Léonard de Vinci en Normandie

Madonna of the Rocks (oil on panel) by Vinci, Leonardo da (1452-1519) (after); 62×45.8 cm;
Musee des Beaux-Arts, Caen, France; Giraudon; Italian, out of copyright

Les 17 et 18 octobre, le LASLAR, en collaboration avec le Musée des Beaux-Arts de Caen et la bibliothèque universitaire Pierre Sineux, a organisé un colloque international consacré à Léonard de Vinci. Ce colloque a été organisé par Brigitte Poitrenaud-Lamesi, responsable scientifique du Fonds A. Corbeau.

L’année 2019 correspond à la date anniversaire (500 ans) de la mort de Léonard de Vinci. À cette occasion de nombreux événements culturels se déroulent ou se sont déroulés en France et notamment au sein des universités. Pour ce qui concerne l’université de Caen, l’existence d’un Fonds Léonard de Vinci – de la Bibliotheca Corvina de Vincianis provenant du Legs André Corbeau – est une ressource qui a fait l’objet de travaux importants : la dernière vient d’être publiée chez Peter Lang Bern Collection Leia/ Liminaires vol.42 : Silvia Fabrizio-Costa (dir.) André Corbeau : un bibliophile et érudit entre France et Italie au nom de Léonard de Vinci., 2018.

Le colloque Léonard de Vinci en Normandie a réuni un public conséquent de chercheurs, d’étudiants et de curieux car il est le fruit d’une collaboration entre le laboratoire LASLAR de la MRSH Normandie Caen, la Bibliothèque Universitaire (BU) Pierre Sineux et le Musée des Beaux-Arts de Caen (MBA). Il portait à la fois sur le Fonds André Corbeau qui fait actuellement l’objet d’une exposition à la BU, sur les récents travaux menés sur la « langue de léonard » et sur des copies d’œuvres de Léonard au MBA Caen et à Gaillon. Soulignons que la copie de la Vierge au rocher, de grande qualité, a été restaurée et présentée au public caennais. Le fonds Corbeau a été reconnu par plusieurs experts de Léonard comme une source documentaire d’une exceptionnelle qualité et richesse. Ce colloque avait, entre autres, pour but de continuer à le valoriser.

Le titre du colloque a été choisi pour éveiller la curiosité des chercheurs spécialistes de Léonard et plus largement intriguer un public de « léonardophiles » sur la « présence » de Léonard de Vinci en Normandie. C’est autour de trois thématiques que s’est organisé ce colloque :

Le Fonds André Corbeau comme source documentaire vincienne de grande qualité : les travaux de recherche passés et futurs étant envisagés comme autant de vecteurs de la transmission léonardienne, en particulier une Thèse de doctorat en cours : Édition critique digitale du manuscrit B. en cotutelle avec l’université de Naples l’orientale.

Cette « présence » a d’autre part été l’occasion d’élargir la réflexion aux rapports que la France et l’Italie entretiennent autour de la présence/absence de l’artiste : rapports tout autant collaboratifs que conflictuels, à l’époque de la Renaissance comme à celle d’André Corbeau. Ont été présentées les recherches en cours qui se tournent aujourd’hui vers la philologie en prenant les écrits de Léonard comme source d’interprétation des œuvres, ce dont l’exposition du Louvre se fait l’écho.

Enfin les travaux s’ouvraient à une réflexion sur l’origine et le statut de copies d’œuvres de Léonard (Caen et Gaillon) – présentes sur le territoire normand – en tant qu’elles participent d’une transmission/récupération de la mémoire historiographique.

C’est donc dans un entre-deux qui sépare et unit deux humanistes (Léonard de Vinci 1452/1519 – André Corbeau 1898/1971) qu’on a abordé l’actualité léonardienne pour interroger l’exceptionnelle pertinence de sa pensée et de son œuvre.

Brigitte Poitrenaud-Lamesi
LASLAR
Université de Caen Normandie


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.