Vaccinations : contraindre, convaincre, laisser enfreindre ?

Image parLiz Masoner de Pixabay

La 7ème journée Etudiants Citoyens a eu lieu le 4 avril 2019 au Pôle des Formations et de Recherche en Santé de l’Université de Caen Normandie sur le thème « Vaccinations : contraindre, convaincre, laisser enfreindre ? ». Ce moment de recherche, intentionnellement interdisciplinaire, est organisé par l’Espace de Réflexion Ethique de Normandie (EREN) et son directeur le professeur Grégoire Moutel. Il permet à des étudiants des disciplines concernées dans le monde médical et celui des sciences de l’homme de croiser leur regard sur un cas clinique concret, qui portait cette année sur le rapport à la vaccination. Deux étudiants par discipline (Médecine, Puériculture, Maïeutique, Droit, Philosophie, Sociologie) participent ainsi à une table ronde après avoir été guidés et aidés par leurs enseignants-chercheurs référents. Le principe même de cette interrogation à multiples foyers est de poser les questions éthiques les plus graves, les plus urgentes eu égard aux progrès de la médecine, et aussi parfois les plus sensibles par rapport à la diversité des convictions personnelles, mais avec le fil conducteur d’un cas concret évitant de s’en tenir à de simples généralités, cette fois sur le sens de la vaccination et sur la défiance face aux vaccins.

Devant un  public de plus de 100 personnes composé d’étudiants en deuxième année de médecine, en puériculture et maïeutique, d’étudiants en droit, sociologie et en philosophie, d’enseignants-chercheurs, de médecins de toutes les spécialités, de représentants d’association et de membres de la société civile, le professeur Moutel a commencé par rappeler le sens de cette journée et les conditions d’une parole respectueuse. Il était important de commencer par le fait médical et ainsi les étudiants de médecine ont ouvert la table ronde en rappelant ce qui a changé avec l’article du code de la santé publique du 11 janvier 2018 sur l’obligation de vaccination portant sur 11 vaccins et en soulignant la difficulté qu’il y a parfois à convaincre les parents. Ils se sont demandé si la non-vaccination peut être considérée comme une maltraitance et quelle est la responsabilité du médecin. La question économique, celle du coût de la vaccination par rapport au coût des conséquences de la non-vaccination fut aussi posée. Ils abordèrent également la question du devoir envers les autres, au-delà de la famille, et celle du devoir de protection des personnes les plus vulnérables. Bien sûr, ils ont évoqué quelques faits historiques et notamment l’horreur de la rougeole dans les années 50, tout en soulignant que le risque zéro n’existe pas en médecine. Les étudiants en puériculture tout en dénonçant les idées reçues sur les lobbys se sont interrogé sur le risque de contamination des enfants d’une crèche par un enfant ou par un adulte non vacciné, voire sur le risque de la réapparition de maladies éradiquées. S’est alors posé le problème d’une prise de position individualiste par rapport au bien collectif, y compris celui des pays qui n’ont pas la même couverture vaccinale. Les étudiants en maïeutique ont rappelé les graves conséquences des oreillons sur l’enfant, la femme enceinte et l’adulte en général tout en soulignant la difficulté pour transmettre des informations fiables. Plusieurs arguments des « théories du complot » furent envisagés. Enfin fut évoquée la tension entre la nécessité de respecter la volonté des parents et celle de respecter le code de la santé publique. L’État peut-il porter atteinte à la sphère privée de la vie familiale sans porter atteinte à une liberté fondamentale ? Ne faut-il pas, cependant, suivre un principe de justice : on ne se vaccine pas que pour soi ? Les étudiants en droit ont repris et développé cette tension entre bien commun et liberté de l’individu en évoquant la réapparition de la rougeole, notamment au Costa Rica par une famille française non vaccinée. Ils ont également montré le danger des faux certificats médicaux pour lesquels le médecin risque de lourdes sanctions. Si la responsabilité du médecin ne peut être engagée pour la vaccination, celle de l’ État peut-elle être engagée ? Il est difficile de généraliser dans un tel domaine et c’est ce qui fait aussi la vie du droit. Prenant la parole, les étudiants de philosophie sont repartis de la tension entre choix individuel et bien commun en rappelant que la liberté de chacun ne peut que s’inscrire dans un cadre de la liberté de tous et que le problème est d’abord celui de la culture et de l’information afin de pouvoir poser un choix vraiment libre, qui n’obéisse pas à la simple rumeur. S’il y a un devoir des parents de s’informer, il y a aussi un devoir des institutions d’expliquer de toutes les manières possibles en diversifiant les modes de la persuasion. En outre, au-delà de la responsabilité juridique, il y a tout de même la responsabilité morale sur les conséquences de ses actes. Le bien commun est un bien dont chacun devrait répondre. Se pose alors la difficile question de l’équilibre entre convaincre et contraindre. Il serait irénique de compter sur la seule explication rationnelle, mais on ne peut pas tomber dans la violence de la seule contrainte. L’action politique demande donc de la « prudence » au sens de la prudentia. Les étudiants de sociologie ont souligné la puissance de la fausse information, parfois portée par les médias et leur goût du spectaculaire, et sur la confusion, parfois involontaire et parfois volontaire, entre simple corrélation et relation de cause à effet. Le problème du modèle de l’autorité dans le monde contemporain ouvert à de multiples sources d’information fut aussi posé ainsi que celui de la dévalorisation des valeurs. Enfin, ils ont mis en évidence que le souci de la solidarité ne peut pas se décréter et qu’il s’agit là d’un problème profond de société, qui engage notre avenir et notre capacité à donner du sens, voire à inventer de nouvelles valeurs.

La discussion fut très riche et a pu porter aussi bien sur les faits médicaux, sur la difficulté de légiférer ou d’envisager des sanctions, sur les conditions d’un choix libre, sur la complexité de la communication et sur la situation historique de la France à la fois pays de Pasteur et lieu d’une très grande méfiance sur les vaccins.

Cette journée s’est terminée par la conférence d’Emmanuelle Kuhnmunch sur « La vaccination à l’épreuve des réseaux sociaux », qui, tout en soulignant la bulle cognitive des internautes, a pu montrer comment articuler convaincre et contraindre. Les textes des interventions seront accessibles sur le site du PFRS.

Emmanuel Housset
Identité et Subjectivité, université de Caen Normandie
Membre du conseil d’orientation de l’EREN


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Elsa Jaubert dit :

    Bravo pour cette manifestation, très bel exemple d’interdisciplinarité pertinente et fructueuse. Serait-il possible d’avoir le lien vers les textes indiqué à la fin du CR; je n’arrive pas à mettre la main dessus malgré mes recherches. Merci d’avance.

    • Dominique Hureaux dit :

      Renseignement pris, les documents devraient être mis en ligne sur le site de l’EREN à la fin du mois de juin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.