La nature artiste

Jeudi 28 mars 2019, dans le cadre d’un séminaire de master consacré aux Aveux de la chair de Michel Foucault, Maryvonne Saison, Professeur émérite à l’université Paris-Nanterre et Présidente de la Société Française d’Esthétique jusqu’en 2011, a proposé une communication sur Mikel Dufrenne et Michel Foucault, à l’occasion de la publication de son livre La Nature artiste. Mikel Dufrenne de l’esthétique au politique aux éditions de la Sorbonne (2018).

Depuis quatre ans, on assiste à un regain d’intérêt pour Mikel Dufrenne, qui n’est hélas pas accompagné d’une réédition de ses œuvres. Le livre de Maryvonne Saison, La nature artiste, a pour but de restituer le caractère original, et atypique de la pensée de Dufrenne, sans la réduire à l’esthétique ou à une phénoménologie systématique. La systématicité des Mots et les choses est du reste une critique importante de Dufrenne à l’encontre de Foucault. Dans Pour l’homme et dans son article des Études philosophiques paru en 1970, Dufrenne oppose à la modernité, dont Foucault est le symptôme, une pensée du positif, du bonheur, qui rend compte de sa manière d’être. Le thème de la mort est un thème majeur de l’anti-humanisme contemporain pour Dufrenne. La philosophie de la mort et du néant de Heidegger, Blanchot et Derrida est pour Dufrenne une sorte de théologie négative, qui signe le retour de la religiosité dans la philosophie. Là contre, Dufrenne oppose la tentative de faire droit à la vie. Le fait premier, c’est la naissance, et non la mort.  La naissance de l’homme est associée chez Dufrenne à l’idée que la Nature le produit pour être présente à elle-même dans une conscience. Dufrenne oppose ainsi aux Mots et les choses une archéologie phénoménologique, prenant en considération l’homme réel. Maryvonne Saison rappelle qu’il n’y eut jamais d’acrimonie personnelle entre Foucault et Dufrenne, mais une opposition radicale entre les deux hommes, tant dans leurs manières de vivre que de penser. Dans son édition du cours de Foucault sur la sexualité à Clermont-Ferrand, Claude-Olivier Doron évoque la « blessure » que la philosophie foucaldienne nous inflige. Faut-il dire que Dufrenne opte de son côté pour la consolation ? Selon Maryvonne Saison, il est plutôt du côté du ressourcement : il accepte la finitude de l’homme en assumant les responsabilités qui lui incombent. Quand Foucault utilise les données nouvelles, c’est pour détruire les illusions du monde qu’il considère comme révolues. Dufrenne les réintègre de son côté dans le paradigme philosophique.

Les discussions avec les étudiants et les membres de l’équipe Identité et Subjectivité ont porté notamment sur la proximité de la philosophie de la Nature dufrennienne avec l’ontologie merleau-pontyenne, sur la lecture contestable de Husserl et Heidegger par Dufrenne, sur la signification du naturalisme dufrennien, et sur les relations ambiguës que Dufrenne entretient avec la philosophie de l’art.

Compte rendu complet des discussions sur https://philodelart.hypotheses.org/255

Maud Pouradier
Identité et subjectivité


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search