Le patrimoine écrit conservé en Normandie à l’ère du numérique (2019)

Programme collaboratif de recherche et de valorisation

Journée du 20 septembre 2019 aux Archives départementales de Seine-Maritime

Crédit : Raphaëlle Krummeich

La neuvième édition du séminaire d’échanges entre les professionnels du livre, des archives et les chercheurs de la région Normandie, « Le Patrimoine écrit conservé en Normandie à l’ère du numérique », s’est tenue le 22 septembre 2019 aux Archives départementales de Seine-Maritime. Cette journée était co-organisée par la MRSH de Caen, l’Institut de Recherche Interdisciplinaire Homme et Société (IRIHS) de l’université de Rouen Normandie, l’agence Normandie Livre & Lecture, la Direction des Affaires Culturelles de Normandie et les Archives départementales de Normandie

ce séminire a permis la découverte d’une bibliothèque ainsi que de fonds et de projets numériques concernant des ressources conservées dans la région. Une audience nombreuse, composée de professionnels de la conservation, d’enseignants-chercheurs, d’ingénieurs de recherche et d’étudiants (Master mention MLE parcours « Bibliothèques » de Caen, Licence Professionnelle Métiers du Tourisme : Communication et Valorisation des Territoires, e-tourisme et Master Humanités Numériques, Editions Numériques de Rouen) et d’un public amateur, a été accueillie à Rouen aux Archives départementales de Seine-Maritime.

Crédit : Raphaëlle Krummeich

La journée a donné lieu à la présentation des fonds emblématiques des Archives départementales. Les participants ont fait par petits groupes une visite du bâtiment et des magasins, de la réserve des documents précieux et de l’exposition temporaire « Les princes de Monaco en Normandie ». La responsable des collections, Marie Groult, a rendu compte de la pratique de l’annotation collaborative aux AD 76. Elle a indiqué la manière dont une incitation a été faite auprès des internautes pour participer au signalement de certaines ressources. Elle s’est félicitée du remplissage de 113000 fiches matricules et de l’établissement de 95000 annotations sur des registres paroissiaux ou d’état civil (septembre 2019).

La rencontre a permis de mettre l’accent sur le rôle d’une autre forme de collaboration. Les titres de la Bibliothèque bleue publiés dans la région entre le XVIIe et le XIXe siècles constituent un ensemble assez homogène de livres. Quoique les critères de définition de la collection restent flottants, on peut retenir le principe de l’édition à bas coût, donc souvent une mauvaise qualité matérielle, et la destination pour le grand public. Il s’avère que Rouen puis Caen et d’autres villes normandes ont rapidement imité la formule de l’impression à gros tirages inventée à Troyes, avant d’être suivies par d’autres villes du royaume. Pascale Mounier et Sophie Biard ont montré l’intérêt de coopérer pour repérer et identifier des éditions publiées en Normandie en l’absence de répertoire exhaustif établi. Le repérage et l’examen d’exemplaires conservés localement constitue donc un passage obligé pour mener l’enquête sur la collection à succès. L’association du monde de la recherche et de celui de la conservation s’est traduite en outre par deux types de manifestations : la réalisation de l’exposition « Dans les pas du colporteur : la Bibliothèque bleue normande » (Caen, Bibliothèque, 7 juin-22 septembre 2019) et l’organisation de deux demi-journées de conférences (Caen, Bibliothèque et Rouen, Bibliothèque Villon et Munaé) en juin et en novembre 2019.

Le site Gustave Flaubert (capture d’écran)

Un exposé a mis en avant un stade plus avancé de diffusion de sources écrites. Danielle Girard et Yvan Leclerc ont présenté la démarche qu’ils ont suivie, au fil d’une vingtaine d’années, pour produire des éditions électroniques de deux œuvres et de la correspondance de Flaubert. Le site Gustave Flaubert (https://flaubert.univ-rouen.fr) constitue un portail donnant accès à l’édition génétique de Madame Bovary, aux manuscrits de Bouvard et Pécuchet et à la correspondance de l’auteur. Le recueil et la transcription des lettres écrites par Flaubert (4477 lettres), mises en ligne en 2017, puis des lettres que Flaubert a reçues (2241 lettres), mises en ligne depuis 2017, ont mobilisé et mobilisent toujours une vingtaine de collaborateurs. Les derniers travaux de recherche ont permis la création du site Correspondance (http://flaubert.univ-rouen.fr/correspondance/edition/). Ce projet s’inscrit dans le cadre du programme CORNUM financé au sein du réseau d’intérêt normand Homme Culture et Société par la Région Normandie. Il offre, outre la transcription des lettres, une possibilité de recherche par ordre chronologique, par correspondant, par lieu de rédaction et par lieu de conservation ainsi qu’un index des noms de personnes ou thématique. Précisons que les manuscrits de Flaubert conservés à la Bibliothèque Villon sont numérisés et accessibles dans la bibliothèque numérique « Rotomagus » (http://www.rotomagus.fr/rotomagus/?mode=desktop).

Crédit : Raphaëlle Krummeich

Cette journée placée sous le signe de la collaboration a vu aussi se sceller un partenariat entre la Ville de Rouen et son réseau de bibliothèques municipales et l’IRIHS de l’université de Rouen Normandie. Les grandes lignes de la convention ont été énoncées en présence de Mme Cécile Legros, vice-présidente à la recherche de l’université de Rouen Normandie, et de Mme Christine Argelès, première adjointe chargée de la Culture, de la Jeunesse et de la Vie étudiante de la Ville de Rouen.

Pascale Mounier
LASLAR, université de Caen Normandie

Voir le programme de la journée : http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/mrsh/6082


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.