« Dialogues des carmélites » – Un chef-d’œuvre au carrefour des arts

© Théâtre de Caen – Photo : Vincent PONTET/WikiSpectacle

À l’occasion de la reprise au théâtre de Caen d’une production des Dialogues des carmélites qui fit date (dir. musicale J. Rhorer, mise en scène Olivier Py), l’équipe Identité et subjectivité avait organisé une journée d’études sur le plus populaire des opéras du XXe siècle. La journée, qui se passait dans les foyers du théâtre de Caen avec l’aide technique des équipes de l’institution culturelle, rassembla soixante-dix personnes : des étudiants d’esthétique et de littérature, des collègues du LASLAR et d’Identité et Subjectivité, des professeurs du Conservatoire de Caen et leurs élèves, mais aussi mélomanes, lyricophiles et amoureux de l’œuvre de Bernanos et Poulenc.

François Anselmini, chercheur rattaché au CRHQ, spécialiste d’Alfred Cortot et de la vie musicale française du XXe siècle, exposa la trajectoire biographique de Francis Poulenc, un des grands convertis du siècle dernier. Denis Labouret, maître de conférences à Sorbonne Université et spécialiste notamment des écrivains catholiques du XXe siècle, expliqua le statut éditorial et générique difficile du texte posthume de Bernanos, connu sous le titre Dialogues des carmélites. Maud Pouradier, de l’équipe Identité et Subjectivité, présenta les infléchissements de sens induits par les coupes que fit Poulenc dans le texte bernanosien. Elle montra comment la musique transformait un drame à teneur historique en tragédie. La collaboration des techniciens du théâtre permit de faire résonner plusieurs extraits de l’opéra, dans de parfaites conditions acoustiques. Isabelle Moindrot, professeur à l’université de Paris 8 et spécialiste internationalement reconnue du spectacle lyrique à l’ère contemporaine, retraça l’histoire des mises en scène du chef-d’œuvre de Poulenc. Après la création parisienne de 1957 à l’Opéra Garnier, trois grandes périodes se dessinaient : celle de l’esthétisation, jouant sur le contraste du noir et blanc, que la célèbre mise en scène de Robert Carsen exemplifie particulièrement, celle de l’actualisation, à laquelle se rattache la mise en scène controversée de Dmitri Tcherniakov ou plus récemment de Christophe Honoré, la production d’Olivier Py et Pierre-André Weitz, créée en 2013 et reprise en 2018, signant un retour à l’esthétisation. La journée d’étude s’acheva sur un entretien avec Pierre-André Weitz, scénographe et costumier du spectacle, qui expliqua au public sa conception du travail scénographique.

Les conférences allièrent scientificité et accessibilité pour un large public. Souhaitons que de tels événements puissent se renouveler, et que de fructueuses collaborations avec les nombreux spécialistes de l’opéra de la MRSH puissent se mettre en place.

Maud POURADIER
Identité et subjectivité – EA 2129
université de Caen Normandie


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search