« La représentation » – Retour sur la séance du 11 mars du séminaire d’Identité et Subjectivité

Mercredi 11 mars 2020 avait lieu à la Maison de la Recherche en Sciences Humaines l’avant-dernière séance du séminaire annuel d’Identité et Subjectivité, et la dernière conférence sur « La représentation » avant les épreuves d’admissibilité de l’agrégation externe.

Crédit : Laurent Clauzade

L’agrégation de philosophie est traditionnellement adossée à la recherche : les cours d’agrégation sont toujours, pour un enseignant-chercheur, des moments où recherche et pédagogie sont en parfaite adéquation. On sait, par exemple, combien le cours de Merleau-Ponty sur Matière et mémoire de Bergson, à l’occasion d’un programme d’agrégation, fut décisif pour le développement de sa philosophie. Plusieurs membres d’Identité et Subjectivité déposent ainsi leurs cours d’agrégation dans la collection Hal de leur équipe. Autant qu’un cours de master, un cours d’agrégation est un lieu de formation à la recherche par la recherche. L’après-midi du 11 mars 2020 correspondit parfaitement à cette tradition philosophique de l’université française. Elle était consacrée à des corpus peu traités dans le cursus académique classique, tout en étant essentiels pour le traitement de la représentation dans l’histoire de la philosophie : le corpus médiéval, et l’œuvre de Maine de Biran.

JohnDunsScotus – Domaine public

Olivier Boulnois (EPHE), historien de la philosophie médiévale et spécialiste de Duns Scot, consacra sa communication à l’archéologie médiévale du questionnement kantien sur la représentation. Poser la question de la vérité en termes de représentation n’a rien de naturel : c’est un « artefact philosophique issu d’une longue sédimentation historique », comme l’expliqua Olivier Boulnois. L’origine de ce questionnement se trouve dans la double définition de la vérité chez Avicenne, comme adéquation de la chose à la représentation dans l’intellect divin d’une part, et comme adéquation de la représentation dans l’intellect humain à la chose d’autre part. En ce sens, la représentation mentale dans l’intellect humain est une représentation de représentation, dont la vérité est garantie par la Vérité même qu’est Dieu. Olivier Boulnois montra comment, par la médiation entre autres de Duns Scot, la question de la vérité fut définitivement reformulée en termes de représentation.

Maine de Biran – Domaine public

Anne Devarieux (Unicaen), spécialiste internationalement reconnue de Maine de Biran, expliqua la critique de la représentation par cet auteur si important pour l’histoire de la philosophie française. Inventeur du concept de « corps propre », sans lequel la phénoménologie merleau-pontyenne et henryenne n’existerait pas, Maine de Biran souligne que nous n’avons pas une connaissance représentative de notre corps. Le corps propre, comme le sentiment de l’effort, sont connus de manière non représentative. L’originalité de Maine de Biran n’est pas de souligner qu’il existe une connaissance par sentiment : Malebranche parlait déjà de la connaissance que l’âme a d’elle-même par sentiment. Mais selon Maine de Biran, cette connaissance par sentiment n’est pas confuse : le fait primitif a son évidence propre. La critique biranienne de la représentation va ainsi de pair avec une critique du langage : penser, ce n’est pas manipuler des signes. Mais Biran produit également une théorie originale de la représentation, en distinguant par exemple la représentation passive et la représentation active.

Plus de vingt personnes assistaient à cette séance de séminaire : chercheurs titulaires et associés de l’équipe Identité et Subjectivité, enseignants de philosophie, étudiants de master et agrégatifs – sans compter les agrégatifs à distance qui écoutèrent l’enregistrement des conférences sur ecampus dans le cadre de la préparation comodale à l’agrégation. Les questions de la salle portèrent sur les liens et déplacements conceptuels entre les auteurs étudiés le 11 mars, et les auteurs étudiés lors des séances précédentes. Ainsi les discussions constituèrent-elles une conclusion générale à l’ensemble du séminaire annuel. Son objectif — qui était de lier préparation au plus difficile concours de philosophie en France, formation à la recherche, et recherche — a été parfaitement accompli.

Maud Pouradier
Identité et subjectivité
Université de Caen Normandie


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search