Les Accords du Vendredi Saint : 20 ans après

Le 29 mars dernier, l’équipe ERIBIA, en collaboration avec l’université de la Rochelle, a organisé un colloque consacré aux accords de paix pour l’Irlande du Nord. Vingt ans après leur signature pour mettre fin au conflit nord-irlandais, en 1998, et le jour initialement prévu pour la sortie du Royaume-Uni (et donc de l’Irlande du Nord) de l’Union européenne, la communauté irlandisante de France, augmentée de quelques participants et invités étrangers, se sont réunis à l’Université de Caen Normandie pour dresser un bilan. Responsables scientifiques : Olivier Coquelin, Christophe Gillissen, Alexandra Slaby.

Crédit : Gates in the ‘Peace Line’, Laurence’s travels via Flickr – licence CC

Vingt ans de paix et de réconciliation ? Les tensions ont-elles disparu avec le redressement des discriminations, les programmes intercommunautaires et transfrontaliers de réconciliation et de coopération ? Peut-on mesurer les réussites et les échecs de ces programmes? Ce sont ces questions que les intervenants ont abordées.

Les trois invités d’honneur Hélène Alfaro (Paris-Est Marne-la-Vallée), David Mitchell (TCD Belfast) et Brian Mac Cuarta SJ (jésuite d’Irlande du Nord) ont décrit et analysé les programmes culturels de coopération dans les arts visuels et le théâtre, les fondamentaux et les évolutions de l’unionisme politique nord-irlandais existentiellement attaché au Royaume-Uni (et au Brexit), et les exemples concrets de coopération entre catholiques et protestants à travers le ministère de proximité des jésuites en Irlande du Nord qui ont réussi à faire prier, étudier, travailler ensemble catholiques et protestants.

Jan Freytag, jeune historien allemand, a exploré les enjeux théologiques de la réconciliation inter-communautaire à travers l’expérience de deux prêtres nord-irlandais. Charlotte Barcat a analysé la contribution de l’aménagement urbain à la neutralisation symbolique des espaces et à la réconciliation à travers la construction du Peace Bridge de Derry-Londonderry. Karine Bigand, spécialiste de muséographie en Irlande du Nord, et Fabrice Mourlon, qui a travaillé sur le traumatisme des victimes du conflit nord-irlandais, ont apporté leurs éclairages scientifiques sur la mise en images et la mise en récit des troubles, et sur la pacification. Enfin, Anne Groutel et Christophe Gillissen ont retracé l’histoire de la frontière entre l’Irlande et l’Irlande du Nord et abordé les enjeux économiques et politiques de la remise en activité dans le contexte du Brexit de cette frontière qui avait été neutralisée et était devenue invisible au lendemain des Accords de paix.

La forte cohérence interne et la complémentarité des thématiques abordées ont rendu ce colloque intellectuellement gratifiant. C’est aussi l’occasion de découvrir de nouveaux talents chez de jeunes chercheurs, et aussi de resserrer comme chaque année les liens qui unissent la communauté irlandisante française habituée à venir à Caen tous les ans depuis plus de 40 ans.

Alexandra Slaby
Maître de conférences en Anglais
université de Caen Normandie


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search