De quel « humanisme » est-il question dans le transhumanisme ?

Cette intervention a été donnée par Frédérick Lemarchand, Professeur de sociologie à l’Université de Caen Normandie, Directeur du master GREEN et du Centre de Recherche sur les Risques et les Vulnérabilités, dans le cadre du séminaire Les limites de l’humain (pôle Risques MRSH, Master sociologie de l’université de Caen Normandie).

1. Transhumanisme et humanisme

Homme de Vitruve, Dessin de Léonard de Vinci (1490)

Bien souvent, on oublie que dans le terme transhumanisme, il y a le mot « humanisme ». Quels sont donc les liens entre l’humanisme et le transhumanisme ? Tout d’abord, il faut bien se rappeler qu’il y a plusieurs formes d’humanisme, les plus célèbres étant les humanismes de la Renaissance et du siècle des Lumières. En quoi consistaient ces humanismes ? Ils tenaient en fait dans l’idée d’un homme qui serait le centre de l’univers, un homme qui serait la mesure de toutes choses. L’homme n’était plus vu comme étant subordonné à un cosmos (comme dans la pensée grecque) ou comme étant subordonné à un Dieu tout-puissant (comme dans le moyen-age Chrétien), désormais l’homme avait la première place. Le siècle des Lumières se caractérise aussi par l’émancipation de l’individu. Ce n’est pas seulement l’humanité dans son ensemble qui est au centre de l’univers, c’est bien plutôt l’individu, qui est le sujet de droits inaliénables. L’une des idées importantes du siècle des Lumières, c’est que l’individu peut être amélioré, il peut et doit être poussé au maximum de ses capacités. Et c’est par l’éducation et la culture qu’une telle amélioration de l’individu est possible. C’est donc avant tout sur les facultés intellectuelles de l’homme que l’on mise, à l’opposé du transhumanisme moderne qui semble davantage travailler sur le corps et son amélioration[1] (bien que le transhumanisme se propose aussi d’améliorer nos facultés cognitives).

L’humanisme classique semble avoir une foi totale en l’homme. Mais sur quoi repose cette foi ? On pourrait dire qu’elle repose sur trois piliers : la raison, la science et la connaissance. C’est en tant qu’être rationnel que l’homme pourra améliorer ses conditions de vie, et plus concrètement, c’est par le biais de l’accumulation de connaissances et le progrès des sciences que se fera cette amélioration. L’humanisme classique repose sur l’idée moderne de progrès. Pendant longtemps les hommes ont vécu dans l’idée que le monde, les hommes et les sociétés sont immuables. Mais au siècle des Lumières, on a pris conscience de l’importance de l’histoire. Avec le temps, les choses peuvent s’améliorer, un certain progrès est possible. Et on pourrait dire en un certain sens que le progrès est devenu la religion de la modernité. Le progrès semblait être possible dans tous les domaines et dans toutes les directions : progrès économiques, progrès sociaux et politiques, progrès moraux, progrès des sciences… Or il semblerait que le transhumanisme soit le dernier-né de cette religion du progrès. Après l’échec des utopies sociales du 20e siècle, il fallait une nouvelle idéologie qui justifie le progrès, et le transhumanisme semble être cette idéologie. L’idée d’une possible amélioration de l’homme n’est donc pas une invention du transhumanisme. Elle est déjà présente dans l’humanisme classique des Lumières. Cette idée aura aussi un grand succès dans les utopies du 20e siècle, à travers la figure de l’homme nouveau ou de l’homme supérieur, que l’on trouve dans le nazisme comme dans l’utopie communiste de l’URSS. Et il semblerait que ce soit cette idée de l’amélioration de l’homme qui fasse du transhumanisme un humanisme au sens premier du terme. Tout comme l’humanisme des Lumières, le transhumanisme repose sur la science et la connaissance. C’est par l’augmentation de nos connaissances et le progrès des sciences que l’homme pourra s’améliorer et s’augmenter.

Dans l’idéologie transhumaniste, l’homme est mis au centre de l’univers, il doit être augmenté et amélioré, dans le but de devenir une sorte de Dieu. En ce sens? le transhumanisme semble être un anthropocentrisme, et même plus que cela, une religion de l’homme et de sa science (ce qui a priori n’aurait pas déplu à Auguste Compte). Le transhumanisme serait donc la libération finale de l’homme, libération de tout ce qui l’a toujours opprimé, notamment la nature et l’évolution biologique qui semble être incontrôlable. Le transhumanisme accomplirait donc le rêve de Descartes, en rendant l’homme comme maître et possesseur de la nature. Mais simultanément, le transhumanisme semble nier l’homme, allant jusqu’à le faire disparaître. Pourquoi ? Parce que ce n’est plus l’homme qui est central, ce sont bien plutôt la science, la technique et la machine, qui prennent la première place. L’homme doit s’attendre à être remplacé par un post-humain. L’intelligence humaine elle-même sera bientôt en faillite face à l’intelligence artificielle qui lui sera largement supérieure. La vie elle-même n’aura peut-être bientôt plus besoin d’un support biologique, les corps vivants seront peut-être bientôt totalement remplacés par des machines et des ordinateurs. Ainsi, il semble y avoir un paradoxe au cœur même transhumanisme : l’homme est vu comme étant la mesure de toutes choses, il est le maître de sa destinée et de l’univers ; mais simultanément, l’homme devient comme secondaire, il est comme subordonné à la technique. Ainsi, on ne sait plus très bien si le transhumanisme est un humanisme, ou s’il est ce que l’on pourrait appeler un « techno-centrisme ». Ce qui soulève la question suivante : la technique est-elle au service de l’homme, ou l’homme est-il au service de la technique qui se développerait comme une entité autonome ? Peut-être entrons-nous dans un âge de la mort de l’homme (pour reprendre la célèbre expression de Michel Foucault). Il y a eu un âge du Cosmos, un âge de Dieu, un âge de l’homme (qui est en train de toucher à sa fin), et il y aura bientôt un âge du post-humain et de la machine. En voulant échapper au déterminisme naturel grâce à la technique, l’homme est peut-être tombé dans un autre déterminisme, celui de la technique. Ainsi, plutôt que de nous libérer, nous sommes peut-être en fait passés d’une aliénation à une autre.

On peut légitimement douter du fait que le transhumanisme soit un humanisme, au sens où il semble être un dépassement de l’homme plus qu’un accomplissement de l’être humain. Le transhumanisme semble en fait procéder d’une foi en l’homme, et simultanément, d’un manque de foi en l’être humain. En effet, il y a d’un côté l’idée que l’homme peut prendre en main son destin et son évolution, et d’un autre côté, il semble y avoir l’idée que l’homme doit être pris en charge par quelque chose qui le dépasse, à savoir la machine et l’intelligence artificielle. La foi en l’homme est un héritage de l’humanisme des Lumières, mais la perte de foi en l’humanité qui l’accompagne est sans doute due à l’histoire sanglante du 20e siècle. Après les événements tragiques de ce siècle, il y a eu une remise en question de la raison des Lumières, et on a cessé de croire que l’homme pouvait se sauver lui-même. L’homme apparaissait comme étant un être irresponsable, et si l’on ne pouvait plus croire en Dieu, on pouvait désormais croire en la machine. N’avons-nous pas alors simplement remplacé une foi par une autre ? N’est-on pas passé d’une théodicée à une « technodicée », après une brève période durant laquelle l’homme a cru pouvoir se sauver lui-même ?

Il y a une autre raison qui pourrait nous pousser à remettre en cause l’idée que le transhumanisme serait un humanisme. C’est le fait que l’humanisme (en tout cas l’humanisme classique de la Renaissance et des Lumières) s’appuie sur la notion de nature humaine. Il y a une nature humaine universelle, nature à laquelle sont attachés des droits inaliénables. L’humanisme classique se proposait d’accomplir et de réaliser cette nature humaine, c’est-à-dire de la révéler et de la pousser au maximum de ses capacités. Mais le transhumanisme, lui, semble vouloir dépasser la nature humaine. Il ne se propose pas d’accomplir ce qui serait déjà latent en l’homme, il veut dépasser les capacités humaines normales. En fait, l’idéologie transhumaniste semble se passer de l’idée de nature humaine. L’homme y est vu comme une matière première totalement malléable, il n’y a plus rien qui soit sacré ou inaliénable en l’homme, tout peut être transformé à notre gré. Cela est particulièrement visible dans le cas des manipulations génétiques, où l’on se surprend à jouer les apprentis sorciers, et où l’éthique a bien du mal à se faire entendre. La question serait alors de savoir si un humanisme est pensable sans référence à une nature humaine. Et c’est là quelque chose que Jean Paul Sartre avait essayé de penser à travers son existentialisme. En effet, pour le philosophe français, absence de nature humaine et humanisme ne sont pas contradictoires, bien au contraire, c’est parce que l’homme n’a pas une nature prédéfinie qu’il peut être libre et donc qu’il a une valeur. Mais Sartre n’avait pas connaissance des techniques modernes et de l’idéologie de l’homme augmenté. C’est pourquoi, dans le contexte du transhumanisme, la question de savoir si l’on peut penser un humanisme sans nature humaine reste ouverte.

Le transhumanisme remet au goût du jour la vielle question philosophique consistant à se demander ce qui définit l’homme en propre (« Qu’est-ce l’homme ? » étant une des quatre grandes questions de la philosophie selon Kant). Qu’est-ce qui fait que nous sommes des êtres humains ? Est- ce notre biologie et notre corps, le fait que nous soyons des homo-sapiens? Ou n’est-ce pas plutôt notre conscience, notre individualité et notre liberté ? Seconde question, notre humanité est-elle menacée par la technique ? Si l’on modifie notre ADN ou nos facultés cognitives, ne risquons-nous pas de perdre notre humanité ? Dernière question, le transhumanisme nous achemine-t-il vers un homme augmenté et amélioré (mais qui serait toujours un homme), ou bien, va-t-il conduire à un dépassement de l’homme et à l’apparition d’une nouvelle espèce post-humaine ? En d’autres termes, le transhumanisme est-il un humanisme qui améliore l’homme, ou bien, est-il littéralement un transhumanisme, quelque chose qui transcende et dépasse l’homme ? À cette question, on ne peut donner une réponse unique, puisqu’il y a des désaccords entre les transhumanistes eux-mêmes (il est d’ailleurs abusif de parler de transhumanisme au singulier, il y a bien plutôt une pluralité de transhumanismes). En fait, on trouverait des transhumanistes qui sont attachés à l’homme tel qu’il est, et qui voudrait simplement parfaire son corps. Tandis qu’à l’opposé, d’autres transhumanistes veulent tout simplement se passer du corps (en faisant par exemple appel à la possibilité de télécharger sa conscience dans un ordinateur).

Notons enfin que ce qui semble distinguer l’humanisme des Lumières du transhumanisme, c’est la façon dont ils entendent agir sur l’homme pour le transformer. L’humanisme des Lumières cherche à agir sur l’homme de l’extérieur, par les institutions, la culture et l’éducation. En revanche, le transhumanisme veut modifier l’homme de l’intérieur, il travaille sur sa substance même, en essayant de modifier son corps et son cerveau.

2. L’idéologie et les fins du transhumanisme

Un grand nombre de secteurs intéressent le transhumanisme, que ce soit le domaine de la médecine et les industries pharmaceutiques, l’armée (avec l’idée du soldat augmenté), les industries du divertissement et de la télécommunication, ou encore la NASA (pour adapter l’homme aux besoins de la conquête spatiale). Mais quels sont vraiment les buts du transhumanisme ? Améliorer l’homme et ses capacités physiques et cognitives, réduire la souffrance, vaincre les maladies, ralentir le vieillissement et pourquoi pas supprimer la mort. Telles sont les fins bien connues du transhumanisme. Mais, ne peut-on pas être plus précis en essayant de montrer quels sont les enjeux et les buts économiques, sociaux, politiques (et même religieux) du transhumanisme ?

L’idéologie transhumaniste de l’homme augmenté est née aux États-Unis dans les années 60. Le transhumanisme est donc une invention du libéralisme économique. Encore aujourd’hui, c’est la Silicon Valley et ses grandes entreprises qui sont l’avant-garde du transhumanisme. Il est donc indéniable que l’une des fins du transhumanisme est le profit, la productivité et la croissance économique illimitée.

Silicon Valley from above, Patrick Nouhailler via flickr – Licence CC

En réalité, on ne peut déconnecter l’idéologie transhumaniste d’un certain productivisme. À l’origine, l’homme augmenté est conçu comme un travailleur plus productif. Plus précisément, les machines ayant considérablement augmenté la production humaine, si l’homme veut être compétitif face à la machine, il doit augmenter ses capacités. Le transhumanisme est donc un produit du capitalisme. Mais il n’est pas lié qu’aux idées de travail et de production, il a aussi rapport à la consommation. L’homme augmenté sera celui qui produira plus, mais il sera aussi celui qui consommera plus. En fait, le transhumanisme est lié à ce que l’on pourrait appeler l’hédonisme moderne. Selon cette idéologie, le but de la vie est d’accomplir tous ses désirs et d’accumuler les plaisirs. Et c’est bien à cela que semble tendre le transhumanisme : l’accomplissement de tous nos désirs quels qu’ils soient, sans qu’il n’y ait aucune mesure et aucune limite. Nous sommes ici face à ce que les Grecs appelaient l’hubris (la démesure). Et c’est là un point qui pourrait nous permettre de distinguer à nouveau le transhumanisme de l’humanisme classique des Lumières. En effet, les philosophes des Lumières pensaient une opposition entre la raison et les passions, et le but de l’homme était pour eux de vivre selon sa raison tout en maîtrisant ses passions. Le désir devait donc être maîtrisé et limité, ce qui est conforme à la nature humaine, qui est une nature rationnelle. Mais l’idéologie transhumaniste semble aller à l’opposé d’une telle conception, elle va dans le sens du désir débridé plus que du désir mesuré. Ainsi, là où les philosophes des Lumières voulaient construire une civilisation de la raison, le transhumanisme va plus dans le sens d’une civilisation du désir, et en cela, nous voyons bien quel est son lien avec le capitalisme et avec l’idéologie consumériste.

Bien qu’il soit une idéologie productiviste et consumériste, le transhumanisme semble tenir compte de l’écologie, il promet d’importantes économies d’énergie, et le développement de techniques qui seront moins polluantes (imprimantes 3D, gestion optimale de la production agricole via des capteurs placés sur les cultures…). Mais on peut légitimement se demander s’il n’y a pas là une foi excessive dans la technique et en nos capacités humaines. La technique est responsable de la crise écologique que nous vivons actuellement. Mais, est-ce vraiment par plus de technique que l’on peut régler le problème ? Peut-on soigner le mal par le mal ? Par exemple, si l’on regarde les moyens de communication à distance, on voit que le passage des lettres aux mails a permis de réduire la consommation de papier. Mais le mail consomme lui aussi, puisqu’un mail avec un fichier joint consomme environ vingt kilos de charbon. Ainsi, on voit que les techniques qui sont censées être plus économiques consomment elles aussi de l’énergie et des matières premières. Quoi qu’il en soit, les transhumanistes pensent que l’on peut concilier la croissance économique illimitée et l’écologie, il n’y aurait là aucune contradiction.

L’idéologie transhumaniste n’a pas qu’une finalité économique, elle a aussi un but politique. Si le transhumanisme est lié au libéralisme économique, il est aussi très lié au libéralisme politique, et même aux idées libertariennes. L’idée étant que l’individu est totalement libre et qu’il doit avoir un droit absolu de s’autodéterminer. L’individu est en quelque sorte un individu roi, et rien ni personne ne peut lui dire ce qu’il doit faire, pas même l’État qui est souvent vu comme étant une contrainte. De ce point de vue, on pourrait dire que le transhumanisme va dans le sens de l’émancipation de l’individu du siècle des Lumières, et même qu’il la pousse à son paroxysme. Par la technique et l’augmentation de leurs capacités, tous les individus auront désormais la possibilité d’être autonomes et de s’autodéterminer. Le transhumanisme est un individualisme, au sens où il vise avant tout le bien-être individuel, et non pas directement la transformation de l’espèce ou de la société. Mais qu’en est-il alors de la société ? L’idéologie transhumaniste, à force de se centrer sur l’individu, en oublie-t-elle la société dans son ensemble ? N’y a-t-il aucun projet de réforme sociale ? En un certain sens, si. Le transhumanisme prône un rapprochement des individus et des cultures, par le biais de l’augmentation des échanges, de l’information et de la communication. On voit cela par exemple avec Internet, qui est pensé comme étant un outil permettant de rapprocher les individus et qui de ce fait serait un vecteur de paix. De manière utopique, on pourrait même imaginer que l’augmentation des échanges et de la communication permette d’avoir enfin une paix mondiale.

Le transhumanisme promet donc beaucoup même dans le domaine politique. Mais qu’en est-il en réalité ? N’y a-t-il pas des dangers à éviter ? Tout d’abord, l’augmentation des techniques et de l’information pourrait mener à une aliénation de l’individu plus qu’à sa libération. On pourrait très bien imaginer des sociétés totalitaires dans lesquelles la technique permettrait d’avoir un contrôle total sur le peuple. Cela fait des années que les dystopies de la science-fiction essayent d’imaginer de telles sociétés. De plus, le transhumanisme pourrait amener à une uniformisation des individus. Plutôt que de permettre à chacun d’affirmer sa personnalité et son originalité, on peut très bien penser que le développement des techniques conduira à une société faite d’individus tous identiques les uns aux autres, individus fabriqués à la chaîne comme le sont les produits manufacturés de nos usines. Enfin, notons que plutôt que de nous apporter la paix, le transhumanisme pourrait très bien nous apporter des conflits sociaux et des guerres. Tout d’abord, il y a le risque d’apparition de fortes inégalités, entre ceux qui seront améliorés par la technique et ceux qui ne le seront pas, ou entre ceux qui auront les moyens d’avoir accès à certaines technologies (évidemment très coûteuses) et ceux qui ne les auront pas. On pourrait très bien imaginer une nouvelle forme de lutte des classes, qui aurait lieu non plus entre ceux qui ont les moyens de production et ceux qui ne les ont pas, mais entre ceux qui ont les moyens d’être augmentés par la technique et ceux qui restent à un stade humain normal. Il y aura donc sans doute une accentuation des inégalités et de nouvelles formes de domination. Cette idée d’inégalités accentuées par les technologies est bien évoquée dès le début du documentaire de Philippe Borrel intitulé Un monde sans humain.

Enfin, on pourrait très bien imaginer des guerres terribles dues aux progrès techniques : guerre entre la race humaine et le post-humain, ou encore, guerre entre les intelligences artificielles et les hommes. Sans aller jusqu’à parler de guerres, on ne peut pas ne pas tenir compte du fait que des problèmes de cohabitation entre intelligences artificielles et humains vont se poser, et que les rapports sociaux vont être totalement bouleversés, ce qui obligera la sociologie à élaborer de nouveaux cadres.

Les fins dernières du transhumanisme semblent être religieuses et eschatologiques. Le transhumanisme est en quelque sorte une nouvelle religion. Du moins, il s’approprie la plupart des promesses religieuses classiques, en remplaçant les miracles divins par les miracles techniques. On retrouve en effet dans le transhumanisme la plupart des espérances que l’on trouve classiquement dans les religions, comme par exemple l’idée d’une fin de la souffrance et d’une victoire sur la mort. Les transhumanistes eux-mêmes n’hésitent pas, bien souvent, à employer une terminologie religieuse (comme par exemple le philosophe britannique David Pearce qui parle d’une ingénierie du paradis). On retrouve aussi chez certains transhumanistes bon nombre d’idées qui sont associées traditionnellement à la métaphysique plus qu’à la science, comme par exemple l’idée d’une âme qui pourrait exister indépendamment du corps (on trouve cela par exemple dans l’idée d’un possible téléchargement de la conscience sur ordinateur, ce qui impliquerait que nous pouvons continuer d’exister sans notre corps). À l’extrême, on peut avoir l’impression que les idées transhumanistes sont une simple laïcisation des idées religieuses. On voit cela par exemple chez le physicien américain Frank Tipler, qui dans son livre Physique de l’immortalité développe toute une eschatologie, qui nous montre jusqu’à quelles extrémités peuvent aller les idées transhumanistes. Pour ce physicien, l’homme augmenté (aidé par l’intelligence artificielle) aura à l’avenir la possibilité de conquérir l’ensemble du cosmos. Dans quelques milliards d’années, la vie pourra alors contrôler l’ensemble de l’univers et de ses lois. Toujours selon ce physicien, au bout d’un certain temps d’évolution, les post-humains qui auront colonisé toutes les galaxies pourront transformer l’univers en un super-ordinateur, ordinateur que Frank Tipler identifie explicitement à Dieu. Enfin, pour clore cette eschatologie, Tipler imagine que ce super-ordinateur pourra simuler, dans une sorte de réalité virtuelle, l’ensemble des hommes qui ont existé dans l’univers. Ainsi, à la fin des temps, tous les morts seront ressuscités par le super-ordinateur, et ils vivront pour l’éternité dans un paradis digital. Si nous nous sommes arrêtés sur la pensée de ce physicien, c’est pour montrer jusqu’où peuvent aller les rêves et les espoirs des adeptes du transhumanisme, et pour bien souligner l’aspect religieux qui est au cœur de cette idéologie.

3. Les moyens du transhumanisme : la convergence

Sur quoi travaillent vraiment les transhumanistes ? Que cherchent-ils à modifier et à transformer ? Pour le comprendre, il faut s’arrêter brièvement sur la vision du monde qui est associée au transhumanisme. Vision qui est en quelque sorte l’ontologie du transhumanisme. Tout d’abord, il faut comprendre que le transhumanisme dépasse certaines dualités que nous avons spontanément à l’esprit. Voici les trois principales oppositions que le transhumanisme cherche à dépasser.

  • Opposition entre l’homme et la machine : Le transhumanisme dépasse cette opposition car il pense qu’une fusion entre l’homme et la machine est possible, on le voit par exemple avec l’idée de cyborg, être mi-humain mi-machine. Notons bien que le cyborg est actuellement en train d’advenir, cela est particulièrement visible avec le développement des prothèses, mais aussi avec les pacemakers par exemple, qui relèvent déjà d’un couplage homme/machine. Cependant, une question peut se poser. Jusqu’à quel moment peut-on parler d’être humain ? Quelle est la limite ? Faut-il s’arrêter au corps ? Un être qui n’aurait plus de corps biologique, mais qui aurait une conscience humaine serait-il un homme ?
  • Opposition entre l’organique et l’inorganique. Le transhumanisme dépasse aussi cette opposition, car il pense une fusion entre le vivant et le non-vivant. On voit cela par exemple avec l’idée d’un possible couplage entre l’homme et l’ordinateur (et plus précisément, entre neurones et processeurs), ce qui donne l’idée d’ordinateur biologique. Plus largement, l’idée d’intelligence artificielle brouille la frontière entre le vivant et le non-vivant, car une machine intelligente serait un être vivant qui n’a pas un support biologique.
  • Opposition entre le naturel et l’artificiel. L’idéologie transhumaniste dépasse cette opposition, car elle pense que le naturel et le technologique sont indissociables. Certains transhumanistes vont même jusqu’à penser qu’il n’y a pas de rupture entre la nature et la technique, et que la technique est un produit de la nature, qui permet d’accompagner, de prolonger et d’accélérer le travail de la nature. De ce point de vue, on pourrait alors penser le post-humain dans la continuité de l’évolution naturelle du vivant. L’évolution des espèces (au sens darwinien) mène à l’homme, puis l’homme prend en main cette évolution, et il donne naissance au post-humain. Mais ce post-humain n’est pas en rupture avec l’ordre de la nature et de l’évolution, au contraire, il est le sommet de l’évolution du vivant.

En fait, dans l’idéologie transhumaniste, c’est toute la conception de l’homme qui change. Le corps humain lui-même est vue comme une machine, et le cerveau comme un ordinateur. Le monde dans son ensemble est lui aussi pensé avec les cadres et le vocabulaire de la technique. Par exemple, dans son ouvrage Informatique céleste, le philosophe français Mark Alizart dit que l’univers lui-même est comme un immense ordinateur ou un immense programme informatique, car tout n’est qu’information. Ainsi, pour comprendre comment fonctionne le monde, il faudrait comprendre comment fonctionne l’informatique.

La vision du monde qui est attachée au transhumanisme est une vision de l’infiniment petit. C’est donc une vision qui part du bas et qui décompose les systèmes complexes en leurs particules élémentaires. Et c’est sur ces briques élémentaires que l’on va essayer d’agir pour augmenter nos pouvoirs et pour transformer la condition humaine. Quels sont ces petits éléments premiers sur lesquels travaillent les adeptes du transhumanisme ? Il s’agit du bit, de l’atome, du neurone et du gène (que l’on peut résumer avec le sigle suivant : Le BANG). Et il y a une convergence entre les travaux portant sur ces différentes briques élémentaires. On parle en fait de la convergence des NBIC, c’est-à-dire des nanotechnologies, de la biologie, de l’informatique et des sciences cognitives. Et c’est dans la convergence entre toutes ces disciplines que réside l’espoir d’un homme augmenté et d’un pouvoir illimité sur la nature. Voyons brièvement quels sont les différents travaux dans chacun des domaines de la convergence.

  • Nanotechnologies et atome. Depuis l’invention du microscope à effet tunnel, les progrès de la manipulation de la matière élémentaire n’ont pas cessé. Ce que l’on cherche à faire, c’est à recombiner la matière, pour par exemple fabriquer de nouvelles molécules. La mécanique quantique ouvre aussi de nombreuses perspectives, comme par exemple la possibilité d’ordinateurs quantiques, qui utiliseraient la superposition des états quantiques. Ainsi, on voit bien en quoi il y a convergence entre la physique des particules et l’informatique. Les nanotechnologies pourraient permettre de régler les problèmes écologiques, par exemple, on supprimerait les déchets en recombinant la matière, ou on produirait synthétiquement des matières premières et de l’énergie. Il y aussi le projet de construire des nanomachines qui pourraient accomplir certaines fonctions de notre organisme, et qui pourraient guérir certaines maladies (pourquoi pas les cancers). Notons enfin que l’on voit ici que le transhumanisme ne cherche pas qu’à transformer l’homme, il cherche aussi à modifier le monde extérieur. La science ne cherche plus seulement à connaître la nature et ses lois, elle cherche à les transformer.
  • Biotechnologies et gène. Dans le domaine de la biologie, apparaît l’idée de transformer et d’enrichir le code génétique. On travaille aussi sur la cellule, en essayant de la modifier et de l’améliorer. C’est de ces travaux que sont nés les OGM, et à l’avenir, peut-être que l’on modifiera le génome humain. On pratique aussi la biologie de synthèse, qui consiste à créer artificiellement de nouvelles formes de vie (un nouveau virus a déjà été créé en laboratoire). C’est sûrement ce domaine qui pose le plus de problèmes éthiques car, ici nous touchons à la structure de ce qui fait de nous des êtres humains. Jusqu’où pouvons-nous aller dans les manipulations génétiques ? N’y a-t-il pas des risques d’eugénisme ou de créations artificielles d’espèces dangereuses ou monstrueuses ?
  • Informatique et bit. Dans le domaine de l’informatique, on cherche à créer des ordinateurs toujours plus puissants. Seulement, nous arriverons bientôt au bout des capacités de nos ordinateurs actuels, qui sont faits avec du silicium. Si l’on veut aller plus loin, il va donc falloir trouver de nouveaux supports pour stocker l’information. On pourrait alors par exemple la stocker sur des particules élémentaires comme les photons, ou alors on pourrait fabriquer des ordinateurs biologiques, en utilisant directement le cerveau humain comme ordinateur (c’est là l’idée de bio- computing[2]). On voit donc bien ici la convergence entre informatique, biologie, nanotechnologies, sciences cognitives et physique de l’infiniment petit. Les travaux en informatique ont aussi pour but d’étendre l’informatique à l’ensemble de notre vie et de notre expérience. On voit cela avec l’idée d’informatique ubiquitaire, selon laquelle chaque objet construit par l’homme serait connecté à un réseau, et ainsi recevrait et transmettrait de l’information. L’informatique serait alors partout, elle pourrait même s’étendre aux êtres vivants (avec des puces dans nos corps, des capteurs sur les plantes…). Tous les êtres, vivants ou non, échangeraient alors de l’information. Face à cette informatique ubiquitaire, l’internet mondial que nous connaissons semble être bien peu de choses.

On remarque que le progrès de l’informatique et la quantité d’informations échangées n’ont jamais cessé d’augmenter. Jadis, la NASA avait des ordinateurs qui avaient la puissance de ce que l’on a maintenant dans nos téléphones. La prochaine étape sera la 5G prévue en 2020, avec un débit mille fois supérieur à ce que nous connaissons aujourd’hui. Pour l’instant, seuls les ordinateurs et certains objets similaires (par exemple les smartphones) sont connectés au réseau informatique, mais à l’avenir, il se pourrait que tout soit directement connecté à un réseau, nous y compris, ce qui soulève beaucoup de questions quant aux dangers que représenterait une société du contrôle total. Le but des transhumanistes est de connecter le corps humain, avec par exemples des puces qui contrôleront les organes du corps. Cela peut avoir beaucoup d’aspects positifs, car cela permettra de lutter contre de nombreux problèmes de santé. Cependant, une difficulté apparaît, celle de la liberté face aux données récoltées sur l’individu. Déjà avec nos technologies actuelles, notre vie privée est menacée, car toutes nos données sont enregistrées puis traitées. Il arrive même que nos données soient piratées (les données bancaires par exemple). Cela peut donc avoir des effets dévastateurs, car toute la vie privée d’une personne peut être dévoilée et utilisée contre elle. Malgré ces dangers, on remarque que cette collecte des informations individuelles et privées est loin d’être terminée.

  • Sciences cognitives et neurone. Le transhumanisme ne cherche pas qu’à améliorer nos capacités physiques. Bien au contraire, un des principaux enjeux est le cerveau et les facultés cognitives. Avec les sciences cognitives, on cherche à mieux connaître le cerveau, car une bonne part de son fonctionnement nous échappe encore. On aimerait aussi pouvoir agir sur le cerveau et le modifier, dans le but de décupler nos facultés intellectuelles (mémoire, intelligence, rapidité de la pensée…), ou pour transformer nos émotions et nos passions (suppression de la souffrance, du mal moral et de la violence…). Le cerveau lui-même est vu comme une machine à traiter de l’information, donc comme un ordinateur, ce qui permet de comprendre le lien très fort qu’il y a entre informatique et sciences cognitives.

Notons que toutes ces recherches sont financées par le secteur privé (avec des entreprises qui bien souvent font du lobbying), mais aussi par les investissements colossaux des États. En plus d’une convergence des sciences et des techniques, il y a donc une convergence entre le marché, les États et les sphères scientifiques. On peut alors légitimement se demander si les promoteurs du transhumanisme (du moins ceux qui le financent) ont en vue le bien-être humain, ou si leur but n’est pas uniquement le profit (la transformation de l’homme et le vivant devenant de nouveaux marchés très rentables).

Futuristic Science as a Digital Background Art – Adobe stock

Conclusion

Le transhumanisme semble être la nouvelle religion du monde moderne, ou du moins la nouvelle idéologie qui vient remplacer les utopies du 20e siècle qui ont toutes échoué. Mais nous devons nous poser la question suivante : où mène le transhumanisme ? Si cette idéologie n’était qu’une philosophie de plus, fruit de quelques esprits illuminés et isolés, le transhumanisme ne poserait pas de problème. Mais au contraire, le transhumanisme est quelque chose de très concret, dans lequel beaucoup d’argent est investi. On ne peut donc pas se permettre de l’ignorer ou de le traiter à la légère. Le post-humain va advenir, cela est inévitable.

Comme nous l’avons vu, le transhumanisme présente de nombreux dangers. Pour tous les résumer en une phrase, on pourrait dire qu’avec le transhumanisme, l’homme joue les apprentis sorciers et avance à l’aveugle. Nous essayons de tout modifier et de tout transformer, sans savoir vraiment ce que nous faisons et où nous allons. Les moyens passent avant les fins, et bien souvent, les questions éthiques, morales et existentielles sont reléguées au second plan. Avec le transhumanisme, l’homme semble vouloir remplacer Dieu (ou du moins achever la création divine, car nous pouvons trouver des précurseurs chrétiens du transhumanisme, comme par exemple le père Pierre Teilhard de Chardin). L’homme veut être, non pas un Dieu créateur qui crée un monde ex nihilo, mais une sorte de démiurge qui réorganise le monde. Pour les transhumanistes, la nature et l’homme sont imparfaits, ils sont une sorte de chaos. Et c’est à nous qu’il appartient de les perfectionner et de les mettre en ordre. Nous devons supprimer notre faiblesse, notre finitude, notre imperfection, nos limites physiques et mentales, et même notre mortalité. Mais en faisant cela, ne risquons-nous pas de perdre notre humanité ? N’est-ce pas notre finitude et notre imperfection qui font de nous des êtres humains ? Le transhumanisme n’est-il alors qu’un rêve orgueilleux de toute puissance ? N’est-il que le dernier soubresaut d’un monde nihiliste, qui ne trouve plus de sens à la vie et qui ne sait plus ce qu’il doit faire ?

Mais à l’opposé, on pourrait dire que la peur du transhumanisme est quelque chose de réactionnaire qui relève d’une technophobie. Et si les adeptes du transhumanisme avaient raison ? Et si nous avions pour fin de prendre en main notre évolution, l’évolution du vivant, et la destinée de l’univers ? Pour les transhumanistes, l’homme est encore dans son état primitif, il doit évoluer. Darwin nous l’a montré, la vie se définit par l’évolution. L’univers lui-même évolue sans cesse vers des états de plus en plus complexes. Il y a comme une montée de conscience dans l’univers (de la matière inanimée à l’animal, de l’animal à l’homme). Ne devons-nous pas alors pousser cette évolution plus loin, en allant vers plus de complexité, plus de technique, plus de maîtrise de la nature et plus de conscience et d’intelligence (on peut par exemple penser à l’intelligence artificielle qui serait une intelligence supérieure) ? On pourrait se demander au nom de quoi nous devrions stagner et nous interdire de progresser et d’aller en avant.

Nous n’émettrons pas ici de jugement axiologique sur le transhumanisme. Tout ce que nous pouvons dire, c’est que le post-humain arrive. Nous sommes à l’aube d’un des plus grands bouleversements de l’histoire de l’humanité (la fameuse singularité de Ray Kurzweil). Peut-être même que nous sommes arrivés à la fin de l’histoire, et que nous allons rentrer dans une post- histoire. Cette dernière ne sera plus l’histoire de l’homme, mais l’histoire du post-humain, de la technique et de l’intelligence artificielle. L’homme tel que nous le connaissons est sur le point de disparaître.

A lire aussi :


[1] Cela fait beaucoup penser à la séance du 22 janvier présenté par J. TESTART, durant laquelle ce dernier a parlé de l’amélioration de la condition humaine par le biais des manipulations génétiques. On en viendra alors à choisir l’enfant de qualité, qui par exemple ne présentera pas de risques de maladies. Il y aura donc une recherche de la perfection physique.

[2] Ordinateurs qui permettront d’augmenter la puissance et la vitesse du calcul.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. REILLES Alain dit :

    Présidant l’Association Périgourdine d’Action Culturelle APAC24 basée à Périgueux, je recherche un(e) conférencier(e) traitant du transhumanisme, thème de la saison allant d’octobre 2020 à mai 2021 – L’APAC prend en charge les frais de déplacement , hôtel , restauration…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search