Des hommes et des robots : vers une nouvelle cohabitation ?

Le 5 mars 2019, dans le cadre du séminaire Les limites de l’humain (pôle Risques MRSH, Master sociologie de l’université de Caen Normandie) , Cécile Dolbeau-Bandin, enseignante à l’IUT de Caen (UNICAEN) et chercheur au CERREV, a animé une séance intitulé « des hommes et des robts : vers une nouvelle cohabitation ? ».

Bras robotique mécanique par Arissu via Freepik

La technique, depuis quelques années, avec l’émergence de la cybernétique et des technologies informatiques, fait de plus en plus irruption dans nos vies quotidiennes sous un angle nouveau. Des machines, qui alors semblaient relever de la littérature et du cinéma de science-fiction, sortent peu à peu des imaginaires où elles étaient reléguées. La robotique, car c’est de cela qu’il s’agit, s’impose de plus en plus aux chercheurs et chercheuses comme un phénomène qui risque bien de redéfinir les frontières entre les êtres humains et les techniques qui les entourent. Si on pense, bien évidemment, à la recherche en robotique lorsqu’on mobilise ces questions, les sciences sociales ne sont pas en reste dans le questionnement des problématiques émergentes. En effet, les robots prennent une place de plus en plus conséquente dans les univers du travail agricole ou industriel où ils sont depuis longtemps utilisés, tout comme dans le domaine de la santé, comme avec les robots thérapeutiques, l’organisation du foyer, le domaine militaire, voir même des domaines aussi intimes que la sexualité, qu’on aurait pu penser comme imperméable à la robotisation…

Ainsi, les robots envahissent discrètement notre quotidien, ils s’immiscent dans nos interactions et parfois même, les concrétisent. Par exemple, les nouvelles technologies de l’information et de la communication permettent aux êtres humains de s’émanciper de la contrainte de l’espace pour communiquer, modifiant par la même nos façons de s’écrire, de se voir et de s’entendre. De petits et de grands êtres métalliques nous entourent déjà et influencent les relations que nous entretenons entre nous, ainsi qu’avec les objets, avec notre monde. Au cours de son intervention, la sociologue Cécile Dolbeau-Bandin a questionné ses relations. Quelles places occupent les robots dans notre société ? Quels rôles et quelles fonctions les robots doivent-ils remplir ? Nous pourrions penser que ces interrogations nous éloignent des questionnements sociologiques, mais elles sont en réalité profondément humaines. Car, en questionnant la place des êtres humains par rapport à leur environnement et les machines, ainsi que les choses qu’ils et elles créent, on interroge une certaine facette du monde social. Il s’agit de savoir comment les humains cohabiteront avec les robots, quels liens doivent-ils tisser entre eux, s’il apparaît qu’ils doivent en avoir, et quelles limites il est envisageable de dresser ? Il est certain que nos interactions se sont modifiées lorsque nous avons commencé à adopter les robots parmi nous. Considérant que cette adoption ne cesse de s’exercer, il convient d’étudier et de mesurer les évolutions de ces altérations.

Tout d’abord, il apparaît nécessaire de rappeler que les robots ont pénétré de nombreuses sphères de la société. Nous comptons aujourd’hui des robots médicaux, militaires, agricoles, éducatifs, domestiques… qui possèdent des objectifs et des fins toutes aussi nombreuses. On définit ainsi un robot de la manière suivante : une machine munie de capteurs qui lui permettent de s’orienter dans son environnement. Cela signifie donc qu’un robot incarne un corps, composé de capteurs qui lui permettent souvent, bien que ce ne soit pas toujours le cas, de se mouvoir, ou du moins d’opérer. De même, ce n’est que dans un environnement spécifique et singulier que le robot, inventé pour satisfaire un dessein tout aussi spécifique et singulier, peut opérer ; en dehors de cet environnement, ces machines ne peuvent pas fonctionner de manière optimale. Les premiers robots apparaissent à partir des années soixante et se sont multipliés au fur et à mesure, devenant de plus en plus sophistiqué d’année en année, suivant les progrès de l’informatique. Cécile Dolbeau-Bandin distingue ainsi, en se basant sur les travaux de Stan Gibilesco, cinq générations différentes de robot, afin de mieux comprendre leur évolution jusqu’à nos jours.

Si les robots fonctionnent mieux en autonomie aujourd’hui qu’à l’époque de leur apparition il y a 60 ans, à l’état actuel des choses, encore très peu de machines sont assez autonomes, assez développées afin de pouvoir prétendre se passer de la présence humaine. Cette remarque est essentielle et détermine de bien des façons les rôles qu’accomplissent les humains et les robots, puisque les uns peuvent exister et opérer sans les autres, mais pas le contraire. La dépendance non-réciproque que témoignent les robots démontre une intelligence limitée, et non une surpuissance robotique. Cette dépendance va à rebours de l’imaginaire de science-fiction qui s’est formé avant et en parallèle de la robotique. Notre imaginaire est alimenté par les arts, la littérature et le cinéma, les univers de science-fiction et fantastique notamment, à propos des risques que comportent les robots ; nous sommes tentés de croire que leur intelligence que nous avons programmée peut à tout moment se retourner contre nous, s’accroître même, et engendrer une rébellion, et que la créature créée finisse par détruire son créateur. Nous redoutons de perdre le contrôle des robots, nous craignons qu’ils ne se contentent plus d’occuper seulement la place que nous leur avons assignée. Nous entretenons l’idée qu’une conscience pourrait émerger, conduisant les robots à arrêter de nous servir et de nous obéir pour nous ordonner ; nous avons peur qu’ils nous remplacent, qu’ils dénaturent les liens que nous entretenons entre humains, qu’ils perdent en intensité et en authenticité, qu’ils nous transforment. Ainsi, il y a, du moins pour l’instant, un décalage entre l’état actuel de la technologie robotique, qui nous le rappelons nécessite l’intervention humaine pour être mené à bien, et l’imaginaire robotique que nous fantasmons ou qui nous terrorise. Mais cet imaginaire n’est pas non plus universel. Quand on observe les productions culturelles des différentes grandes zones géographiques, le monde occidental a une interprétation beaucoup plus catastrophiste de l’émergence de la robotique que le monde oriental : par exemple, les pays comme le Japon ou la Corée, où le robot est souvent plus présenté sous le jour d’un partenaire, voir même d’un sauveur. Ce décalage dans les productions culturelles témoigne en parallèle de façon différente de produire le robot et de fixer ses objectifs. Le robot occidental aura des fonctions plus utilitaires, et plus à l’écart de l’activité quotidienne humaine que ses homologues orientaux, dont les fonctions seront plus sociales.

Pour l’heure, les robots commercialisés ont pour principales fonctions de nous servir, ou de nous aider. Ils sont des objets que l’on s’approprie afin d’accomplir une finalité bien précise. Sans oublier que les tâches confiées aux robots sont des missions que nous pouvons la plupart du temps accomplir nous-mêmes, dans la mesure où l’intelligence des robots s’inspire de l’existant, incarne notre intelligence proprement humaine. En cela, ils sont dépendants de nous et de leur environnement, il serait difficile pour eux de nous devancer puisque nous ne savons comment apprendre à quelque chose d’autre ce que nous ne savons pas faire. En d’autres termes, implicitement, les robots sont limités par nos propres possibilités et ne peuvent être meilleurs que nous, bien que nous puissions les rendre plus performants que nous.

Mais le robot ne possède pas seulement cette caractéristique d’esclave, qui nous obéit seulement. Cécile Dolbeau-Bandin le souligne, le robot peut être considéré comme un partenaire ; alors qu’un aspirateur robot est allumé puis éteint, certain robots accomplissent leur fonction seulement lorsque l’humain les accompagne, nous pensons notamment à Paro, robot animaloide, utilisé dans le milieu hospitalier. Il ne faut pas craindre que Paro remplace les médecins ou leur travail, il est complémentaire de ces derniers, il ne peut fonctionner seul, il n’est pas mobile et a donc besoin que nous le portions. Enfin et surtout, nous ignorons pour l’instant les réels effets thérapeutiques du bébé phoque blanc, mais ce n’est pas exclusivement pour cet effet que le robot a été conçu ; l’observation démontre que Paro incite les patients à créer des relations sociales avec le personnel médical, il ne vient pas remplacer le traitement ou les relations humaines, mais plutôt les favoriser et les accentuer. C’est bien en ce sens que le robot peut être considéré comme un partenaire, puisqu’il vient faciliter le travail des médecins en amplifiant les contacts et en incitant les patients à interagir. C’est un robot incitatif de sociabilité.

Dans ce cas précis, le robot ne chasse pas l’humain, mais faudra il se méfier des situations où le robot sera plus efficace, plus rapide et à moindre coût que l’humain, parce qu’il n’aura pas de besoins physiques à combler ou de pause, ni de stagnation de concentration ? Et c’est justement là que les propos de l’intervenante voulaient agir, à savoir quelles sont les intentions que nous allons conférer aux robots et quelles limites, quels rôles et quels devoirs nous allons leur exiger de respecter. Le robot sera-t-il celui qui nous délivrera du travail ? Ou celui qui nous permettra d’être plus performants ? Le tout est de savoir ce que nous comptons établir, et de se poser les bonnes questions, notamment en ce qui concerne le type relation que nous entretiendront avec ces machines, la conception que nous auront d’elles, si nous sommes prêts à sacrifier des relations humaines pour des relations d’un autre genre. La culture joue son rôle dans cette prise de décision, nous pouvons souvent remarquer que la vision occidentale des robots diffère de la vision orientale. Dans la première, les robots viennent (souvent) détruire l’humanité, dans la seconde ils la sauvent (souvent). La volonté même de donner une forme humanoïde aux robots doit être interrogée, mais il faut distinguer des robots humanoïdes qui peuvent accomplir des fins diverses, à des robots humanisant, qui aspirent à développer, à éduquer, à favoriser des comportements humains aux humains. Le robot n’est donc pas perçu ni accueillis de la même façon en fonction des endroits ou nous nous situons, et des caractéristiques de la machine.

Les conséquences du développement de l’intelligence artificielle sur notre sociabilité et notre rapport au monde ont une place particulière dans les recherches et publications de Serge Tisseron. Dans son ouvrage Le jour où mon robot m’aimera, il y expose les différentes raisons de notre attachement aux biens matériels et aux objets auxquels nous attribuons parfois des traits et caractéristiques propre aux êtres humains. Mais le plus important dans son livre reste sa mise en garde à propos de la relation que nous allons nouer avec les robots, sur l’importance de la définir avec attention. Il met en effet l’accent sur le fait que les concepteurs de robots tentent de donner du « cœur » à leur création, ils la veulent capable d’émotions et attrayante, les robots doivent capter notre attention, savoir communiquer avec nous. Toutes ces fonctions portent pour Tisseron le risque de créer une confusion entre l’humain et la machine, au point de ne plus pouvoir distinguer l’homme de cette dernière. Un certain danger est inhérent à cette confusion, celui de nous faire croire à nous les humains, d’avoir de l’importance aux yeux du robot, qu’il peut nous comprendre, compatir à nos douleurs, voir nous aimer. Cela nous conduirait alors à privilégier un type de relations homme/machine plutôt que des relations entre humains qui peuvent être hostiles, conflictuelles, complexes et diverses … Le problème est que nous apprécions la docilité des robots ; ils ne s’opposent pas à nous, ils ne nous disent pas « non » et ils accepteront toujours notre volonté. Cela peut nous conduire à croire que tous les rapports se dérouleraient de cette façon, c’est-à-dire de manière assez utilitaire et sans contradiction ou opposition, au risque de créer de la frustration et de la contrariété. A côté de cela, il faut aussi avoir en tête que les robots ont une présence pouvant être qualifiée d’intrusive du fait qu’ils recueillent des données sur nous à notre insu et qu’ils espionnent nos faits et gestes pour le compte de personnes ou groupes dont-on ne connaît pas toujours les intentions.

Les frontières entre l’humain et la technologie peuvent devenir perméables et comme l’a suggérée notre intervenante, il faut dés aujourd’hui réfléchir la place accordée aux robots dans notre société. Les domaines que sont le droit, l’éthique doivent se saisir de la question afin de définir les relations humains/robots et ne pas laisser un vide juridique sur la question. Il faut établir quelle sont les droits et la responsabilité de chacun vis-à-vis de ce sujet. Ce que nous voulons dire par là, c’est que nous devons aussi interroger le système dans lequel les robots sont produits car, comme nous le savons, aucune technique ou technologie est entièrement neutre. Tous les robots qui sortent d’usine sont avant tout des machines construites par des petites entreprises ou des grandes multinationales et comme nous l’avons dit plus haut, nous ne connaissons pas leurs intentions véritables à notre égard. Le cas récent du groupe Google interpelle au travers de son « assistant domestique » Alexa qui en dehors de ses fonctions, récupère des données sur ses utilisateurs. Il faut dés lors se demander quel est le but d’une telle démarche ? Pour qui le robot Alexa « travaille » t-il vraiment ? A qui et à quoi servent les données recueillies ?

Cécile Dolbeau-Bandin adopte une position objective et relativiste sur le sujet, elle ne défend ni ne condamne l’utilisation des robots, car elle observe à la fois des avantages et des inconvénients quant à leur utilisation. Ni alarmiste, ni porte-parole des grincements mécaniques des robots, elle suggère de s’interroger sérieusement sur la cohabitation nouvelle, mais de plus en plus commune entre les humains et les robots. Il s’agit de réfléchir sur la place que les uns occupent vis-à-vis des autres et des relations qui s’instaurent entre les êtres, plutôt que d’effectuer une sorte de cohabitation forcée qui serait nocive et dangereuse pour tous. L’implantation des robots ne peut se permettre d’être aléatoire, elle doit être inspectée, mesurée et contrôlée afin de nous assurer qu’elle ne viendra pas perturber, réduire ou annihiler nos activités et surtout nos rapports entre vivants, mais également nos rapports avec le non-vivant. Après avoir mûrement dialogué sur la menace que présentent les robots, et avoir conclu que leur apparition ne venait nullement bouleverser notre ordre, et que peut-être finalement dans une certaine mesure, ils leur arrivent de consolider cet ordre, de le renforcer et de l’améliorer, alors pourquoi nous priver d’eux ? C’est cet examen qui est pointé et qui doit s’accomplir afin de rendre la cohabitation toujours plus agréable.

D’un point de vue plus général, nombreux sont les sociologues qui auraient vu dans l’apparition des robots dans notre quotidien une dénaturation irréversible des rapports sociaux et humains. Car même s’il est très probable que les futurs robots produisent ce genre d’effet, ce n’est pas le cas encore aujourd’hui, aucune machine ne peut remplacer l’humain, puisqu’elle ne possède pas ces desseins, elle est plutôt perçue comme un partenaire, un assistant qui nous accompagne dans nos activités. Pour autant, des études approfondies invitant toutes les disciplines à réfléchir à l’implantation des robots dans notre monde, la sociologie, la philosophie et la psychologie doivent être poursuivies dans le but de permettre aux concepteurs de robots de saisir les enjeux sociaux et les conséquences formelles et informelles de l’implantation des robots dans notre société et dans nos rapports quotidiens, qu’ils soient humains ou non.

Dorian Dolbeau ,
Rémy Phetmanh,
Tanguy Minviell
(Étudiants en M2 Sociologie, université de Caen Normandie)

A lire aussi :


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.