Vacance italienne

Francesco Hayez Le baiser, 1859  (Pinacothèque Brera Milan)

J’avais  prévu de faire pour la MRSH un compte-rendu des rencontres préparatoires au colloque international Passeurs. La culture italienne hors d’Italie, programmé pour la fin août 2020 à Buenos Aires. Le colloque est reporté à 2021 (cf. Présentation du colloque), pour autant les rencontres ont permis de présenter des interventions relatives à ce projet (cf. programme) et d’élaborer un important programme de communications à l’UBA (150 env.) émanant de chercheurs italianistes de tous les continents. Depuis le monde s’est refermé,  l’idée d’envisager des déplacements internationaux de grande ampleur est devenue saugrenue. (Université de B. A. fermée jusqu’en août 2020). Notre projet de diffusion de la culture italienne a momentanément perdu de son actualité, il s’est retrouvé en vacance. Le titre de ce petit « billet » reprend à dessein le terme de vacances car c’est celui qui a surgi, dès l’annonce de la fermeture officielle de nos établissements : un soupçon de vacances s’est fait jour et sans surprise à l’encontre des enseignants ; le sentiment général, qu’il s’agisse des medias, des instances politiques ou des réseaux sociaux, étant qu’un enseignant ne travaille que lorsqu’il fait cours en présentiel. Ce qui limite de facto considérablement la portée de notre implication et l’ampleur de nos tâches…

La notion de vacance s’applique désormais à l’Italie elle-même. La vacance correspond à une période d’interruption de l’activité, ce qui paradoxalement induit une forme nouvelle de « disponibilité », elle  appelle à pourvoir une charge qui n’est plus assurée. Le phénomène, aujourd’hui mondial, est allé crescendo, ce qui se préparait pour la France était en germes en Italie, sonnait comme un avertissement sinistre et solennel plus ou moins audible. En tant qu’italianiste, je suis restée en contact étroit avec mes interlocuteurs transalpins – connaissances, collègues, copains, amis, parents, les frontières entre ses différents statuts se sont d’ailleurs brouillées au fil du temps et au rythme de la propagation de l’épidémie. Les historiens rappellent que l’Italie a souvent été considérée comme « le laboratoire », notamment politique, de l’Europe : soulignant par-là combien la nation italienne a pu faire fonction de terrain d’expérimentation. L’adage s’est tristement vérifié, ce qui s’est produit en Italie s’est avéré être un sombre prélude à une catastrophe qui s’annonçait. Soulignons le fort parallélisme des situations, des réactions, des commentaires : nous avons suivi en France la même voie, celle de la désinvolture, de l’incrédulité puis de l’inquiétude et finalement de l’effroi. Enfermement, pénuries réelles ou phantasmatiques, marché noir, révoltes : autant de sujets d’étonnements qui sont devenus nos réalités.

La lettre de Cristina Comencini, intitulée « Chers cousins français », en forme de mise en garde bienveillante, souligne justement la proximité des peuples cousins, désormais physiquement séparés. Mes échanges avec les chercheurs italiens ont d’abord été réduits à l’essentiel : come va? ; ils ont porté ensuite sur les questions pratiques, sur nos échanges maintenus virtuellement ou laissés en jachère. Ces liens nous sont apparus d’autant plus précieux qu’ils étaient soudainement menacés. Le temps de la conversation est venu ensuite pour tenter de trouver un sens à cet événement en apparence inouï, d’autant qu’il existe en Italie une tradition littéraire de l’épidémie. Le Décaméron de Boccace a été largement convoqué. Rappelons que le recueil de nouvelles se propose d’instituer, en période de  peste, un régime au sein duquel une compagnie choisie s’assemble et s’isole pour réinventer un monde idéal et vertueux. Ce temps de « réclusion » est mis à profit pour repenser l’essentiel, au gré des récits qui sont autant de sources de réflexion pour préparer le monde d’après. La figure de « l’untore » (qui répand la contagion) du plus célèbre des romans de la littérature italienne,  Les fiancés  de A. Manzoni, s’offre comme une variation sur la question de l’origine, potentiellement coupable, de la pandémie, la quête du fameux  « patient zéro ». À ces références canoniques, ajoutons une invitation à lire le Todo Modo de L. Sciascia qui conjugue les thèmes de la clôture, du complot et de la violence des puissants ou à se plonger dans Le Désert des Tartares de D. Buzzati dans lequel l’isolement est à la fois métaphore d’un rétrécissement de l’espace et d’une vertigineuse dilatation du temps. Ce qui nous ramène à la notion de vacuité.

Brigitte Poitrenaud-Lamesi
Laslar, Université de Caen Normandie


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search