Enjeux, débats et perspectives : 50 ans des sciences de l’éducation

par THIERRY PIOT( CIRNEF)

Ce colloque, organisé par le CIRNEF (EA 7454) et l’AECSE (Association des Enseignants-chercheurs en Sciences de l’éducation), s’est déroulé à l’université de Caen Normandie (amphithéâtre Pierre Daure et Maison de la Recherche en Sciences humaines) du 18 au 20 octobre 2017. Il a rassemblé plus de 300 chercheurs, ces derniers étaient majoritairement français et membres de la quasi-totalité des unités de recherche labellisées du territoire national, mais aussi originaires de différents continents (Europe, Afrique, Amérique, Asie) et de nombreux étudiants de Master ou doctorants autour de deux conférences plénières, 18 symposia thématiques et 70 communications scientifiques en ateliers.

Le CIRNEF (Centre interdisciplinaire de recherche normand en éducation et formation) est dirigé par le professeur Thierry Piot qui a coordonné l’organisation scientifique du colloque. Ce laboratoire normand (rattaché à l’Université de Caen Normandie) est la seule unité de recherche en sciences de l’éducation dans la région Normandie et rassemble plus de 50 enseignants chercheurs et 100 doctorants des universités de Caen et Rouen (http://cirnef.normandie-univ.fr/ ). L’AECSE (Association des Enseignants-chercheurs en Sciences de l’éducation) est une association nationale qui vise à faire connaître et valoriser sur le plan scientifique et sociétal les travaux dans le champ des sciences de l’éducation (http://www.aecse.net/ )

Il s’agit d’un événement scientifique important pour les sciences de l’éducation, organisé à l’occasion des 50 ans de la naissance de cette discipline. En effet, en octobre 1967, est créée la première chaire française des sciences de l’éducation à Caen, sous l’impulsion du Professeur Gaston Mialaret. [Notons que le 12 décembre 2018, Pierre Denise, Président de l’Université de Caen Normandie, en présence de Catherine Garncarzyk, directrice de l’ESPE, a nommé la bibliothèque universitaire de cette composante « Gaston Mialaret en l’honneur de ce dernier et pour sa contribution au rayonnement de l’Unicaen dans laquelle il a enseigné durant 30 années.] Les sciences de l’éducation revendiquent une approche plurielle qui articule des regards psychologiques, sociologiques, historiques et philosophiques.

Les sciences de l’éducation embrassent l’ensemble des problématiques éducatives qu’elles éclairent avec des regards interdisciplinaires : la philosophie (notamment pour la question cruciale des objectifs de l’éducation), la psychologie (qui s’intéresse au sujet apprenant, notamment sur les plan de la cognition et de la motivation), la sociologie (qui apporte à la suite de Durkheim des analyse liées aux contextes sociaux de l’apprentissage) et l’histoire (qui permet de comprendre l’actualité à la lumière d’une analyse diachronique des questions, des idées et des institutions éducatives) sont les disciplines fondatrices de cette discipline. Plus récemment, la géographie sociale, la psychanalyse ou encore l’anthropologie de l’enfance sont venues, parmi d’autres disciplines contributives, renforcer le spectre et la richesse des recherches et des productions scientifiques des sciences de l’éducation, permettant ainsi de relever le pari d’une approche qui apporte de l’intelligibilité à la complexité des questions éducative qu’elle étudie.

Au-delà donc du champ scolaire, qui garde une place non négligeable à travers les travaux nombreux qui sont réalisés, les sciences de l’éducation se sont développées notamment dans le champ de la formation des adultes : la question de la formation professionnelle initiale et continue, celles des transitions et reconversions sont des questions vives dans une société du travail en profonde transformation. Un autre champ est celui, vaste également de l’éducation informelle ; De même, les travaux dans le champ de l’éducation familiale ou l’éducation spécialisée sont nombreux. Les sciences de l’éducation s’intéressent également à la question du genre ou aux mutations du numérique qui, parmi de nombreuses autres, se pose à la société et aux éducateurs professionnels comme aux parents. On peut aussi mentionner les recherches relatives à la formation des maîtres, dans un contexte de changements récurrents (des Écoles normales aux IUFM puis aux ESPE), qui reflète les transformations de la société elle-même. Il serait maladroit de viser une présentation exhaustive des sciences de l’éducation en quelques lignes ; il est de découvrir celles-ci au travers de la lecture de la littérature scientifique (par exemple, la revue référente pour l’HCERES  Les sciences de l’éducation – Pour l’Ère nouvelle, anciennement dirigée par Gaston Mialaret et toujours éditée par le CIRNEF (http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/cerse_revue).

Ce colloque a été l’occasion de s’interroger sur le chemin parcouru et sur les défis à venir pour cette discipline universitaire : les enjeux liés à l’éducation et la formation sont aujourd’hui au cœur de nombreux débats sociétaux et politiques, trop souvent menés avec un parti pris idéologique ou des convictions non fondées. Des questions vives nombreuses ont été au centre des travaux scientifiques : la mixité scolaire, l’efficacité des apprentissages, la question de la formation des adultes ou de l’insertion professionnelle, les usages du numérique à l’école et dans la société, la question de l’éducation parentale et au delà celle l’autorité en éducation…

La conférence d’ouverture, intitulée «  Défis et contradictions d’une discipline indisciplinée ; Mises en perspectives historique et internationale des sciences de l’éducation »  a été réalisée par Rita Hoffstetter, professeure d’histoire de l’éducation à l’Université de Genève. Rita Hofstetter explore différents chantiers de recherche avec les membres de son équipe (ERHISE) et les collaborateurs des Archives Institut Jean-Jacques Rousseau (AIJJR), qu’elle préside. Elle co-coordonne le Standing Working Group «Mapping the Discipline History of Education» de l’Association internationale d’histoire de l’éducation (ISCHE). Ses thèmes de recherche actuels sont notamment le déploiement des sciences de l’éducation dans une pluralité de contextes, la construction de l’État enseignant et des savoirs de référence des formations aux professions enseignantes ou encore les transformations des disciplines enseignées et de la culture et « forme » scolaires. (Voir la vidéo)

(1) Théorie-Pratique (Voir la vidéo)
L’articulation entre théorie/pratique a toujours été un questionnement développé en sciences de l’éducation. Les conceptions des filières de formation, les pratiques pédagogiques, tout autant que le champ des recherches sur l’éducation et la formation ont été traversés par  des  positions différentes sur cette articulation. Cette perspective renvoie à la fois à des enjeux sociaux et à des enjeux scientifiques liés au développement de notre discipline. L’opposition traditionnelle théorie/ pratique en termes d’apprentissage, de savoirs, de modes pédagogiques se trouve souvent discutée par les chercheur(es) en Sciences de l’Education. Aussi aujourd’hui les liens tissés entre différentes formes de recherche et le développement de pratiques professionnelles réflexives incitent notre communauté à penser et re(penser) cette dichotomie théorie/ pratique dans des cadres paradigmatiques renouvelés. Les propositions de communications pourront explorer ces différentes pistes heuristiques.
Coordination : Pascal Roquet (Cnam)
Intervenants : Jean-Marie Barbier (Cnam), Lucilia Machado (Belo Horizonte), Patricia Remoussenard (Lille 3)

(2) Formation des enseignants – formation des adultes (Voir la vidéo)
Dès leur création en 1967, la formation des enseignants est apparue comme un enjeu fort des sciences de l’éducation. La création des IUFM à la suite du rapport Bancel (1992), puis le passage aux actuelles ESPE, constitueraient, eu égard au nombre d’enseignants-chercheurs de la section 70 du CNU qui y sont en poste, un indicateur pertinent de la place importante des sciences de l’éducation dans la formation des enseignants et son évolution depuis 50 ans. Mais la réalité est certainement plus complexe.

La formation des adultes constitue un autre champ où les sciences de l’éducation ont pu trouver un espace pour se développer, affirmer aussi leur identité en dehors du champ scolaire où on les enferme trop souvent, en tension aussi parfois avec la formation des enseignants. Avec la demande de formation accrue dans un monde social et un monde du travail en fortes mutations (et notamment la Formation Tout au Long de la Vie), la formation des adultes apparaît comme un enjeu de premier plan où les sciences de l’éducation – que certains aimeraient appeler « les sciences de l’éducation et la formation » – ont à faire entendre leur voix à travers des recherches où leur capacité à conjuguer les cadres d’analyse les rend finalement particulièrement pertinentes.

Coordination : Richard Wittorski (Rouen)
Intervenants : Marguerite Altet (Nantes), Laurent Cosnefroy (ENS Lyon), Jean-François Marcel (Toulouse), Danièle Périsset (HEP Valais- Suisse).

(3) Pédagogies- Didactiques (Voir la vidéo)
Les sciences de l’éducation ont la particularité de réunir plusieurs disciplines autour d’un même objet, l’éducation. En 2001, l’association des chercheurs en sciences de l’éducation publiant un nouveau livret sur les enjeux, les finalités et les défis de la discipline soulignait la croissance des travaux de didactique et de pédagogie, qu’en est-il aujourd’hui ? Yveline Fumat (2009) précise que l’intégration des didactiques aux sciences de l’éducation pose les problèmes fondamentaux des liens de la pédagogie avec les différentes didactiques et entre les sciences de l’éducation et la pédagogie. Comment définir aujourd’hui ces termes et ce qui les relie ? Ce sont ces questions qui pourront être abordées dans les propositions de communications en référence à l’histoire et à l’actualité des sciences de l’éducation en France et à l’étranger.

Coordination : Chantal Amade Escot (Toulouse)
Intervenants : Pascale Brandt-Pomares (Aix-Marseille), Jean Houssaye (Rouen), Paul Olry (Agrosup Dijon), Bernard Sarrazy (Bordeaux)

(4) Mixité, inégalités et émancipations (Voir la vidéo)
Si la question des inégalités sociales est centrale dans les premiers travaux de sociologie de l’éducation, celle des inégalités et de la mixité, dans le sens sexué, a émergé très tardivement en sciences de l’éducation. Ces travaux ont interrogé l’évidence du lien entre mixité et égalité. En effet, si la mixité scolaire, dans le sens d’un égal accès des filles et des garçons à tous les savoirs, à tous les lieux de savoir, marque un pas vers l’égalité, l’institutionnalisation et la généralisation progressive de la mixité n’ont pas empêché les inégalités de se produire et reproduire (Mosconi, 1989). Pour autant, qu’on se demande si Les hirondelles de la mixité font le printemps de l’égalité, pour reprendre M. Ferrand (1995), doit-il nous faire renoncer à cet idéal, en mettant par exemple en avant qu’elle nuirait aux garçons (Fize, 2003) ?
La réflexion sur la mixité se situe au croisement de la sociologie, de l’histoire mais aussi de la philosophie et des sciences politiques. En effet, c’est la question des enjeux et des finalités qui est posée : si la mixité ne fait pas la démocratie (Baudoux & Zaidman, 1992), elle constitue un projet utopique de société (Marry, 2004), ce qui nous renvoie à l’enjeu d’émancipation.

Aujourd’hui, non seulement la question du devenir d’enfants migrants ou descendants de migrants (Felouzis, 2016 ; Brinbaum et al., 2016), celle des discriminations (re)produites par l’institution scolaire elle-même (Dhume et al., 2011) ont pu être posées dans les recherches en éducation, mais encore une nouvelle grille de lecture émerge, la visée étant d’interroger la complexité des processus à l’œuvre, l’imbrication de rapports sociaux, de rapports de domination qui traversent et travaillent les histoires des sujets, les espaces d’éducation et de formation, les pratiques, les curricula… Outre les dimensions épistémologiques et méthodologiques en jeu, on peut se demander dans quelle mesure l’introduction d’une approche intersectionnelle renouvelle la pensée sur l’égalité, sur l’émancipation, mais aussi sur les pratiques pédagogiques.

Sont attendues des propositions de communication qui explorent ces pistes, y compris d’un point de vue critique, et selon des angles pluriels (sociologiques, historiques, pédagogiques, philosophiques…).

Coordination : Nicole Mosconi (Paris Ouest Nanterre la Défense)
Intervenants : Marie Duru-Bellat (Science Po Paris), Caroline Dayer (Genève), Fabrice Dhume (Paris Diderot), Gaël Pasquier (Upec)

La conférence de clôture, concernant les perspectives et les défis à venir pour les sciences de l’éducation, fut une conférence à deux voix : Marie-Pierre Chopin (Université de Bordeaux) et Julie Delalande (Université de Caen Normandie). (Voir la vidéo)

Marie-Pierre Chopin est professeure des universités en sciences de l’éducation et directrice de la faculté des sciences de l’éducation de l’université de Bordeaux. Elle est chercheure au laboratoire Cultures et Diffusion des Savoirs (CeDS, EA-7440) et chercheure-associée à l’UMR Passages-CNRS. Ses travaux portent sur les pratiques éducatives et en particulier sur la manière dont ces pratiques sont structurées par les contextes au sein desquels elles surviennent (espaces scolaires ou non, arrière-plans pédagogiques ou idéologiques, etc.). La dimension épistémique de la transmission, liée aux types de savoirs engagés (mathématiques, pratiques artistiques…), est également centrale dans son approche. Ses recherches sont ainsi menées dans des espaces de pratique contrastés : du champ scolaire au champ artistique. Au croisement de regards anthropologique et didactique, elles la conduisent à défendre une conception contextualisée de la pédagogie et à consacrer certains de ses travaux à deux dimensions permettant la prise en compte de ce contexte dans l’étude des phénomènes de diffusion des savoirs : celles du temps et celle du corps.

Julie Delalande est professeure des universités en Sciences de l’éducation à l’Université Caen-Normandie. Chercheure au CIRNEF EA7454, elle est co-responsable à Caen du thème 1 EJAID, Enfants, Jeunes et Adultes en Interactions et Dialogue. Anthropologue de formation, elle travaille sur l’enfance et plus particulièrement sur les relations entre pairs, le statut social des enfants, la représentation sociale de l’enfance.

On peut signaler qu’une soirée festive a permis de mettre en lumière le laboratoire CIRNEF créé au 1er janvier 2017 : l’orchestre ambulant « La banda jojo » et un buffet de produits gastronomiques normands ont agrémenté la soirée qui s’est déroulé dans l’Aula Magna.

Cet espace accueillait pour le colloque deux expositions : l’une consacrée à une exposition sur « les valeurs de la République à l’école » (prêt du MUNAE). Une autre exposition été proposée à la MRSH sur le thème de « la mixité à l’école » (prêt du MUNAE).

Conclusion

Les débats concernant l’éducation et la formation intéressent au premier plan la société. Ils sont complexes et souvent passionnés, eu égard aux enjeux dont ils sont porteurs, tant au plan des valeurs qu’au plan de l’efficacité du système éducatif. Les diverses contributions durant le colloque ont permis de faire le point sur les productions scientifiques des chercheurs en éducation. Celles-ci doit assurément continuer à devenir plus lisibles et plus audibles afin que les résultats de ces recherches puissent éclairer tous les acteurs de l’éducation… c’est à dire chacune et chacun d’entre nous.

Site web du colloque : https://50ans-sc-educ.sciencesconf.org/
Site web du CIRNEF : http://cirnef.normandie-univ.fr/


Dominique Hureaux

Chargé de communication de la MRSH

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.