien réels.

Impact et dangers

La propagation des infox sur le Covid-19 présente plusieurs dangers, à des degrés certes divers selon les zones géographiques[18], mais qui concernent potentiellement tous les pays :

Les infox relatives aux moyens de se protéger et de se soigner (catégories 2, 3 et 4) entraînent plusieurs risques sanitaires : adoption de remèdes qui s’avèrent néfastes (pour lutter contre le Covid-19, 70 personnes ont bu un remède à base d’alcool et en sont mortes en Iran), alimentation du trafic de médicaments qui, falsifiés, mal conservés et/ou consommés peuvent faire plus de victimes que la maladie elle-même[19], risque de pénurie de certains médicaments, au détriment de ceux qui ont besoin de ces traitements pour d’autres affections (en Afrique de l’Ouest – Burkina Faso, Sénégal – et en Afrique centrale – Cameroun -, les réserves actuelles de chloroquine sont quasi vides[20]). Les catégories 1, 5, 6 et 7 présentent en revanche plutôt des risques politiques et sociaux : violences à l’égard de groupes identifiés comme responsables de la propagation du virus, augmentation de l’anxiété pouvant provoquer ou aggraver des troubles psychiques et/ou entraîner des comportements dangereux (violences intrafamiliales, agressions, conduites addictives, suicides).

Mais ce qui est certain, c’est que toutes nuisent à l’espace public : elles contribuent à brouiller les messages déjà complexes et fluctuants en cette période de crise et à surcharger des flux informationnels déjà massifs, voire excessifs[21]. Par leur forte charge émotionnelle, elles accaparent l’attention et peuvent détourner des informations pertinentes et de l’indispensable réflexion[22]. Enfin et surtout, elles participent à la décrédibilisation des autorités et à la déstabilisation générale : les infox se nourrissent depuis longtemps de la défiance envers les discours officiels (des responsables politiques, des institutions et des médias) et la parole des experts. Leur prolifération menace d’instiller une méfiance permanente, au point que les individus deviennent indifférents à tout et n’aient plus envie de s’engager. « Quand tout le monde vous ment en permanence », soulignait la philosophe et politologue Hannah Arendt (1974), « le résultat n’est pas que vous croyez ces mensonges mais que plus personne ne croit plus rien. Un peuple qui ne peut plus rien croire ne peut se faire une opinion. Il est privé non seulement de sa capacité d’agir mais aussi de sa capacité de penser et de juger. Et avec un tel peuple vous pouvez faire ce qu’il vous plaît. ». Ce qui pour H. Arendt ouvrait la voie au totalitarisme, et qui aujourd’hui pourrait accélérer le scénario de la plongée dans le chaos.

Pour le moment, en France, l’infodémie ne semble pas augmenter la panique de façon significative et ne s’accompagne pas de comportements problématiques massifs, même si on signale déjà des incidents liés à la prise de chloroquine[23] ou des réactions d’hostilité envers des soignants[24].

Prescription : une dose de prise de recul et des bêta-bloquants pour le temps réel

On assiste ces dernières années à une plus grande défiance vis-à-vis de l’information proposée par les médias, les experts et les scientifiques. Or, avoir un esprit critique n’implique pas de remettre en question la vérité scientifique : la science se construit pas à pas, en s’appuyant sur des faits établis par une démarche rigoureuse. L’être humain est limité – dans l’espace, dans le temps, et par ses sens. Il ne peut que déléguer sa confiance pour augmenter ses connaissances. C’est ce lien de confiance qu’il faut rétablir… ce qui est difficile puisque cette démarche nécessite de s’interroger sur ses propres biais – culturels, religieux, ou encore idéologiques – pour mieux les déconstruire. En règle générale, « il faut se méfier de ce qui nourrit nos propres angoisses et nos convictions » (Olivier Ertzscheid)[25], et donc s’interroger avant de liker, copier/coller ou partager une information.

Pour cela, il est indispensable de développer de bonnes pratiques informationnelles, de distinguer fait et interprétation, d’apprendre aux jeunes et aux moins jeunes à analyser la fiabilité des sources et à comprendre le fonctionnement des médias actuels et du monde numérique (selon une nouvelle étude américaine récente, les internautes âgés de plus de 65 ans ont tendance à partager plus de fausses informations sur Facebook que les utilisateurs plus jeunes). Il s’agit de donner les clés pour mieux repérer et comprendre les informations fausses, erronées ou trompeuses avec des méthodes et des exemples concrets qui éduquent au sens critique et au débat constructif en ligne. L’éducation aux médias est donc essentielle. Mais il ne faut pas, pour autant, rejeter la responsabilité sur le seul usager : le travail d’un intermédiaire restera toujours indispensable pour alerter, contextualiser et recadrer. La plupart des médias proposent aujourd’hui des rubriques de fact checking destinées à vérifier la véracité et l’authenticité d’une information. Et lorsque le président américain raille le réchauffement climatique face à la vague de froid polaire qui déferle sur les États-Unis, fin janvier 2019, l’expertise est nécessaire pour rappeler qu’il ne faut pas confondre climat et météo. La communauté scientifique a aussi un rôle à jouer pour diffuser et remettre les savoirs et les connaissances au centre du débat public. Cet effort collectif relève bien de la responsabilité de chacun d’entre nous.

Nous constatons ainsi à travers cette courte étude (réalisée dans l’urgence) qu’il y a bien un phénomène d’infodémie rapide en France, mais que son impact semble pour l’heure relatif. D’autres études à venir permettront bien évidemment d’approfondir ce constat provisoire et partiel, et de le comparer avec la situation dans d’autres pays. Relativiser cet impact ne signifie cependant pas laisser le champ libre aux infox, car leurs dangers et leurs effets néfastes sur l’espace public sont bien réels. Lutter contre leur propagation, tout comme celle du virus, relève de notre responsabilité individuelle et collective.

Contre l’infodémie, adoptez quelques « gestes barrières » salutaires

Face à une nouvelle information, quelques réflexes s’imposent :

1. A-t-elle été déjà vérifiée par des fact-checkeurs ?
Vous pouvez utiliser le #CoronaVirusFacts sur les médias sociaux ou consulter les principales rubriques de fact-checking françaises :

ou encore la base de données de l’IFCN (en anglais) https://www.poynter.org/ifcn-covid-19-misinformation/

2. Est-elle conforme aux informations fournies par les autorités de santé[26] publique ?

3. Quelle est sa source ? Est-elle fiable ? Vérifiable ?

4. Dans le doute, ne « likez » pas et surtout ne partagez jamais !


Cécile Dolbeau -Bandin
(CERREV, Université de Caen Normandie)
Elsa Jaubert-Michel (ERLIS, Université )

[1] Covid-19 : « La médiatisation tend aujourd’hui à céder un peu plus à la panique », entretien avec Hélène Romeyer, ina, la revue des médias, 9 mars 2020, https://larevuedesmedias.ina.fr/covid-19-coronavirus-la-mediatisation-tend-aujourdhui-ceder-un-peu-plus-la-panique

[2] Cette liste n’est pas exhaustive.

[3] Cardon Dominique (2019). Culture numérique. Les Petites humanités. Presses de Science Po.

[4] Flichy Patrice (2010). Le sacre de l’amateur. Sociologie des passions ordinaires à l’ère numérique, Seuil Paris, .

[5] Morin Edgar (1969). La rumeur d’Orléans, Seuil, Paris.

[6] En recensant les infox dans d’autres pays, on s’aperçoit que l’on retrouve ces 7 catégories mais leur contenu est bien évidemment à mettre en relation avec le contexte du pays (historique, économique, religieux, culturel, politique, géopolitique…).

[7] Mendès-France Tristan (2020). « Infodémie » autour du coronavirus », entretien, février 2020, https://www.lci.fr/sante/infodemie-autour-du-coronavirus-le-temoignage-individuel-pese-plus-lourd-que-le-discours-d-expertise-2146485.html

[8] Merzeau Louise (2017). Les fake news, miroir grossissant de luttes d’influences, ina, La revue des médias.

[9] https://www.lemonde.fr/blog/huet/2018/03/08/sur-twitter-le-faux-plus-fort-que-le-vrai/

[10] https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1498189/coronavirus-desinformation-crise-fausses-nouvelles

[11] https://www.poynter.org/fact-checking/2020/coronavirus-fact-checkers-from-30-countries-are-fighting-3-waves-of-misinformation/

[12] https://www.facebook.com/zuck/posts/10111615249124441

[13] http://mediaculture.fr/coronavirus-les-meilleurs-formats-et-pratiques-medias/ ; cet article recense les multiples initiatives et innovations des médias.

[14] https://www.lefigaro.fr/international/coronavirus-rasmus-l-influenceur-danois-qui-relaye-les-consignes-vers-la-jeunesse-20200322, https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1671612/artistes-personnalites-influenceurs-appel-gouvernement-legault-coronavirus

[15] Sur le caractère problématique du positionnement des GAFAM, voir le blog d’Olivier Ertzscheid : https://www.affordance.info/mon_weblog/

[16] https://www.meta-media.fr/2018/09/07/fake-news-pres-de-la-moitie-des-francais-accusent-les-medias-de-les-induire-en-erreur.html

[17] « Fake news : On ne sait pas très bien comment mesurer leurs effets », entretien avec Dominique Cardon, avril 2019, ina, La revue des médias, URL : https://larevuedesmedias.ina.fr/fake-news-ne-sait-pas-tres-bien-comment-mesurer-leurs-effets

[18] https://theconversation.com/la-mondialisation-des-infox-et-ses-effets-sur-la-sante-en-afrique-lexemple-de-la-chloroquine-134108

[19] https://sante.lefigaro.fr/article/contrefacon-de-medicaments-des-centaines-de-milliers-de-morts-chaque-annee/; https://www.liberation.fr/planete/2019/03/03/de-vrais-morts-pour-de-faux-medicaments_1712804

[20] Ces fausses informations sur la chloroquine entièrement dépourvues de fondement, au moment où nous écrivons cet article, pourraient peut-être résulter d’informations s’avérant exactes dans un futur proche.

[21] La couverture médiatique de l’épidémie fait l’objet de nombreuses interrogations, sur sa forme, son contenu et sa fréquence : https://www.letemps.ch/opinions/coronavirus-colonise-medias-conversations-saturation-guette

[22] https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/03/11/jacky-isabello-communiquer-sur-le-coronavirus-un-defi-en-pleine-crise-de-l-attention_6032556_3232.html

[23] https://www.lanouvellerepublique.fr/a-la-une/chloroquine-l-ansm-alerte-sur-de-possibles-effets-secondaires-graves-apres-trois-deces

[24] https://www.bfmtv.com/societe/coronavirus-des-soignants-rejetes-par-leurs-voisins-a-cause-de-l-epidemie-1881968.html

[25] https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/loire-atlantique/coronavirus-nantes-n-echappe-pas-aux-fake-news-1619957a-6d30-11ea-8c90-8c4540159bf3

[26] Cf. OMS, https://www.who.int/fr


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search