Mémoires des massacres du XXe siècle

par François ROUQUET (CRHQ – EA 7455)

Avec ce colloque intitulé « Mémoires des massacres au XXe siècle », l’équipe Seconde Guerre mondiale du CRHQ (désormais HisTeMé) associée au Mémorial de Caen avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah souhaitait poser (ou reposer) la question des différentes postures/situations mémorielles, de leurs enjeux et de leurs usages sociaux et politiques. Il s’est tenu du 22 au 24 novembre 2017 au Mémorial de Caen.

Le colloque se proposait d’établir un bilan de ces mémoires dans différentes sociétés, à différents endroits de la planète —et notamment chez les anciens belligérants— en mettant à contribution des chercheurs de toute part et de toute discipline afin de repérer les différentes phases du processus d’évolution de ces mémoires : déni, négation, silence, oubli, aveu, pardon, mais aussi concurrence mémorielle…, déclinaison encore plus complexe si l’on prend en compte les points de vue des différents protagonistes qu’il s’agisse des bourreaux, des victimes ou des témoins.

Du massacre des Herero perpétré en 1904, en Namibie par l’armée coloniale allemande, jusqu’à ceux des années 1990, qu’il s’agisse des Tutsis  du  Rwanda ou des Bosniaques musulmans de Srebrenica par l’armée serbe, la liste est longue. Massacres d’État de la 1GM, ou dans les Balkans depuis 1913, l’extermination des Arméniens en 1915 ou des Grecs anatoliens au début des années 1920 par les troupes ottomanes ; terreurs, famines programmées et grandes purges de la Russie soviétique des années 1930, massacres japonais en Chine et notamment à Nankin en 1937, extermination des Juifs et des Tziganes par l’Allemagne nazie et guerre d’anéantissement à l’Est durant la Seconde Guerre mondiale ; sans oublier les nettoyages ethniques après la 2GM ou crimes des guerres civiles qui suivent le retour à la paix, massacres de la décolonisation et de la Guerre froide, éliminations de masse en Chine lors de la révolution culturelle, « disparus » des dictatures d’Amérique latine, épuration au Cambodge devenu Kampuchea démocratique, … on sait que depuis 2008, le recensement de ces phénomènes mortifères a été en grande partie consigné, à l’initiative de Jacques Sémelin, dans une encyclopédie en ligne (http://www.massviolence.org/)

Face à cette multitude de champs d’études, nous avons reçu une soixantaine de propositions parmi lesquelles le comité scientifique (R. Branche, G. Eismann, S. Grimaldi, J-L Leleu, M. Lucken, S. Maertens, F. Rouquet, J . Sémelin, F. Virgili, A. Wieviorka) a dû choisir. Le colloque a été organisé selon six thématiques : les mots, les lieux, les mémoires officielles et intimes, l’évaluation des phénomènes, la mémoire arménienne et la dimension pédagogique des massacres. Au total, avec la conférence inaugurale d’A. de Swaan, l’introduction de F. Rouquet, les conclusions de S. Michoneau, la conférence de P. Desbois (Daech et le génocide des Yezidis) et la présentation du film Les ombres, un conte familial de Leïla Féraut-Lévy, 29 interventions ont été programmées  en deux jours et demi, chaque communicant étant contraint à un temps de parole de 20 minutes de sorte que soient ménagés de larges temps de discussion avec la salle, ce qui fut le cas.

Le public a été nombreux (jusqu’à 200 personnes le jeudi) avec plus de 3000 followers sur les réseaux sociaux.

Globalement, l’ensemble des contributions a montré que deux pôles structurent le champ des études mémorielles :

  • d’une part, ou « en haut », les politiques de mémoire  institutionnelles, avec parfois une instrumentalisation politique, entre devoir de mémoire, ou au contraire d’oubli, voire parfois d’entreprises négationnistes ;
  • et d’autre part, « d’en bas », des études qui s’attachent à des mémoires qui surgissent de la société, des groupes et des familles

S’il fallait résumer en quelques mots les acquis de ce colloque et surtout les champs d’études qu’il invite à ouvrir, on pourrait dire, suivant en cela les conclusions de Stéphane Michonneau, tout d’abord que le la notion de génocide sert désormais de repère pour reconnaître, définir et dire le massacre ou le crime de masse, tandis qu’à l’inverse —c’est l’exemple donné par l’affaire des chutes de la Metchié entre 1957 et 1959 au Cameroun— il existe des massacres sans mémorialisation.

Les travaux de ce colloque ont souligné la double dimension de l’espace et du temps dans ces processus mémoriels. Ils invitent à envisager les mémoires de ces massacres dans un espace élargi, combinant les dimensions locales et internationales, souvent par dessus le niveau national habituel. Différentes contributions soulignent le rôle et la fréquence des phénomènes de rejeux et de rebonds, comme par exemple la place tenue par la Première Guerre mondiale dans la mémoire collective des populations du Nord de la France ou encore le rôle mémoriel déterminant pour ne pas dire matriciel des massacres du XIXe siècle dans le Liban d’aujourd’hui.

À l’évidence, la diversité des situations d’aujourd’hui demanderait de mieux connaître les acteurs de mémoire dans toute leur diversité, donc d’entreprendre une sociologie des entrepreneurs de mémoire (S. Michonneau parle de « mémoriens »). Qui sont-ils ? Quels sont leurs profils sociaux et intellectuels ? Pourquoi et comment agissent-ils ? Quelles stratégies utilisent- ils pour faire mémoire ?

Dans cette même perspective, les travaux réunis ici ont montré la nécessité d’étudier plus avant la construction des récits sur le passé, que ce soit avec des mots, avec des gestes et des actes, et d’une façon générale sur le geste commémoratif. Et c’était d’ailleurs là un des objectifs du colloque que de montrer l’importance de ces faits sociaux cherchant non à dire une vérité historique incontestable, mais à construire une filiation, à rendre hommage aux ancêtres massacrés afin d’en transmettre le souvenir aux générations futures sous toutes les formes possibles (textes, poèmes, chansons, manuels scolaires, oralité, cartes en 3D, images). Ces efforts de transmission posent d’autres questions quant à leur efficacité et notamment leur incidence sur le processus de mémorialisation, sa mise en toute et son évolution ou ou contraire son achèvement dans l’oubli.

Enfin, la spécificité des mémoires des massacres impose une réflexion plus large sur cette opposition qui doit être dépassée entre historien et « mémorien », entre une approche objective et distanciée et un récit engagé pouvant comporter des erreurs.

Il est impossible en effet pour les historiens de rester indifférents à l’émotion portée par les « mémoriens ». Ils doivent aussi comprendre la manière dont ces récits, sous leurs formes les plus diverses, sont perçus et créent ce que l’on pourrait appeler de la mémorabilité.

Ce colloque, au-delà des 29 contributions qu’il a mises en valeur, a montré la nécessité de regarder le temps d’une autre manière, entre un passé qui a laissé des traces  et  un  passé  marqué  par  la  douleur  de  la  disparition.  Les actes du colloque « Mémoires des massacres du XXe siècle » font d’ores et déjà l’objet de discussion avec des éditeurs pour en préparer la publication.

Télécharger le programme de la manifestation

Interventions à retrouver sur la Forge numérique

 


Dominique Hureaux

Chargé de communication de la MRSH

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search