La représentation

Retour sur le séminaire du 20 novembre 2019 de l’équipe Identité et Subjectivité sur « La représentation ».

Les Ménines , Diego Velásquez (Musée du Prado, Madrid) – Licence CC

Le programme de l’agrégation externe de philosophie en 2020 a été l’occasion, pour l’équipe Identité et Subjectivité, de choisir pour thème de son séminaire « La représentation ». Pas de contradiction ici avec la nécessité, pour un séminaire d’équipe, d’être au cœur de la recherche philosophique contemporaine. Il serait en effet aisé de faire une histoire de la philosophie contemporaine française en prenant les programmes d’agrégation successifs comme le sismogramme de la vie philosophique. Merleau-Ponty s’y essayait déjà en 1938, dans un texte sur l’agrégation de philosophie publié dans le second tome de Parcours.

Quelle est l’actualité de la représentation ? Ils sont nombreux ceux qui, depuis Hegel, critiquent la représentation et prétendent nous en débarrasser pour de bon, voire nous mettre directement au chevet de la réalité. De ce point de vue, quelle vieille question que celle de la représentation, parfaite pour un concours. Il est probable cependant que le thème de l’agrégation ait été choisi pour ses résonances contemporaines, et non seulement historiques. Tout d’abord, des auteurs contemporains, étiquetés ou auto-désignés « nouveaux réalistes », prétendent, à la suite de Quentin Meillassoux, que la philosophie continentale comme la philosophie analytique pataugeraient encore dans le « corrélationnisme », qui n’est rien d’autre, aux yeux de l’auteur d’Après la finitude, que le « représentationnalisme » appliqué aux deux familles ennemies de la philosophie du xxe siècle. Ensuite, comme l’a souligné Jocelyn Benoist dans Éléments de philosophie réaliste, les sciences cognitives ont ressuscité la vieille bête immonde de la philosophie analytique qu’est la « représentation mentale ».

Dans ce cadre, la philosophie de l’art est précieuse : à la suite des théoriciens de l’art et des images, elle s’interroge sur une définition stricte de la représentation, et sur son mode de perception. Est-il pertinent d’utiliser ce concept pour la perception ou la reconstruction scientifique d’un phénomène ? Au-delà de l’aspect strictement conceptuel, la philosophie de l’art s’interroge également sur le mode d’être de la représentation, et sa capacité à susciter de l’être. La séance du 20 novembre du séminaire d’Identité et Subjectivité a pris ainsi la forme d’une journée d’étude qui se déroula au grand auditorium de l’ESAM.

Patricia Limodo (Rennes 2, Histoire et critique des arts), spécialiste de Roman Ingarden, expliqua le désaccord philosophique entre Husserl et son disciple polonais. Dans L’œuvre d’art littéraire, Roman Ingarden fait des entités fictionnelles des objets intentionnels ayant une certaine indépendance à l’égard de la conscience, et non réductibles à l’objet réel qu’est le livre, lequel se trouve ainsi confirmé dans son caractère non corrélatif vis-à-vis de la conscience. Les discussions portèrent sur la disparition de la réduction dans l’accès aux objets intentionnels chez Ingarden, et sur le malentendu entre Husserl et Roman Ingarden sur le concept de noème.

Laurent Buffet (ESAM, Identité et Subjectivité) partit du constat fait par les sociologues de l’art d’une esthétisation du monde capitaliste, pour défendre l’idée que les artistes contemporains et actuels les plus intéressants étaient précisément ceux qui désesthétisaient leur travail pour mieux critiquer le capitalisme. Reprenant les analyses de Lyotard sur le sublime, Laurent Buffet a montré comment cette critique pouvait prendre la forme d’un renvoi à un irreprésentable non mystique, accessible par des documents fragmentaires. Il s’appuya plus particulièrement sur la pratique d’artistes itinérants, travaillant sur l’idée de route et de chemin. Les discussions portèrent sur la question du kitsch (en particulier le sens de l’ « esthétique de supermarché » de Jeff Koons), ainsi que sur les limites d’une désesthétisation de l’art jusqu’à son auto-anéantissement.

Maud Pouradier et Laurent Buffet – Crédit Jérôme Laurent

Maud Pouradier (UCN, Identité et Subjectivité) reprit la célèbre analyse de Foucault sur les Ménines au début Des Mots et les choses pour en souligner l’étrangeté, et interroger la consistance de l’idée de « représentation de représentation ». Malgré sa difficulté, le premier chapitre des Mots et les choses vise à exemplifier l’idée, qui nous est devenue étrangère, d’une représentation qui n’est pas une interface, et renvoie d’autant mieux au réel qu’elle est distante et s’indique elle-même comme représentation. Pour mieux faire comprendre cet aspect essentiel de la représentation classique selon Foucault, Maud Pouradier fit une comparaison avec la conférence sur Manet de Tunis en 1971, publiée par Maryvonne Saison en 2001 au Seuil. Le philosophe y montre l’opacification de la représentation moderne, devenue désormais une interface (un « tableau-objet »). Les discussions portèrent principalement sur l’interprétation des Ménines par Foucault, et sur le rapport des historiens de l’art au texte foucaldien.

Les conférences de Patricia Limido et Laurent Buffet sont déjà disponibles sur la Forge numérique, et la conférence de Maud Pouradier dans la collection Hal d’Identité et Subjectivité.

Puissent les agrégatifs – et tous les amoureux de la philosophie – y approfondir leur réflexion sur la représentation !

Écouter l’intervention de Patricia Limodo : L’entre deux mondes de la vie intentionnelle selon Roman Ingarden
Écouter l’intervention de Laurent Buffet : La désesthétisation de l’art contemporain : les enjeux politiques de la représentation à l’heure du capitalisme tardif

Maud Pouradier
Identité et subjectivité
Université de Caen Normandie


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search