De l’obéissance politique : écrire le pouvoir, écrire pour le pouvoir

Le jeudi 07 novembre, dans la salle des thèses de la MRSH, a eu lieu la première séance du séminaire interdisciplinaire « De l’obéissance politique : écrire le pouvoir, écrire pour le pouvoir », organisé par l’équipe junior du Laboratoire ERLIS.

Photo : Vasiliki Sakellariou 

En raison de la variété des sujets de recherche qui occupent les différents membres de la cellule junior, le séminaire regroupe des enseignants-chercheurs, des doctorants et des étudiants de Master qui travaillent sur des espaces et des périodes très différents : l’Europe, la Russie, les Amériques, de la Rome ancienne au XXe siècle.

Cette première édition s’insère dans le cadre d’un projet plus vaste, qui se poursuivra dans les années 2020-2021 et 2021-2022.

Avec ce projet, l’équipe souhaite apporter quelques pierres à un édifice qui, nous le savons, est déjà bien bâti : la réflexion sur l’usage politique de l’écriture (les documents exploités par les participants sont variés : documents diplomatiques, instructions, missives, récits de voyage, chroniques, romans, poèmes, feuilletons…).
Le cycle de séminaires s’articulera autour des axes suivants :

  • L’écriture au service du pouvoir (comment l’adhésion, voire l’obéissance d’écrivains, de poètes, de journalistes transforme leur œuvre en instrument dans les mains de l’autorité en place).
  • L’écriture en lutte (de quelle manière les textes participent au combat contre le pouvoir, se faisant un instrument de résistance et d’opposition aux élites dominantes).
  • Textes et paratextes (suivant la définition de Genette, la réflexion portera sur prologues ou dédicaces, avertissements ou avant- propos, modifications d’une édition à l’autre du même ouvrage, brouillons ou mots griffonnés en marge. L’équipe envisage d’approfondir également la relation entre l’écriture et l’image dans la production écrite).

Pour l’année 2019-2020, l’axe de réflexion retenu est celui de l’obéissance politique. Et c’est autour de cette thématique que s’est déroulée la première séance du séminaire. Cette rencontre a réuni un public de chercheurs affirmés, de doctorants et d’étudiants (en licence comme en master).

Nous avons accueilli Tatévik Kharatyan, membre actif du labo junior d’ERLIS, qui est en train d’écrire sa thèse Les voyages et les voyageurs soviétiques en France de la fondation de l’URSS jusqu’à sa dislocation, sous la direction de Boris Czerny. Tatévik a présenté une communication qui a pour titre Les aventures extraordinaires des écrivains soviétiques à Paris, dans laquelle, à travers des exemples concrets, elle a présenté les traits du genre littéraire du récit de voyage des années 1920-1930 en Russie et ses finalités propagandistes.

Le deuxième intervenant, Salvo Toscano, venait d’Italie. Il s’agit d’un journaliste et un romancier affirmé. Il a écrit une dizaine de romans dans les 15 dernières années, dont certains ont été traduits en anglais. Son dernier ouvrage est Joe Petrosino. Il mistero del cadavere nel barile. Lors du séminaire l’auteur sicilien a tracé pour le public les contours d’une page bien triste de l’histoire italienne, le fascisme. Avec sa communication, Le Fascisme et les intellectuels : la frontière entre adhésion et obéissance, Salvo Toscano a décrit les vicissitudes ou les succès de certains intellectuels de l’époque et montré de quelle manière ces hommes ont participé, avec leur œuvre, à nourrir la propagande du régime pendant le Ventennio (les 20 ans de dictature).

Cette première séance a été clôturée par un pot d’inauguration, pendant lequel les participants ont pu échanger et partager un moment convivial et chaleureux.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search