Guerre et paix dans la pensée française de la Guerre froide

Le colloque de clôture du programme de recherche PEACE – La paix : perspectives historiques, conceptuelles et normatives (RIN Région Normandie)[1] s’est déroulé les 23 et 24 mai. Intitulé « Guerre et paix dans la pensée française de la Guerre froide », il était organisé par l’équipe HisTeMé (Histoire, Territoires, Mémoires) de l’université de Caen Normandie, en collaboration avec l’Institut mémoires de l’édition contemporaine (IMEC) qui a accueilli la seconde journée, la première s’étant déroulée à la MRSH. Responsables scientifiques : Grey Anderson, Thomas Hippler (HisTeMé) et François Bordes (IMEC).

Ce colloque est issu du constat que les questions militaires ont occupé une place relativement marginale dans le mouvement de renouvellement qui a marqué l’histoire intellectuelle ces dernières années. Alors que dans l’ensemble, les sujets de recherche ont eu tendance à s’écarter des sentiers battus et des préoccupations classiques de l’histoire des idées, la guerre et la paix ont plutôt brillé par leur absence. Ce décalage est d’autant plus étonnant au regard de la rhétorique belliciste des figures tutélaires du champ—que l’on pense à l’assertion de Reinhart Koselleck, père de la Begriffsgeschichte allemande, selon laquelle l’histoire intellectuelle est elle-même une espèce d’« histoire militaire » et ses pratiquants des « correspondants de guerre », ou bien encore à la maxime de Quentin Skinner selon laquelle il faut traiter les concepts « moins comme des signifiants que comme des outils et des armes dans le débat idéologique ».

Au cours des deux journées de colloque, la pertinence de ces réflexions pour la pensée française de la deuxième moitié du vingtième siècle a été amplement démontrée. Les intervenants ont adopté une variété d’approches méthodologiques pour aborder une période — que l’on délimite conventionnellement de 1947 à 1989 — où la France était presque continuellement en guerre.

Certaines communications ont souligné l’influence des conflits armés sur la pensée d’intellectuels comme Raymond Aron ou Frantz Fanon, mais aussi François Furet et Jacques Derrida).

Crédit : Courtesy Compagnie des Phares et Balises. Image provenant du livre-DVD de Jean Baudrillard et Jacques Derrida, Pourquoi la guerre aujourd’hui?, Fécamp, éd. Lignes/Compagnie des Phares et Balises, 2015

D’autres intervenants se sont penchés sur des courants de pensée ou des groupes plus diffus : les Situationnistes, la gauche radicale des « années 68 », l’ombre de la guerre d’indépendance algérienne et les débats historiographiques autour de l’homosexualité. Le dernier panel a proposé un bilan entre changement et continuité, retraçant d’un côté le poids de la guerre dans la théorie de l’État en France à travers un demi-siècle d’interprétations de Clausewitz, et de l’autre côté la postérité des guerres de décolonisation et leurs conséquences durables pour la conceptualisation de la défense et la sécurité nationale. 

Grey Anderson
Université de Caen Normandie, PEACE


[1] PEACE : Il semble acquis, en ce début du XXIe siècle, que les conflits armés ne sont plus ce qu’ils étaient traditionnellement et encore au XXe siècle. Le général britannique Rupert Smith va jusqu’à affirmer que « la guerre, telle que nous la connaissons, n’existe plus ». Beaucoup d’énergie intellectuelle a été consacrée ces dernières années à comprendre les transformations de la guerre aujourd’hui. Or un autre aspect, certainement non moins important, a retenu beaucoup moins d’attention: si la guerre a disparu dans sa forme traditionnelle, cela implique nécessairement que la paix, telle que nous la connaissons, a également cessé d’exister. Elle a disparu dans le creuset de la globalisation et des conflits asymétriques. Ce projet de recherche est  financé par la Région Normandie et porté par le laboratoire EA 7455 — Histoire, Territoires, Mémoires (HisTeMé) de l’université de Caen Normandie et le Groupe de recherche d’histoire (GrHis) de l’université de Rouen.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.