Modernité de l’antique : “Il Vantone”, une variation pasolinienne 

Portrait de Pier Paolo Pasolini © Pubblico dominio

par RAPHAELLE HËROUT (LASLAR)

Le LASLAR et le CRAHAM (UMR CNRS 6273) ont consacré une journée d’études au texte Il Vantone di Plauto de Pier Paolo Pasolini, écrivain, poète, journaliste et réalisateur italien (1922 – 1975). Elle s’est déroulée le 14 mars à la MRSH. Responsables scientifiques : Marco Borea, Rosana Orihuela et Raphaelle Hérout.

Lorsqu’en 1961 Pasolini répond favorablement à la demande de Vittorio Gassman de traduire en italien la comédie de Plaute Miles gloriosus (Le soldat fanfaron), il réalise bien plus qu’une œuvre de traduction. Il traduit, adapte et modifie ce texte jusqu’à le faire sien. Aujourd’hui, Il Vantone di Plauto est donc bel et bien un texte de Pasolini, et pas seulement une version moderne d’un texte ancien.

C’est à ce texte, jamais traduit en français, que nous avons consacré une journée d’études, afin de réunir différentes lectures et divers regards sur ce texte résolument moderne dans l’œuvre de Pasolini : ce croisement de lectures a ainsi permis de resituer les enjeux de cette variation pasolienne du texte de Plaute.

Leopoldo Gamberale, professeur de philologie émérite de l’Université La Sapienza, spécialiste de la relation liant la comédie plautinienne à la version de Pasolini, a ouvert la journée par une réflexion d’envergure portant sur l’histoire des traductions du Vantone de Plaute en italien. Réapproprié par différents auteurs à différentes époques, ce texte s’est à maintes reprises transformé et l’histoire de ces  traductions successives éclaire la version qu’en a réalisée Pasolini.

À partir de cette vision panoramique, différents intervenants se sont attachés à faire ressortir l’héritage antique assumé par Pasolini. Andrea Cerica a ainsi retracé le lien qui relie les expériences latines de Pasolini et sa passion pour le latin aux cours de Coppola et aux lectures de Lucilius, alors qu’Antoine Foucher livrait une analyse métrique du texte de Plaute qui permet d’interroger le devenir de certaines formes précises dans le texte de Pasolini.

Paolo Lago a, quant à lui, procédé à des analyses linguistiques et stylistiques montrant la métamorphose du texte latin en italien et les nécessaires transpositions d’un système linguistique à l’autre, métamorphose qu’il choisit de nommer sous le terme d’« actualisation » pour insister sur la lecture moderne que réalise Pasolini.

L’après-midi a été consacrée à des questions d’ordre politique, visant à comprendre comment Pasolini fait dialoguer des références antiques avec ses préoccupations sociales actuelles.

Vincent d’Orlando a mis en évidence les liens entre cette réécriture de Plaute et les romans Les ragazzi et Une vie violente presque contemporains, en insistant sur le fait que Il Vantone se situe à une époque charnière de la vie du poète, dans laquelle la tentative d’atteindre le sous-prolétariat aboutit à une amère désillusion.

La communication de Vanessa de Pizzol a mis au jour le procédé adopté par Pasolini dans toutes ses réécritures et traductions, à savoir celui de la « transposition créatrice », qui met en œuvre un univers actuel dans l’œuvre antique, transforme l’essence du texte de départ en le réadaptant à l’univers ciblé par Pasolini, le monde populaire des borgate romane. Marco Borea a voulu insister sur la récupération des formes métriques et rythmiques anciennes dans la réécriture de Plaute : le squelette rythmique devient un compromis pour concilier la forme haute, littéraire, et la forme populaire, qui emploie elle aussi le mètre.

Pour clore cette journée, Ettore Labbate a révélé aux participants le fruit de plusieurs mois de travail : la traduction en français de deux scènes de cette pièce. Entendre le texte pasolinien ainsi mis en voix a constitué un moment fort de la journée, et a suscité de nombreux débats autour des choix engagés par Ettore Labbate, débats qui ont permis de saisir les enjeux à l’œuvre dans cette traduction « au carré » qui
exige, comme l’a rappelé Leopoldo Gamberale, de traduire Pasolini et non pas Plaute tout en ayant conscience que derrière Pasolini se « cache » Plaute.

Interventions à retrouver sur la Forge numérique

 

 


Dominique Hureaux

Chargé de communication de la MRSH

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.