Lecture sociologique du Covid19 au début du printemps 2020

Coronavirus, Engin_Akyurt, pixabay.com

Pour le sociologue, la pandémie de Covid19 est un révélateur, un laboratoire d’expérimentation grandeur nature de nombreux traits de notre société, aussi mon propos relèvera-t-il du patchwork plus que de l’analyse structurée et étayée. Ce que cette crise montre est fort diversifié : solidarités (entraides diverses et manifestations de soutien en direction des soignants…) mais aussi égoïsmes (bousculades dans les commerces, masques volés ou vendus au noir, l’autre considéré comme une menace…), normes d’hygiène et de distance interindividuelle de précaution régulièrement transgressées, etc.

 Les vertus de la relocalisation de l’économie face aux catastrophes écologiques apparaissent en creux, tout comme celles de l’apprentissage de la lenteur dans ce monde d’accélération et celles d’un air devenant plus respirable avec la circulation qui diminue. Le grand public constate aussi les conséquences du manque de personnels dans les hôpitaux – tant les urgences que les services de réanimation en souffrance chronique depuis des années –, les fonctionnaires étant la principale variable d’ajustement des mesures visant à réduire les déficits budgétaires. On assiste également à des abus de pouvoir des autorités ou des dirigeants économiques et politiques. Ce sont ces derniers qu’il semble le plus utile de commenter un peu plus en détail car leur capacité d’action ou d’inaction (manque de masques et de tests) est plus large que celle de la population.

Côté économie, on note la volonté de profiter de la crise sanitaire : le patronat impose des congés pour RTT en ce moment et tente de contraindre les salariés à de pauvres vacances obligatoirement enfermées. Sanofi – liée à des intérêts étasuniens – propose 130 millions de doses de  Chloroquine en France et, comme tous les appareils technocratiques, se sert des médias pour assurer une publicité gratuite et lancer la demande. L’État français a officiellement adoubé la stratégie du laboratoire en développant des essais cliniques. Si le médicament se mondialise, ce sont des milliards d’euros de bénéfices que Sanofi engrangera, sans que l’on sache encore l’efficacité réelle du médicament. Les autres grands appareils technocratiques du secteur, les concurrents tels que Novartis, Bayer ou Teva, sont à la même enseigne et donnent des doses pour lancer un marché, susceptible de devenir très rentable à court-moyen terme, selon la logique de production de la demande qui caractérise les grands groupes industriels…

Côté politique, ce sont les normes édictées pour le confinement qui sont quelquefois incohérentes. Quelle est la logique de la fermeture des marchés de plein air alors que les super et hyper marchés couverts restent ouverts ? Comment peut-on confirmer les municipales puis annoncer le confinement de la population presque le même jour ?

L’enfermement à domicile produit, en particulier chez ceux dont le logement est petit, de l’agressivité et du stress qui conduisent à une diminution des défenses immunitaires. Dans ces conditions, l’empêchement de faire du sport à l’extérieur – exutoire gratuit le plus efficace – apparaît comme irrationnel et contre-productif. L’essentiel sanitaire étant la distance (entre non cohabitants), il y a lieu de se demander en quoi marcher ou courir sur une plage, seul ou à plusieurs (à distance, avec d’éventuels contrôles par drone), favoriserait la contamination… Or les interdictions de fréquenter les plages ou les parcs et la limitation du mouvement à un km du domicile sont officielles et risquent fort de faire « craquer » psychologiquement de nombreuses personnes.

Ce type de mesures arbitraires ne peut que créer d’importants problèmes sanitaires et de cohabitation (y compris dans les couples), tout en occasionnant des transgressions de normes – qui se multiplieront à l’arrivée des beaux jours – et donc d’autres risques de contamination. D’autant plus que le sentiment d’injustice ou d’incohérence croissent. Si les chiens, dont la promenade quotidienne devient un sauf-conduit, peuvent sortir avec leur maître, pourquoi le jogger ou le cycliste ne pourrait-il faire usage de l’espace public en guise d’exutoire ? Pourquoi la Belgique autorise-t-elle le sport ou la promenade, sans limites spatiales, à condition de ne pas s’agglutiner ? Les très rationnels Allemands encouragent la pratique individuelle du vélo – qui ne contamine personne si l’on garde les distances –, à la fois pour favoriser la détente (contre le stress) et le bon état de voie respiratoires, mais la France le proscrit. Quelle est la logique de cette interdiction ?

Il est possible de concilier nécessaire protection sanitaire et libertés individuelles encadrées qui, loin de l’altérer, la rendront plus efficace si les habitants acceptent mieux des contraintes considérées comme plus cohérentes ou justes et, en conséquence, transgressent moins les normes.

Salvador Juan
Professeur. de sociologie
Cerrev, Université de Caen Normandie


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search