Le Dictionnaire Électronique des Synonymes du CRISCO et l’éventail des sens lexicaux

Depuis la fondation du CRISCO (UMR CNRS de 2000 à 2007 et EA 4255 depuis lors), le développement dans ce laboratoire du Dictionnaire Électronique des Synonymes (DES)  en direction des internautes a connu un succès grandissant. Régulièrement, des articles paraissent dans la presse (Magazine Caen Mag, le site actu.fr, Le Monde diplomatique entre autres) qui insistent sur l’engouement croissant pour cet outil.

Cependant la majorité des internautes ne consultent que les copieuses listes de synonymes et d’antonymes du DES et leurs multiples liens réciproques, sans beaucoup s’interroger sur le critère de sélection des « premiers synonymes » ni  s’attarder sur des « espaces sémantiques » qui (en dépit des diverses notices explicatives qui les accompagnent) leur donnent l’impression de cartes au trésor mystérieuses et dont la lecture leur paraît semée de traquenards.

Le présent article proposé par Laurette Chardon, ingénieure de recherche au CRISCO, et Jacques François, professeur de linguistique émérite à l’université de Caen-Normandie et fondateur du CRISCO, a un double objectif. Il s’agit :

– d’une part d’expliquer l’architecture du DES qui est à la base du calcul des premiers synonymes et de leur disposition dans l’espace sémantique multidimensionnel d’un mot-vedette en cours d’étude (disposition qui varie selon le plan de visualisation adopté tout en présentant des caractères invariants),

– et d’autre part de dévoiler un aspect intrigant des recherches en cours, l’élaboration de visualisations tridimensionnelles dynamiques, dont la fonction est notamment de faire apparaître ces invariants. Plusieurs illustrations en sont fournies dans le domaine des verbes (comprendre, compter, entendre, importer) et des adjectifs (sec, curieux).


Sommaire :


Synonymie / paraphrase et polysémie / ambiguïté

Dans les langues de communication, rares sont les mots dénués de synonymes – ou plus exactement de « parasynonymes », c’est-à-dire de mots susceptibles de se substituer à eux dans au moins un type de contexte, moyennant généralement la perte ou l’ajout d’un trait sémantique, syntaxique ou pragmatique – et rares sont également les mots qui peuvent figurer dans différents types de contexte sans le moindre changement de sens. Si le lexique, par exemple du français actuel, ne présentait pas cette double propriété, le français ne serait pas – dans les termes du romaniste Eugenio Coseriu – une langue « historique », mais une langue « fonctionnelle »Note1 .

La principale caractéristique d’une langue fonctionnelle est que tout signe lexical associe un seul sens à une seule forme (ou un seul signifié à un seul signifiant), ce qui exclut à la fois la synonymie (comme association d’au moins deux signifiants à un signifié) et l’éventail des sens d’un mot (la « polysémie », définie comme l’association d’au moins deux signifiés à un même signifiant). C’est l’idéal recherché dans les terminologies, qui sont forgées de manière à éviter d’avoir à trancher entre deux formes pour un même sens ni entre deux sens pour une même forme. Mais les terminologies ne sont pas le produit d’une communauté linguistique vivante, elles sont destinées à satisfaire les besoins de compréhension mutuelle parmi un ensemble de spécialistes d’un domaine technique, contrairement aux langues historiques qui se sont constituées tout comme les strates géologiques avec des érosions, des compressions, des amalgames, des mouvements tectoniques, etc.

Un synonyme d’un adjectif-vedette l’est généralement dans un contexte particulier, exprimé notamment par un nom dont l’adjectif-vedette et l’adjectif-synonyme peuvent figurer en épithète. S’agissant de la vedette sec c’est effectivement le cas pour l’adjectif-synonyme maigre en rapport avec un corps : un corps sec équivaut à un corps maigre. De même, en rapport avec un apéritif, l’un des synonymes de sec est pur : un apéritif sec équivaut à un apéritif pur, c’est-à-dire non dilué par de l’eau ou de la glace.

Par ailleurs maigre est synonyme de modeste en rapport avec une somme d’argent, mais modeste et sec n’entretiennent pas de lien synonymique. De son côté, pur est synonyme de limpide en rapport avec de l’eau, mais comme un apéritif est sec précisément quand il n’est pas dilué avec de l’eau, sec et limpide ne peuvent pas entretenir un lien synonymique.

En revanche, il arrive que sous l’effet d’une extension métaphorique un même adjectif soit synonyme de sec dans deux types de contextes différents. C’est le cas pour aride qui est synonyme de sec en rapport avec une terre, et par métaphore avec un style : la propriété d’aridité vaut aussi bien pour une terre sèche (sens concret primaire) que pour un style sec (sens abstrait métaphorique). Cela vaut aussi pour la propriété concrète de sécheresse du goût d’un vin et celle abstraite d’un acte de discours (par ex. une réponse), qui peut être qualifiée d’acerbe : un vin sec équivaut à un vin acerbe, tout comme une réponse sèche équivaut à une réponse acerbe.

La figure 1 représente ces quatre cas de figure. Dans les deux premiers cas (un corps sec / maigre vs une maigre somme ; un apéritif sec / pur vs une eau limpide) maigre est synonyme de sec s’agissant d’un corps, mais pas s’agissant d’une somme. De même pur est synonyme de sec à propos d’un apéritif, mais pas à propos d’une eau. C’est une configuration élémentaire de relations entre les signifiants (les mots) et les signifiés (les concepts véhiculés par les mots). En revanche dans les deux autres cas, aride est synonyme de sec en ce qui concerne aussi bien une terre (espace concret) qu’un style (pratique abstraite) et acerbe est synonyme de sec aussi bien en rapport avec un vin qu’avec un acte de discours. Ici, un même signifiant correspond à deux signifiés. La vedette sec est évidemment polysémique, mais ses synonymes aride et acerbe le sont aussi. La configuration est donc plus complexe et c’est une propriété importante pour la représentation cartographique ou géométrique des sens d’une vedette, car c’est la polysémie de certains des synonymes de la vedette qui permet ce type de représentation. La visualisation des différents sens d’une vedette polysémique serait composée de zones dissociées si chaque synonyme de la vedette ne l’était que dans un seul type de contexte.

Figure 1 : Synonymes de la vedette SEC dans un seul vs. dans deux contextes

Figure 1 : Synonymes de la vedette SEC dans un seul vs dans deux contextes

Retour sommaire

Comment les liens synonymiques modèlent la représentation de la polysémie dans le DES

Le DES est un projet de recherche initié par Bernard VICTORRI, directeur de recherche et Sabine PLOUX ingénieure de recherche dans les années 90. La base de départ a été constituée à partir de sept dictionnaires classiques. Un premier travail, réalisé par l’INALF (Institut National de la Langue Française), a permis d’en extraire les relations synonymiques. Le laboratoire ELSAP, dont le CRISCO a pris le suite en 2000, a ensuite concaténé, homogénéisé et symétrisé les données. Depuis 1994, un important travail de correction se perpétue par l’ajout ou la suppression de liens synonymiques et antonymiques. A ce jour, le DES comprend près de 50.000 entrées et plus de 207.000 relations synonymiques (visiter la présentation du DES sur le site du CRISCO pour plus détails).

Dans les représentations du DES, les coordonnées de sens sont établies par des cliques de synonymes. Celles-ci sont très majoritairement homogènes, mais certaines sont hétérogènes. Une clique est homogène quand la vedette et les synonymes qu’elle rassemble le sont dans un même type de contexte, elle est hétérogène quand la vedette est remplaçable par une partie des synonymes dans un certain type de contexte et avec une autre partie dans un autre type de contexte. À proprement parler, ces cliques paraissent insatisfaisantes, mais d’une part elles sont rares et d’autre part elles sont indispensables pour relier des cliques homogènes. C’est le cas de la clique {austère, rude, sec, sévère, simple}. Austère est synonyme de sec en rapport avec la mine ou l’allure, rude et sévère le sont en rapport avec soit la mine, soit un acte de discours. Quant à simple, cet adjectif est synonyme de sec dans d’autres types de contextes (p.ex. être au pain sec  ⇒ ne pouvoir se nourrir que de simple pain, sans adjuvant ; acheter un vol sec  ⇒ un simple vol, sans hébergement ou location d’un véhicule), cf. tableau 1.

Tableau 1 : Analyse des contextes des synonymes dans une clique hétérogène

Tableau 1 : Analyse des contextes des synonymes dans une clique hétérogène

La figure 2, cartographiant (sur le plan 1×2) l’espace sémantique de sec à l’aide du DES, permet de comprendre la place intermédiaire de cette clique hétérogène entre deux zones sémantiques. La partie supérieure droite est occupée par des cliques homogènes qui concernent sec comme propriété d’une mine, d’une allure ou d’un comportement, ex. {austère, dur, raide, rigide, rude, sec, sévère}. La partie supérieure gauche concerne sec comme propriété d’un corps, ex. {décharné, efflanqué, maigre, sec, squelettique, émacié, étique}. Les adjectifs austère, rude et sévère s’appliquent à la propriété d’une mine ou d’un comportement, notamment d’un acte de discours. En revanche l’espace de l’adjectif simple se déploie entre la clique mentionnée plus haut et la clique {pauvre, sec, simple}, qui s’applique à l’appréciation par ex. d’un style dénué d’ornements. Et la clique {décharné, maigre, pauvre, sec, squelettique} qui termine l’espace de pauvre dans la zone supérieure gauche est elle aussi hétérogène, car décharné, maigre et squelettique s’appliquent au corps d’une personne ou d’un animal, alors que pauvre s’applique aux moyens de subsistance.

On peut naturellement pratiquer une inférence entre la maigreur et la pauvreté, mais la maigreur n’implique pas la pauvreté ni l’inverse. Donc, les deux adjectifs simple et pauvre figurent dans des cliques hétérogènes, parce qu’ils ne s’appliquent pas au même type de contexte que les autres synonymes de ces cliques, ce qui est en soi insatisfaisant, mais qui permet de passer progressivement d’une première vision de la sécheresse comme propriété morale ou psychologique (dans la zone supérieure droite) à une seconde vision comme propriété physique (dans la zone supérieure gauche).

Figure 2 : L’espace sémantique de l’adj. SEC visualisé par le DES sur le plan 1x3

Figure 2 : L’espace sémantique de l’adj. SEC visualisé par le DES sur le plan 1×2

Retour sommaire

La saillance variable des liens synonymiques

Pour se convaincre que le français est une langue historique, comportant un degré faible, mais non négligeable de relations complexes (et parfois perceptible à première vue comme chaotique) entre l’éventail des contenus associés à chaque mot et l’éventail de ses synonymes, il suffit de pratiquer le petit exercice qui suit. Votre tâche consiste à ranger dans un ordre de pertinence décroissante trois synonymes proposés pour quatre verbes :

Tableau 2 : La pertinence comparée de trois synonymes proposés pour quatre verbes

Tableau 2 : La pertinence comparée de trois synonymes proposés pour quatre verbes

  • Il y a toutes chances que vous ayez hésité entre A : saisir et C : admettre comme meilleur synonyme de comprendre et que vous soyez resté(e) perplexe devant le verbe B : compter, qui vient manifestement en troisième position.

  • Comme meilleur synonyme d’importer, c’est sans doute B : introduire ou C : faire entrer qui vous est venu en premier à l’esprit et à nouveau A : compter vous a probablement paru un synonyme étrange.

  • B : Ouïr vous a certainement paru le meilleur synonyme d’entendre, à moins que vous n’ayez songé à son emploi pour exprimer un raisonnement, auquel cas C : comprendre convient bien, mais A : exiger vous a intrigué.

  • Enfin A : calculer vous a semblé être un véritable synonyme de compter et C : estimer un synonyme passable, mais que faire de B : importer ?

Si vous avez réagi de cette manière, c’est parce que – sans en être expressément conscient(e) – vous avez pratiqué un raisonnement contextuel, et s’agissant de verbes, le trait contextuel le plus saillant concerne le type de sujet grammatical avec lequel il s’associe le plus fréquemment : comprendre s’associe généralement à un sujet animé (être humain, animal supérieur, robot, etc.) C’est également le cas le plus souvent pour importer et compter et c’est toujours le cas pour entendre. Entre les trois synonymes proposés pour entendre, ce n’est pas le type de sujet grammatical qui est distinctif, car c’est toujours un animé, c’est le sens parfois cognitif de ce verbe (ex. J’entends à demi-mot ce que vous attendez de moi) et son sens occasionnellement volontariste (ex. J’entends me faire respecter).

En fait, tous les synonymes proposés dans le tableau 1 sont valides, mais dans des contextes qu’on rencontre plus ou moins fréquemment et qui ne viennent donc pas nécessairement à l’esprit :

  • Comprendre et compter sont bien synonymes dans un contexte tel que : notre groupe parlementaire comprend / compte 50 députés.

  • Importer et compter le sont notamment dans le contexte : vos capacités en informatique comptent / importent beaucoup pour cet emploi.

  • Comprendre et entendre sont synonymes dans un contexte cognitif comme je comprends / j’entends parfaitement ce que vous insinuez, et entendre est synonyme d’exiger dans un autre contexte d’affirmation d’une volonté : j’exige d’ / j’entends être obéi à la lettre !

Retour sommaire

Un espace sémantique multidimensionnel à cartographier

La représentation géométrique (ou cartographique) de l’espace sémantique d’un mot à l’étude (que nous désignerons comme des « vedettes ») délivrées par le Dictionnaire Électronique des Synonymes (DES) du CRISCO permet de repérer indirectement les types de contexte dans lesquels une vedette et chacun de ses synonymes sont mutuellement substituables. Elle ne peut pas le faire directement, car le DES est un dictionnaire qui ne connaît que des relations de synonymie entre mots (simples ou composés, par ex. constaterse rendre compte de, coûteuxhors de prix ou mairiehôtel de ville). Mais les synonymes d’une même vedette qui entretiennent mutuellement une relation de synonymie – c’est-à-dire qui sont substituables à la vedette dans un même type de contexte – sont rassemblés dans des « cliques de synonymes », lesquelles constituent des « coordonnées de sens » associées à la représentation d’une chose, d’une personne, d’une propriété ou d’une scène. Et le degré d’affinité entre toutes les paires de cliques est la base unique de leur répartition dans l’espace sémantique de la vedette, lequel comporte autant de dimensions que la vedette a de synonymes.

La cartographie « 2D » (bidimensionnelle, sur un plan de projection) est donc toujours partielle, elle ne peut rendre compte que d’un profil particulier et il faut passer d’un plan de projection à un autre pour découvrir de nouveaux profils. Ce type de représentation présente des analogies avec les trois types traditionnels de plan d’une maison ou d’un véhicule (de dessus, de face et de côté).

La cartographie « 3D » – voir plus loin – permet en revanche d’ajouter à la représentation une « profondeur » qui se révèle très instructive quand elle est « dynamisée », c’est-à-dire quand un programme informatique met la vue en rotation autour de l’un ou l’autre de ses trois axes. En effet, sur le plan proposé par défaut (celui qui a priori répartit au mieux les masses de synonymes), certains synonymes d’une vedette se présentent amalgamés les uns aux autres, sans qu’il soit possible de s’assurer que cet amalgame (un cluster) est une réalité ou s’il résulte de la superposition factice de synonymes éloignés les uns des autres sur un autre plan. En revanche, si au cours d’au moins deux rotations autour de deux axes, un cluster initialement repéré ne se dissocie pas, on est assuré que les synonymes qui le composent sont mutuellement synonymes.

Le tableau 3 répartit les synonymes des quatre vedettes selon qu’ils sont spécifiques à l’une d’elles ou partagés entre deux vedettesNote2 . Les 5 synonymes partagés entre comprendre et compter le sont dans le sens d’une relation contenu-contenant. Ils représentent une faible proportion de l’ensemble des synonymes de comprendre (62) et de compter (58). De même les 5 synonymes communs à compter et importer, qui concernent essentiellementNote3 la paraphrase entre qqc/qqn compte pour qqnqqc/qqn importe à qqn, représentent une faible proportion des synonymes de compter (58) et importer (23). En revanche, sur les 22 synonymes d’entendre, 12 sont partagés avec comprendre, ce qui montre qu’entendre a peu de synonymes dans ses autres sens (essentiellement perceptif : percevoir et volitif : vouloir, exiger).

Tableau 3 : La répartition des synonymes entre les quatre vedettes COMPRENDRE, COMPTER, ENTENDRE et IMPORTER

Tableau 3 : La répartition des synonymes entre les quatre vedettes COMPRENDRE, COMPTER, ENTENDRE et IMPORTER

Retour sommaire

Comment les représentations « 3D » dynamiques du DES traquent les synonymes communs à deux vedettes

À l’aide du DES, il est possible d’une part de construire des représentations tridimensionnelles dynamiques et d’autre part de combiner dans ce format les représentations de l’espace sémantique de deux vedettes. Ces représentations ont un caractère soit potentiellement, soit effectivement dynamique. Les premières se présentent sous la forme d’une vue statique dont la propriété tridimensionnelle est visualisée par la présence de trois axes de couleur respectivement bleue, verte et rouge offrent aux internautes

♦ trois vues dynamiques en autonomie faisant graviter les synonymes autour de chacun des trois axes X, Y et Z,

♦ et trois vues interactives sous le contrôle de l’internaute, celles de la meilleure répartition des synonymes des deux vedettes dans leur espace 3D combiné (les étiquettes des synonymes étant associées à des boules de trois couleurs différentes selon qu’ils concernent seulement la première vedette, la seconde ou les deux), et celles de la meilleure répartition des synonymes dans l’espace 2D des deux vedettes (respectivement sur les plans XY, XZ et YZ).

Ces représentations permettent de vérifier – à travers leur trois variantes – que les synonymes communs à comprendre et entendre (dans le sens cognitif), ceux communs à comprendre et compter (dans le sens contenu-contenant) et ceux communs à compter et importer (dans le sens « être important », à l’exception d’introduire, associé à qqn compte qqc dans qqc) se déplacent groupés, entre les deux groupes de synonymes propres à chacune des vedettes. Bien entendu, ces derniers groupes ne sont pas parfaitement rassemblés au fil des trois types de rotation, mais les synonymes les plus convaincants restent toujours à faible distance des deux vedettes.

À l’aide des trois vidéos ci-dessous et des trois liens vers une version interactive, on peut consulter, pour chaque paire de vedettes, les six types de représentation évoqués ci-dessus. Dans ces représentations, tous les synonymes des deux vedettes sont étiquetés afin de donner une juste idée de l’ampleur de leur espace sémantique combiné. Toutefois les synonymes communs aux deux vedettes peuvent être difficiles à suivre durant leur déplacement autour de l’axe X, Y ou Z dans les vues dynamiques. Dans ce cas, il est préférable de cliquer sur le lien vers les vues interactives pour mieux les visualiser.

► COMPRENDRE-COMPTER

Les synonymes propres à comprendre sont associés à des boules rouges, ceux propres à compter sont associés à des boules jaunes et les synonymes communs le sont à des boules bleues. Dans les trois rotations on discerne une zone comportant l’essentiel des synonymes partagés.

Le bouton en bas à gauche de la vidéo ci-dessus permet de lancer/arrêter le visionnage, celui en bas à droite permet l’affichage en mode plein écran. La vidéo synthétise ce que permet la visualisation interactive (lien ci-dessous). L’axe X est rouge, Y vert et Z bleu. La vidéo réalise un zoom et arrête l’image. L’enveloppe des 3 zones de synonymes (ceux propres à comprendre, ceux propres à compter et ceux en commun) s’affiche. Puis la vidéo se poursuit par une rotation complète sur l’axe Y (vert) et enfin sur l’axe X (rouge).

⇒ Accès à la visualisation interactive de l’espace sémantique de COMPRENDRE-COMPTER sur le site web du CRISCO

On voit plus clairement que les synonymes communs entendre, posséder et prendre occupent un espace différent des synonymes contenir, englober et inclure. Ces trois derniers expriment indiscutablement la relation contenant-contenu, mais pour les trois premiers leurs conditions de synonymie avec les deux vedettes sont plus opaques. Entendre ne semble pouvoir être synonyme de compter que dans le contexte d’un projet (je compte / j’entends régler rapidement ce problème), prendre est vaguement synonyme de compter dans un contexte tel que Je vous compte / prends dans mon équipe , et synonyme de comprendre dans Dans quel sens prenez-vous / comprenez-vous cette phrase ? Enfin posséder est éventuellement synonyme de comprendre dans Ma maison possède/ comprend 4 pièces principales.

► COMPRENDRE-ENTENDRE

Dans la vidéo ci-dessous, avec l’axe X en rouge, l’axe Y en vert et l’axe Z en bleu, on aperçoit l’étiquette de comprendre le long de l’axe Y et celle d’entendre dans le quadrant inférieur droit. Les synonymes propres à comprendre sont localisés par des boules jaunes, ceux d’entendre par des boules rouges et les synonymes communs aux deux vedettes par des boules bleues, disposées entre les deux vedettes.

 

Le bouton en bas à gauche de la vidéo ci-dessus permet de lancer/arrêter le visionnage, celui en bas à droite permet l’affichage en mode plein écran. La vidéo synthétise ce que permet la visualisation interactive (lien ci-dessous). L’axe X est rouge, Y vert et Z bleu. Comme pour la vidéo précédente, un zoom et un arrêt sur image pour montrer  les 3 zones de synonymes sont réalisés. Puis on procède à une rotation complète sur l’axe Z (bleu) et Y (vert).

⇒ Accès à la visualisation interactive de l’espace sémantique de COMPRENDRE-ENTENDRE sur le site web du CRISCO

On peut remarquer, en faisant graviter les synonymes autour des trois axes, que par ex. embrasser reste toujours très proche de comprendre , ce qui suggère que la synonymie entre embrasser et comprendre est beaucoup plus saillante que sa synonymie avec entendre(ou en d’autres termes qu’embrasser et comprendre figurent ensemble dans plus de cliques de synonymes qu’embrasser et entendre).

Et de fait il y a entre ces deux verbes une proximité non seulement sémantique, mais aussi historique. En effet, on sait que les adjectifs français compréhensif et anglais comprehensive sont des faux-amis. Une comprehensive grammar est une grammaire qui embrasse toutes les régularités grammaticales, fréquentes ou rares. Historiquement comprendre, c’est prendre ensemble, d’où la polysémie du verbe entre la compréhension intellectuelle et la relation contenant-contenu.

► COMPTER-IMPORTER

Sur la vidéo ci-dessous, les trois axes se répartissent également l’espace sémantique des deux vedettes. Les boules jaunes des synonymes propres à compter figurent tous dans le demi-espace gauche, la majorité en bas et quelques autres, comme, inventorier, nombrer ou comptabiliser en haut. Les boules rouges des synonymes propres à importer figurent inversement à droite, à proximité de l’axe X (rouge) pour implanter, introduire, etc. ou tout en bas pour intéresser. Les boules bleues des synonymes communs figurent entre importer à gauche et compter à droite.

Le bouton en bas à gauche de la vidéo ci-dessus permet de lancer/arrêter le visionnage, celui en bas à droite permet l’affichage en mode plein écran. La vidéo synthétise ce que permet la visualisation interactive (lien ci-dessous). L’axe X est rouge, Y vert et Z bleu. Le principe est identique aux précédentes vidéos (zoom et arrêt sur image) et les rotations tournent sur l’axe Y (vert) puis X (rouge).

⇒ Accès à la visualisation interactive de l’espace sémantique de COMPTER-IMPORTER sur le site web du CRISCO

Les étiquettes des synonymes communs permettent de constater une nouvelle fois que l’algorithme dissocie – comme pour l’espace combiné comprendre-entendre dans le cas d’embrasser – un synonyme jugé commun (introduire, du côté droit) plus proche d’importer que les quatre autres (être important, tenir à cœur, entrer en ligne de compte et peser à gauche) plus proches de compter. Ces derniers partagent avec compter la construction qqc V pour qqn, tandis qu’introduire partage avec importerla construction qqn V qqc qq-part.

On peut vérifier que la disposition de ces synonymes communs par rapport à importer et à compter reste similaire au cours de leur rotation autour des trois axes X, Y et Z. Nous chercherons en conclusion à éclairer l’aptitude intrigante de l’algorithme à disposer « intelligemment » les synonymes communs, en examinant de plus près les cliques de synonymes à la base de cette disposition.

Retour sommaire

Conclusion

L’analyse des synonymes communs à la paire de verbes comprendre-compter a montré que certains des synonymes propres à comprendre se disposent à proximité des synonymes communs. Inversement l’analyse des synonymes communs aux paires compter-importer a montré que l’un de ces synonymes, introduire, est disposé sur toutes les représentations à distance des quatre autres. Et nous avons manifesté notre étonnement devant ce comportement « intelligent » de l’algorithme, apte à dégager des rapprochements à l’extérieur de la classe clairement définie des synonymes communs à deux vedettes (cas de comprendre-compter) et des éloignements à l’intérieur de cette classe (cas de compter-importer et aussi de comprendre-entendre pour les synonymes compter et posséder).

Cet étonnement était un peu factice dans la mesure où nous savons que la disposition des synonymes dans l’espace sémantique combiné des deux vedettes tient au calcul de la position relative de l’ensemble des cliques de synonymes en fonction du partage des synonymes. Pour revenir sur cet étonnement, il faut donc examiner au moins un sous-ensemble des cliques supposé jouer un rôle décisif dans ces rapprochements et éloignements.

Le cas le plus simple à étudier est celui de l’éloignement, dans l’espace combiné de compter et importer, du synonyme commun introduire par rapport à {entrer en ligne de compte, peser, être important, tenir à cœur}. Compter et importer partagent une propriété, celle de figurer dans une construction soit intransitive dans le sens AVOIR DE L’IMPORTANCE (qqc compte pour qqn / qqc importe à qqn) soit transitive dans deux sens actifs assez différents (qqn compte qqc = dénombre, calcule ; qqn importe qqc qq-part = fait entrer). Cette propriété est partagée par peser (qqc/qqn pèse (dans un calcul / une décision = est important / joue un rôle ; qqn pèse qqc/qqn = mesure le poids). En revanche entrer en ligne de compte, être important et tenir à cœur ne peuvent figurer que dans des constructions intransitives dans le sens AVOIR DE L’IMPORTANCE.

Pour voir de quel côté (intransitif vs transitif) chacune des cliques en cause balance, il suffit d’enregistrer l’ensemble des possibilités de transitivité et d’intransitivité des synonymes qu’elle contient. C’est ce que présente le tableau 4. On constate que la première, la deuxième et la quatrième clique donnent l’avantage à l’intransitivité et donc au sens commun AVOIR DE L’IMPORTANCE. En revanche, la troisième {compter, importer, introduire} donne l’avantage à la transitivité puisque le verbe introduire ne figure que dans une construction transitive. Il en découle donc que cette clique ne peut être homogène que dans le sens de FAIRE ENTRER (ex. je compte / j’introduis la TVA dans le calcul ; j’importe ces données dans le tableau). Et l’examen des synonymes qui figurent dans toutes les cliques comportant introduire montre qu’il s’agit uniquement de verbes transitifs partageant le sens de FAIRE ENTRER : acclimater, amener, apporter, établir, faire entrer, impatroniser, implanter, inclure, instaurer, introniser, présenter, transporter. Ainsi introduire, bien que classé comme un synonyme commun à compter et importer, est attiré du côté des cliques partagées par des verbes uniquement transitifs et éloigné des autres synonymes communs qui sont attirés en sens inverse vers les cliques de verbes intransitifs signifiant AVOIR DE L’IMPORTANCE.

Tableau 4: Le comportement opposé de 4 cliques dans l’espace combiné de comprendre-compter

Tableau 4: Le comportement opposé de 4 cliques dans l’espace combiné de comprendre-compter

Le cas du rapprochement entre les synonymes communs à comprendre et compter et au moins quatre synonymes propres à comprendre (comporter, intégrer, renfermer, se composer de) est assez différent. Contenir, englober, entendre, inclure, posséder et prendre figurent comme synonymes communs aux deux verbes et ils se présentent dans cinq cliques :

  1. apprécier, comprendre, compter, entendre
  2. comprendre, compter, contenir, englober, inclure
  3. comprendre, compter, contenir, posséder
  4. comprendre, compter, entendre, posséder
  5. comprendre, compter, posséder, prendre

Si l’on considère que comporter, intégrer, renfermer et se composer de font défaut dans l’espace sémantique de compter, on obtient neuf synonymes communs au lieu de six et, pour le calcul de la disposition des synonymes dans l’espace combiné comprendre-compter, dix cliques supplémentaires sont à prendre en compte (les nouveaux synonymes communs figurent en majuscules) :

  1. admettre, comporter, comprendre
  2. assimiler, comprendre, intégrer
  3. comporter, comprendre, consister, se composer
  4. comporter, comprendre, contenir, embrasser, renfermer
  5. comporter, comprendre, contenir, enfermer, impliquer, inclure, renfermer
  6. comprendre, contenir, enclore, enfermer, inclure, renfermer
  7. comprendre, contenir, posséder, renfermer
  8. comprendre, enfermer, faire entrer, renfermer
  9. comprendre, entrer, intégrer
  10. comprendre, inclure, intégrer

À l’exception de se composer de et de consister à/en, tous ces verbes sont transitifs, ce n’est donc pas la propriété syntaxique de transitivité vs intransitivité qui est distinctive ici, mais la propriété sémantique d’activité vs inactivité. Certains des verbes de la liste ne s’associent qu’à des constructions exprimant un procès inactif (ex. comporter, impliquer, contenir), d’autres permettent une interprétation active ou inactive (ex. le calcul inclut la TVA ≠ j’inclus la TVA dans le calcul / une palissade enclot le jardin ≠ les voisins ont enclos leur jardin d’une palissade). Mais la tendance générale (vérifiable par la méthode indiquée plus haut) est à l’inactivité, c’est-à-dire à des constructions à sujet non animé. C’était déjà le cas pour les cinq cliques initiales de synonymes communs et c’est toujours le cas avec les dix cliques supplémentaires. On peut donc conclure que, globalement, l’adjonction des trois synonymes qui font défaut dans l’espace sémantique de COMPTER, renforce la zone des synonymes communs sans altérer sa dominante sémantique, à savoir le sens d’une relation entre un contenant (exprimé par le sujet grammatical) et un contenu (exprimé par l’objet direct), comme dans Le comité comprend / compte / englobe / inclut des hommes et des femmes, des jeunes et des seniors, des représentants de la métropole et des DOM-TOM.

Retour sommaire

Références bibliographiques :

Didacticiel sur l’espace sémantique du mot CURIEUX

Visualisation interactive de COMPRENDRE

Visualisation interactive de SEC

Une  bibliographie complète sur le DES est présente sur le site web du CRISCO en particulier :

Les auteurs :

Laurette CHARDON : ingénieure de recherche au laboratoire CRISCO

Jacques FRANCOIS : professeur émérite au laboratoire CRISCO


Laurette Chardon et Jacques François

Laurette Chardon est ingénieure de recherche au laboratoire CRISCO (https://cv.archives-ouvertes.fr/laurette-chardon) et Jacques François est professeur émérite au laboratoire CRISCO (http://www.interlingua.fr/a-propos-de-lauteur/)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Marie Livernois dit :

    Je ne réussis plus à accéder au Dictionnaire électronique des synonymes de CRISCO. Ce site m’est extrêmement utilise depuis plus de 15 ans.
    Merci de m’indiquer comment l’accéder de nouveau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.