Propagande. La manipulation de masse à l’ère numérique

Cette conférence a été donnée le 7 mars dernier, à la MRSH, par David Colon, Enseignant et chercheur à Sciences Po Paris, auteur de Propagande : la manipulation de masse dans le monde contemporain (Belin, 2019). Elle était organisée par les équipes ERLIS et CERREV dans le cadre du projet de recherche PandHeMic, en collaboration avec l’association Démosthène.

Nous sommes entrés dans l’âge de la propagande totale.

David Colon

Dans le sillage de Jacques Ellul, David Colon adopte une définition large de la propagande, qu’il désigne comme « toute stratégie ou tactique de communication de masse visant à influencer les opinions, les attitudes, les comportements et les conduites des individus. L’objectif visé peut être de convaincre ou au contraire de dissuader d’agir dans un sens donné (voter, manifester, acheter, etc.) ou, plus largement, de conduire les individus à se conformer à une certaine vision du monde ou à certaines normes de comportement en société. ». À l’ère de la révolution numérique et des médias sociaux, cette science appliquée est plus présente et plus efficace que jamais, grâce à l’omniprésence des écrans, et surtout grâce à l’alliance du Big Data, cette incommensurable masse de données constituée par les traces numériques, et des acquis des sciences sociales et cognitives. Ce qui fait dire à David Colon que « nous sommes entrés dans l’âge de la propagande totale », produit d’un système technicien. En effet, les propagandistes exploitent les caractéristiques techniques du numérique à des fins de manipulation. Pour illustrer son propos, il met en lumière quatre caractéristiques, en forme de paradoxes.

1. Plus le marché cognitif est étendu, plus notre champ cognitif se réduit  

En réalité, la multiplicité des informations n’éclaire nullement le lecteur et l’auditeur, mais le noie.Il ne peut ni les retenir dans sa mémoire, ni les coordonner en système, ni les expliquer: s’il ne veut pas risquer de devenir fou, il est obligé d’en retirer une image globale. Et cette image sera d’autant plus simpliste que le nombre de faits qu’on aura fournis aura été plus grand.

Jacques Ellul, Propagandes, 1962

L’accès à une multiplicité d’informations n’est pas tant enrichissant que déstabilisant : face à la complexité et à la surabondance, nous avons tendance à chercher la simplification. Ce processus se combinant à la personnalisation des messages, il crée une réduction du champ cognitif, dans lequel on s’en remet à des leaders d’opinion pour s’orienter, avec le phénomène des « influenceurs ». Les propagandistes utilisent différentes techniques pour exploiter cet effet de popularité : l’astroturfing (valoriser artificiellement des contenus par des procédés plus ou moins automatisés), le data smog (créer un brouillard de données pour noyer les informations qui dérangent), la promotion du relativisme (diffusion d’études payées par des lobbys pour contredire le consensus scientifique) et la suppression du mur entre réalité et fiction (Deep Fake, utilisation de l’intelligence artificielle pour créer des contenus plus vrais que nature).

2. Plus nous sommes connectés au reste du monde, et plus nous nous replions sur nous-mêmes

Toute propagande a pour effet de séparer plus rigoureusement le groupe qui l’exerce, à l’égard de tous les autres. (…) Plus il y a de propagande, plus il y a de cloisonnement.

Jacques Ellul, Propagandes, 1962

Les algorithmes utilisés par les entreprises du numérique sont des secrets professionnels, or notre accès à l’information dépend de plus en plus de ces algorithmes, ce qui nous fait entrer dans une « société de la boîte noire » (Frank Pasquale). Quand on sait que 90% des recherches en France sont effectuées sur Google, on comprend l’importance du fonctionnement de ses algorithmes sur la vie publique. Les propagandistes s’appuient sur les filtres algorithmiques pour cloisonner les individus et sur « la force des liens faibles » décuplée par les médias sociaux. Les assistants personnalisés (surtout vocaux) fonctionnent comme des entonnoirs qui restreignent nos choix. Bref, la polarisation croissante assène un démenti cinglant au mythe de l’Internet qui rapprocherait le monde et les individus.

3. Plus nous avons le sentiment de nous émanciper par la technologie, et plus nous en devenons prisonniers

C’est une gouvernementalité algorithmique qui émerge peu à peu, non seulement celle qui permet à l’action politique de se déterminer en fonction d’une infinité de statistiques et d’inférences projectives, mais encore celle qui « en sous-main » gouverne de nombreuses situations collectives et individuelles.

Éric Sadin, L’humanité augmentée, 2013

La « gouvernementalité numérique » (Éric Sadin) constitue une forme de conduite des conduites inscrite dans une multitude de dispositifs de micro-persuasion. L’alliance du Nudge, du design émotionnel et des progrès techniques nous réduit à l’état de minorité (au sens kantien du terme) dans un système de paternalisme libertaire. La force du numérique s’appuie sur son pouvoir de séduction : nous trouvons une utilité à ces objets et services qui nous font dépasser le danger qu’ils représentent.

4. Plus il y a de communication numérique, et plus il y a de conflits

Le numérique est un facteur de rupture géostratégique majeur. Il est aujourd’hui le nouveau « pouvoir égalisateur », arme de dissuasion du faible au fort, comme hier le nucléaire ; mais à la différence de ce dernier, il pousse au conflit, car il permet des attaques à faible coût, dont il est en outre difficile d’identifier l’origine. Il provoque ainsi une militarisation de l’information, les États s’attachant à protéger leur sphère informationnelle et intégrant désormais systématiquement les opérations de propagande aux opérations militaires.

En conclusion, David Colon esquisse quelques pistes pour faire face à cette omniprésence de la propagande et à la cybernétisation du monde, à commencer par revaloriser l’humain, défendre les journalistes et repenser le financement de la vie politique et de la recherche, afin d’y réduire le poids des intérêts économiques. C’est par le renouvellement de notre sphère informationnelle et la (re)constitution d’un espace public partagé que l’on peut créer un contrepoids à la personnalisation extrême. Par ailleurs, force est de constater que la question des dangers systémiques et anthropologiques du numérique est aujourd’hui absente du débat public, et qu’elle mériterait une attention et une réelle discussion à l’échelle nationale et internationale.

Elsa Jaubert
(ERLIS, Université de Caen Normandie)

Réécoutez la conférence de David Colon

Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.