Influence, désinformation et pouvoir en Europe et dans les Amériques

Le colloque, intitulé « Influence, désinformation et pouvoir en Europe et dans les Amériques », s’est tenu les 17, 18 et 19 janvier 2019. Il s’agissait du cinquième colloque biannuel du réseau Power Studies Network. Il était organisé conjointement par les équipes de recherche de quatre universités : ERIBIA de l’Université de Caen, MIMMOC de l’université de Poitiers, LABO 3 L.AM de l’université du Maine et CREA de l’université de Paris-Nanterre. Il a eu le soutien de la MRSH de Caen, de l’université de Caen Normandie et de la communauté urbaine Caen la Mer.

Plus de 30 chercheurs de différents pays et de différents horizons se sont retrouvés pendant trois jours pour débattre de l’information, de l’infox, de la manipulation et du pouvoir, avec un regard croisé touchant à des domaines divers tels que : la sociologie, l’histoire, la littérature et la science politique.

Les deux premiers jours du colloque ont débuté par des conférences plénières. La première a été prononcée par Stephen Whitfield de l’Université de Brandeis (Boston) qui a mis l’accent sur la similitude entre les méthodes de désinformation, de mensonge et de manipulation utilisées par le président américain Donald Trump et celles d’un autre homme politique, Joseph McCarthy qui a donné son nom à une période sombre de l’histoire américaine.

La deuxième conférence plénière a été donnée par le Professeur Rob Kroes de l’Université d’Utrecht (Amsterdam). Rob Kroes a analysé le lien entre le virtuel et le réel; la réalité, notamment politique, devenant une extension du monde virtuel imaginé par la télévision.

Une table ronde, présidée par Elsa Jaubert de l’Université de Caen, a clôturé le colloque. Elle a été l’occasion de débattre de façon spontanée et interactive de l’infox, de Trump et de la montée des partis d’extrême droite en Europe, aux États-Unis et en Amérique latine.

Le colloque a permis d’une part l’approfondissement disciplinaire, et d’autre part l’établissement de liens méthodologiques et théoriques entre les différentes approches. Avec les progrès techniques, la prolifération des réseaux sociaux et l’absence de filtres, la désinformation et la manipulation ont pris une nouvelle dimension, provoquant très souvent la déstabilisation de nos sociétés. Le lien avec propagande était mis en lumière par beaucoup d’intervenants. Pensant que l’âge de la propagande était révolu avec la fin des régimes totalitaires et la fin de la Guerre froide, on se rend compte de plus en plus que le numérique est au cœur d’une nouvelle forme de propagande et de manipulation. Les fausses informations se propagent plus vite et touchent plus de personnes que par le passé. Ils se propagent même plus vite que la vérité.

Il est indéniable que la question du pouvoir demeure la question centrale dans l’organisation de nos sociétés à l’âge du numérique. C’est ainsi que le colloque a cherché à mettre en lumière la place du pouvoir dans la construction d’une stratégie de manipulation et de désinformation. Les « fake news », le flux d’informations non-vérifiées, le mensonge, etc., ne sont que des questions parmi d’autres que le colloque a essayé d’élucider dans une optique comparatiste. Dans ce sens, beaucoup d’intervenants ont mis l’accent sur les chamboulements politiques, les dangers sur la cohésion sociale et la rupture avec les techniques de propagande et d’influence classiques.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.