Confinement et arrêt de l’économie. Quelles perspectives ?

Economie, geralt, pixabay.com

Sur le plan économique, la crise sanitaire que nous traversons constitue un phénomène totalement inédit non pas tant par la baisse de la production qui va obligatoirement s’en suivre que par l’origine de cette baisse. Car l’arrêt de la production ne résulte ni d’un problème de surproduction comme en 1929, ni d’un problème dans la trésorerie des entreprises comme lors de la crise des subprimes en 2008-2009, mais bien de décisions gouvernementales qui ont contraint une grande partie des travailleurs à rester chez eux. En l’absence de possibilité de télétravail, beaucoup ont en effet été obligés de cesser d’exercer leur activité. Cette disposition ne concerne évidemment pas les secteurs strictement indispensables à la vie des habitants, tels que les fournisseurs d’eau ou d’énergie, les télécommunications, la collecte des déchets, la grande distribution et les commerces alimentaires ou la santé, ainsi que les secteurs qui sont indispensables au fonctionnement de ces derniers, comme le transport de marchandises, l’agriculture, l’industrie agroalimentaire, … et, dans la mesure où elles existent en France, les entreprises produisant du matériel pour les soignants. Certains de ces secteurs travaillent même de façon particulièrement intensive, et ce d’autant plus que le gouvernement a adopté une mesure temporaire portant de 48 heures à 60 heures la durée maximale hebdomadaire du travail.

A quelle perte de production, faut-il s’attendre dans ces conditions ? L’estimation la plus simpliste revient à associer à chaque mois de confinement une réduction du PIB d’un douzième de sa valeur annuelle, soit un peu plus de 8%, par rapport à ce qui aurait pu être attendu pour l’année 2020, soit, en retenant une fourchette large, entre 2400 et 2500 milliards d’euros. La perte de production par mois de confinement devrait heureusement être bien inférieur à 8% d’un tel montant. D’abord, comme nous l’avons préalablement montré, la production est loin d’être totalement stoppée. Les premières estimations prudentes de l’INSEE évoquent une chute de 35% de l’activité en mars, soit une baisse de production correspondant à environ 3% du PIB annuel. Ensuite, une telle crise devrait être suivi d’un fort rebond, car une grande partie des dépenses de consommation et d’investissement n’ont été que reportées et seront effectuées lorsque le confinement sera levé, à condition que les revenus des ménages soient maintenus.

Reste à savoir si les entreprises seront en mesure de répondre à ce surcroît de demande, en d’autres termes dans quelle mesure la production perdue pourra être rattrapée.  Ce rattrapage ne sera au mieux que partiel. Ainsi, pour toutes les usines qui travaillaient précédemment au maximum de leurs capacités, par exemple en 3 × 8 heures, chaque journée de production perdue l’est définitivement. Cependant, cette situation ne concerne qu’une petite partie des entreprises, la plupart d’entre elles pourront dépasser leur niveau habituel de production après la fin du confinement, à condition de disposer de suffisamment de temps de travail et, plus encore, d’avoir surmonté financièrement cette période difficile. Dans cette optique, le gouvernement a adopté une série de mesures destinées à éviter que les entreprises réduites à l’inactivité ne licencient leur personnel et ne fassent faillite.

Ces mesures consistent dans différents reports de charges (loyers, impôts, …), l’extension du dispositif de chômage partiel et une garantie de l’État pour des prêts bancaires. La mesure de chômage partiel donne la possibilité aux entreprises de faire financer par l’État les salaires des employés inoccupés. Cette aide s’élève à 70% du salaire brut (soit 84% du salaire net) et même à 100% pour les travailleurs rémunérés à hauteur du SMIC. Elle a pour objectif d’éviter que les entreprises qui ne peuvent exercer leur activité, ne se séparent de leurs salariés. Le coût de cette mesure, estimée à environ 4 milliards par mois, sera compensée par l’absence de l’explosion des allocations chômage qui aurait suivi une vague de licenciements, telle qu’elle est par exemple observée aux États-Unis. L’ensemble de ces mesures devrait permettre un redémarrage rapide de l’activité économique après la fin du confinement, les entreprises qui auront conservé leurs salariés, pourront répondre immédiatement à la demande de consommateurs qui dépenseront d’autant plus qu’ils auront conservé leur emploi !

Isabelle Lebon et Vincent Merlin
CREM UMR 6211 CNRS, UNICAEN


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.