Présentation du laboratoire ERLIS Junior

http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/erlis/junior

Le laboratoire junior ERLIS aspire à favoriser la découverte et l’apprentissage du métier de chercheur auprès des étudiants en master et des doctorants, à encourager la prise de parole en public et à promouvoir le travail d’équipe.

Dans cette structure, l’interdisciplinarité et la transversalité, qui se situent au cœur du projet de recherche de l’équipe ERLIS, trouvent pleine concrétisation. En parfaite harmonie avec les membres seniors de l’équipe et dans le souhait de collaborer également avec d’autres laboratoires junior de l’Ecole doctorale de rattachement (HMPL ED 558), les membres actifs de notre labo font leurs premiers pas autour d’une problématique qui n’est certainement pas nouvelle (nous renvoyons par exemple aux travaux de Roger Chartier, Augustin Redondo, Pierre Civil pour ne citer que quelques noms), mais quileur permet de maintenir une certaine cohérence de perspective au sein de projets de recherche très différents. En effet, l’éventail de sujetsembrassé par les participants est très large, dans l’espace comme dans le temps (du XVIe au XXIe siècle, de la péninsule ibérique à la Russie et aux Amériques).

Le choix de la problématique se base sur une observation simple : le rôle de l’écriture n’est pas circonscrit à sa fonction d’outil de communication et d’information.

Que l’on examine l’exercice esthétique ou que l’on analyse sa dimension sociale, l’écriture est un dispositif d’expression tout à la fois intime et collectif. Pendant des siècles, elle a été la gardienne de la mémoire menacée par l’oubli : écrire est vaincre l’espace et vaincre le temps [A. Hugon, 2019]. Mais encore, l’écriture est une arme, qu’elle soit mode d’expression nécessaire des pouvoirs en place ou instrument de résistance et d’opposition aux élites dominantes. Elle encense, célèbre, justifie ; elle dénonce, critique, ridiculise. Ces usages politiques de l’écriture sont ceux qui ont retenu l’attention des membres de l’équipe. La réflexion portera, dès lors, sur :

  • Le pouvoir de l’écriture.

Ce pouvoir appartient à qui possède la capacité d’écrire et l’exerce, en pleine et consciente liberté ou pas [Petrucci, p. 823].Comment un producteur-écrivain déploie-t-il ses armes ? Quelles formes (documents diplomatiques, instructions, missives, récits de voyage, chroniques, ouvrages littéraires en prose ou en vers…) décide-t-il d’utiliser et pourquoi ?

  • Le pouvoir sur l’écriture.

L’action menée par l’autorité en place peut aller de l’incitation à la manipulation et à la contrainte, jusqu’à la suppression de la liberté d’expression et à l’adoption de la censure dans les régimes totalitaires [Petrucci, p. 823] ; l’écriture, elle-même sujette à contrôle, devient alors un des instruments de maintien de l’emprise sur les membres de la société. Il sera question d’analyser de quelle manière un écrivain se dresse en tant que fléau des princes grâce à l’art de sa plume [L’Arétin, poète et polémiste du XVIe siècle, est défini ainsi par le célèbre L. Arioste ndr] ou choisit (librement ou pas) de devenir simple prolongement de la voix d’un régime.

La réflexion embrassera les questions inhérentes au rôle des producteurs de textes au sein des sociétés dans lesquels ils opèrent, celles liées à la nature publique ou privée des témoignages, ainsi qu’aux macro et micro circuits de diffusion de ceux-ci. Une place sera également consacrée à l’étude de la littérature au second degré (ou théorie de la transtextualité) et aux paratextes, tels qu’ils sont définis par Genette dans Palimpsestes [1982] : prologues ou dédicaces, avertissements ou avant- propos, qui ne font pas partie strictu sensu de l’ouvrage, modifications apportées à une nouvelle édition, brouillons ou mots griffonnés en marge…

Responsables scientifiques : Valeria Caldarella Allaire
Membres du projet : Gemma Cataldi, Marion Duchesne, Tatévik Kharatyan, Lana Kupiec, Giulio Merlani, Julien Neuville, Anne-Lise Richard, Vasiliki Sakellariou, Louise Sampagnay

ERLIS Junior organise le séminaire « Écriture et Pouvoir » qui s’articule sur les années 2019-2020/ 2020-2021/ 2021-2022.

Il s’articulera autour des axes suivants :

  • L’écriture au service du pouvoir (nous observerons comment l’adhésion, voire l’obéissance d’écrivains, de poètes, de journalistes transforme leur œuvre en instrument dans les mains de l’autorité en place).
  • L’écriture en lutte (de quelle anière les textes participent au combat contre le pouvoir, se faisant un nstrument de résistance et d’opposition aux élites dominantes).
  • Textes et paratextes (selon la définition de Genette : prologues ou dédicaces, avertissements ou avant- propos, modifications, brouillons ou mots griffonnés en marge, on nous poussant, peut-être, jusqu’à la relation entre écriture et image dans la production écrite).

Pour l’année 2019-2020, l’axe retenu est : De l’obéissance politique : Écrire le pouvoir, écrire pour le pouvoir

Programme :


Dominique Hureaux

Chargé de communication de la MRSH

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.