Les risques du transhumanisme sont-ils ceux dont on parle ?

PAR FREDERICK LEMARCHAND
(CERREV – PÔLE RISQUES MRSH)

Le 6 mars dernier, Jacques Testart, biologiste, directeur de recherche honoraire à l’Inserm, père scientifique du premier bébé éprouvette, était à la MRSH pour intervenir dans le cadre du séminaire Les limites de l’humain. Organisée par le pôle Risques de la MRSH et le master Sociologie de l’université de Caen Normandie, cette conférence a attiré un large public venu s’ajouter aux étudiants habituels.

« On participe au développement du transhumanisme quand on ne s’interroge pas sur ce que l’on est prêt à accepter »

De quoi parle-t-on lorsqu’on parle de transhumanisme ? Aborder la question en une heure trente ne pouvait être le fait que d’un homme averti, et il le fut. Jacques Testart, jadis expérimentateur en biotechnologies de la reproduction, a fait un retour vers la pensée critique depuis L’œuf transparent dans lequel il annonçait, dans les années 80, les dérives eugénistes de la science. Vingt-cinq ouvrages plus tard, il coécrit avec Agnès Rousseaux Au péril de l’humain (Seuil), paru cette semaine, avec pour sous-titre Les promesses suicidaires des transhumanistes.

Le pari engagé par quelques scientifiques, appuyés par le congrès américain et surtout les fonds des fameux GAFAM, acronyme désignant les géants du web Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft, plus la NASA et l’armée américaine, consiste à augmenter l’humain dans ses performances purement techniques. On comprendra qu’il n’est pas question ici d’humanité ou de culture. Ce projet d’amélioration (d’une partie) de l’espèce reprend les espoirs des régimes totalitaires, notamment du nazisme, au sein de l’administration de la science des pays dits démocratiques. La science est donc, Jacques Testart l’a montré, bien autre chose que de la science : elle fait le monde dans lequel nous vivons et est, à ce titre, sociale et politique. C’est la raison pour laquelle il a créé, avec d’autres chercheurs, l’association Sciences citoyennes.

« On va tous être malades, on va tous mourir, on a tous un peu peur de ça et voilà des sorciers qui vont nous amener des solutions. Le Transhumanisme avance aussi par là. »

Lors, qu’est-ce que le transhumanisme ? « Une somme de promesses » répond le père du premier « bébé éprouvette » qu’il réalisa il y a 35 ans, des promesses qui exploitent nos peurs, la peur de la mort notamment, et notre sentiment d’infériorité face à nos machines, la fameuse « obsolescence de l’homme » énoncée par le philosophe Günther Anders. Et c’est dons dans un domaine moralement inattaquable, celui de la santé, que se déploie l’arsenal des promesses technologiques que nous sommes censés adopter sans concession, comme nous avons déjà adopté le téléphone portable.

« Quelle est la suite ? Personne ne s’interroge. C’est un peu comme lorsque l’on a commencé la FIV, il n’y avait aucune réflexion, les comités d’éthique sont arrivés un an après Amandine. » 

Dispositifs électroniques de contrôle du corps (Auto-quantification), organes artificiels (pour soigner ou pour augmenter ?), décryptage personnalisé du génome en vue de mettre en place une médecine personnalisée, cryogénisation (en attendant les miracles scientifiques promis), et peut-être un jour allongement génétique de la durée de vie, transfert de conscience sur disque dur.

« Il n’y a pas d’intelligence artificielle, ça ne fonctionne absolument pas comme une intelligence. (…) Il n’y a aucune chance que les robots nous dominent s’il n’y a pas quelqu’un qui leur apprend à nous dominer. Ce qu’il faut craindre ce n’est pas la machine, c’est celui qui fabrique une machine qui sera capable de nous réduire en esclavage. »

Jacques Testart est revenu longuement sur les limites, à la fois techniques et éthiques, qui marquent ces dispositifs, nous aidant à faire la part des choses entre ce qui existe déjà, ce que l’on pourrait réaliser à moyen terme et ce qui relève de la science-fiction mais qui permet à l’ensemble d’être désirable. L’intelligence dite artificielle ne procède que du calcul et non de l’intelligence humaine capable d’imagination.

Les conséquences sociales de ces technologies du « meilleur des mondes » sont nombreuses. Comme le sécuritarisme fait de chacun de nous un criminel en puissance, les technologies du vivant font de chaque citoyen un « patient potentiel », puis un client, qu’il faut soigner et/ou augmenter. La norme sociale se déplace entre le normal et le pathologique… et un marché de plusieurs milliards de dollars s’ouvre.

« Le transhumanisme, c’est le nouveau nom que l’on donne à l’eugénisme, avec pudeur. »

Le sport, surtout le « handisport », est le terrain d’expérimentation idéal dans la mesure où les règles anti-dopage n’y existent pas ! Mais le plus préoccupant demeure l’incapacité dans laquelle se trouvent les institutions politiques à encadrer la recherche (et donc la production technologique) : la xénobiologie joue les apprentis sorciers, introduit « pour voir » des nouvelles lettres à l’ADN, des nouveaux acides aminés synthétiques aux vingt qui constitue les protéines… On mise sur le hasard et non plus sur la maîtrise pour fabriquer le monde.

A l’heure où l’intelligence humaine diminue (le QI baisse depuis vingt ans) probablement sous l’effet des perturbateurs endocriniens qui agissent sur le cerveau de l’enfant pendant la grossesse, comme l’a montré la biologiste Barbara Demeneix, à l’heure où l’espérance de vie baisse dans les pays même les plus développés sous l’effet des polluants cancérigènes, ne serait-il pas raisonnable de commencer par s’attaquer à ces questions sur lesquelles nous pouvons agir ? Il a été montré chez les chauffeurs de taxis londoniens, qui sont des utilisateurs intensifs de GPS, que leur « hippocampe » (région du cerveau qui sert à l’orientation mais aussi à fabriquer de nouveau de neurones) est réduit à peu près de moitié par rapport à la normale.

« On n’est pas dans la recherche de vérité et de connaissances, on est dans le culte de l’aléatoire ».

L’homme augmenté ne serait-il pas, au bout du compte, un homme simplifié, comme l’a dit le philosophe Jean-Michel Besnier, parce qu’il n’aura plus rien sur quoi agir ? Ne faut-il pas reconsidérer que nous sommes et pour longtemps encore « de la nature », pour reprendre Jean-Paul Deléage, plutôt que de s’acharner à faire des hommes capables d’allaiter leur enfant, après avoir subi un traitement hormonales de plusieurs mois (cf étude américaine publiée dans Transgender Health) ?

Il nous reste à inventer une slow science, responsable et citoyenne, capable de résister à l’accélération et à l’imposition des technosciences.

« Les transhumanistes évoquent des objectifs qui hors d’atteinte (surhomme, immortalité) mais ça permet de relativiser des avancées qui sont beaucoup moins spectaculaires mais qui sont capables de nuire définitivement à notre espèce »

 

Conférence à réécouter sur la Forge numérique :
http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/forge/5164

Vient de paraître :
Au péril de l’humainLes promesses suicidaires des transhumanistes de Jacques Testart et Agnès Rousseaux


Dominique Hureaux

Chargé de communication de la MRSH

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.