Bibliothèque numérique de droit normand : Histoire du droit et de la pensée juridique, humanités numériques et collaborations institutionnelles [Work in progress]


Géraldine Cazals, Institut universitaire de France, CUREJ(a), Université de Rouen Normandie, geraldine.cazals@univ-rouen.fr
Raphaëlle Krummeich, IRIHS(b), Université de Rouen Normandie, raphaelle.krummeich@univ-rouen.fr
Yann Soullard, LITIS(c), Université de Rouen Normandie, yann.soullard@univ-rouen.fr

(a) Centre Universitaire Rouennais d’Etudes Juridiques, UFR de Droit, Sciences économiques et Gestion, 3 av. Pasteur, 76186 Rouen cedex 1
(b) Institut de Recherche Interdisciplinaire Homme et Société, 17 rue Lavoisier, 76821 Mont-Saint-Aignan Cedex
(c) Laboratoire d’Informatique, du Traitement de l’Information et des Systèmes, Avenue de l’Université, 76800 Saint-Étienne-du-Rouvray

Communication écrite issue de l’intervention au séminaire MRSH
Le Patrimoine écrit conservé en Normandie à l’ère du numérique, 29/09/2018, Avranches

Ce projet est co-financé par la Région Normandie et l’Europe dans le cadre du programme PlaIR2.018.

Région Normandie et Europe FEDER

La bibliothèque numérique de droit normand est un projet réalisé en partenariat avec :


Résumé

L’objet de cette communication est d’exposer un travail en cours. La Bibliothèque David Hoüard. Bibliothèque numérique de droit normand a une histoire passée, présente et à venir. Il s’agit de proposer ici le récit d’une évolution des pratiques de recherche liées à l’avènement du numérique au sein de l’enseignement supérieur et de la recherche, dans le cadre de projets communs avec les institutions patrimoniales qui sont en charge de la préservation des sources originales concernées.

Plusieurs aspects principaux de ce « work in progress » sont présentés : la nécessité de faciliter l’accès à des sources anciennes dispersées qui intéressent en premier lieu les historiens du droit, le caractère cependant pluridisciplinaire de l’approche scientifique qui conduit à la rencontre de cultures matérielles diverses, le caractère émergent de disciplines associées à la terminologie « humanités numériques » objet de débats contemporains[1] et la logique partenariale sous-tendue.


Figure 1 : image de l’interface de consultation de la bibliothèque numérique de droit normand : https://droit-normand.nakalona.fr.

Introduction

La conception et le développement d’une bibliothèque numérique nécessite la mise en œuvre d’au moins deux points de vue, et d’au moins deux savoirs différents. D’un côté de la plateforme, l’enseignant-chercheur, à l’origine du projet, est destiné à être son premier utilisateur, et donc lecteur potentiel, mais pas seulement. Appelé à mobiliser les sources numérisées, il est amené à produire de nouvelles ressources (communications, publications scientifiques, annotations de corpus, méthodes computationnelles de traitement etc.) venant enrichir, le cas échéant, un corpus hétérogène. L’enseignant-chercheur comme l’étudiant qui peut être conduit à participer à l’élaboration de la bibliothèque numérique, joue alors un double rôle de co-conception et de co-définition des utilisations de la bibliothèque numérique. De l’autre côté de la plateforme, le travail de l’ingénieur ou technicien informatique nécessite un dialogue continu avec l’usager-concepteur, représentant du champ disciplinaire membre d’une communauté tant épistémique (disciplinaire) que de pratiques (usages).

Dans le cas présent, du point de vue de l’enseignant-chercheur, il s’agit de réaliser une interface rendant accessible les œuvres illustrant le développement de la pensée juridique normande, afin de développer des recherches dans ce domaine, avec des perspectives qui sont celles, initialement, de l’histoire du droit, mais pas seulement, une appréhension plénière de l’histoire de la pensée juridique nécessitant le développement d’approches pluridisciplinaires, et diverses œuvres du corpus exigeant la mobilisation de savoirs ressortissant institutionnellement aujourd’hui d’autres disciplines. La mise à disposition et l’accessibilité, sur un même portail, de documents numériques et photographies d’ouvrages matériellement conservés dans diverses institutions patrimoniales, en France ou à l’étranger, permet ainsi non seulement l’identification du corpus doctrinal produit à l’échelle de la Normandie et/ou par des auteurs d’origine normande, mais aussi le développement des travaux de fond sur ce même corpus.

Droit normand et histoire de la pensée juridique normande

La création de la Bibliothèque David Hoüard, Bibliothèque numérique de droit normand répond au souci de faciliter l’accès aux œuvres illustrant le développement de la pensée juridique en Normandie, du Moyen Âge jusqu’à l’époque moderne et à la volonté de développer les recherches dans ce domaine.

Richesses des sources juridiques et doctrinales en Normandie


Figure 2 : David Hoüard, “Dictionnaire analytique, historique, étymologique, critique et interprétatif de la Coutume de Normandie, Ou l’on trouve la résolution des Questions les plus intéressantes du Droit Civil & Ecclésiastique de cette Province, conformément à la Jurisprudence des Arrêts.Tome 1er, Rouen, Le Boucher, 1780,” Bibliothèque David Hoüard. Bibliothèque numérique de droit normand, consulté le 7 février 2019, https://droit-normand.nakalona.fr/items/show/214. Source : gallica.bnf.fr

Du Moyen Âge jusqu’à la Révolution française, la Normandie a constitué une terre particulièrement fertile en production d’œuvres de l’esprit, et les juristes ont joué dans ce processus un rôle de premier plan. Dès le XIe siècle, se développe en Normandie l’école juridique anglo-normande. Au XVIIIe siècle, paraît à Rouen, chez Le Boucher, le grand Dictionnaire analytique, historique, étymologique, critique et interprétatif de la Coutume de Normandie, en quatre tomes, de David Hoüard. Entre les deux, un océan d’œuvres, imprimées comme manuscrites, et de formes et de contenus extrêmement différenciés. Reflétant les travaux juridiques conduits ailleurs à l’échelle du royaume, on trouve là, bien sûr, des sommes, des gloses, des traités, des commentaires de coutumes, des recueils d’arrêts ou des dictionnaires. Des œuvres dont le propos principal est de recenser, d’ordonner, de penser et de commenter les sources qui font la spécificité du droit normand dans le cadre de genres caractérisant l’écrit juridique. Ici comme ailleurs, on voit aussi les juristes investir d’autres genre d’écrits, notamment la poésie, très précocement, puisque certaines versions médiévales de la coutume de Normandie sont en vers, comme aussi le théâtre, et à cet égard l’œuvre de Pierre Corneille, avocat, n’est certainement pas à dissocier du développement d’une réflexion sur le droit et le politique qui emprunte une forme non technique, et joue un rôle majeur dans l’appropriation des questions de droit par une société qui est loin d’être réduite aux techniciens et praticiens du droit.

Le grand intérêt, le nombre comme la diversité de ces sources expliquent leur dispersion en divers dépôts d’archives et bibliothèques, en France comme à l’étranger. Face à cet éparpillement, et à la nécessité de confronter les œuvres de manière à appréhender pleinement l’histoire du droit et de la pensée juridique normande, est née la volonté de rendre ces fonds plus accessibles.

Naissance de la Bibliothèque numérique de droit normand

Au début des années 2000, ce projet a fait écho à deux projets portés par la Direction régionale des affaires culturelles sur le patrimoine écrit de Normandie (projet « Normannia ») ou par l’université de Rouen sur divers documents exceptionnels des XIIIe et XIVe siècles (projet E-Nor-Me « Ecrits normands médiévaux »). À l’initiative de Gilduin Davy, la Bibliothèque David Hoüard, bibliothèque numérique de droit normand est née d’une collaboration entre le Centre d’étude des systèmes juridiques (CESJ JE 2010) de la Faculté de droit, sciences économiques et gestion de l’université de Rouen, la région Haute-Normandie (Convention du 3 septembre 2008) et l’Institut de recherches interdisciplinaires homme et société (IRIHS). Cette première collaboration a permis de procéder au référencement et à la numérisation de l’essentiel de l’œuvre du juriste dieppois David Hoüard (1725-1802) et à l’organisation, les 10 et 11 mars 2011, d’un colloque destiné à exploiter l’ensemble des pièces numérisées. Les actes de ce colloque ont inauguré une nouvelle collection des presses de l’université de Rouen : les Cahiers historiques des Annales de droit, 1, 2012: David Hoüard (1725-1802). Un juriste en son temps. Le projet s’est poursuivi avec le soutien du Centre rouennais d’étude juridique (CUREJ) – créé en 2012 à l’initiative du professeur Jean-Philippe Bras – et de la Bibliothèque du tertiaire de la faculté de droit, sciences économiques et gestion de Rouen dont le fond ancien a été intégré au projet et au processus de numérisation. La réalisation de ce projet a aussi été rendue possible grâce au concours des personnels des bibliothèques municipales de Rouen et de Dieppe, de la Bibliothèque Sainte-Geneviève et de la Bibliothèque nationale de France. Depuis 2016, le projet, piloté par Géraldine Cazals, bénéficie en outre du soutien de l’Institut universitaire de France (IUF). De nouvelles numérisations ont été entreprises concernant des commentaires de coutumes et recueils d’arrêts du parlement de Rouen conservés aux Archives départementales de Seine-Maritime.

Figure 3 : page de couverture des Cahiers historiques des Annales de droit, n° 1. David Hoüard (1752-1802) : un juriste et son temps, Gilduin DAVY, Vanessa BROCHOT, 2012.

L’étude de cet imposant patrimoine juridique a donné lieu à un séminaire pluriannuel consacré aux Juristes normands et à leurs œuvres. Les deux premières journées se sont tenues à la Faculté de droit de l’université de Rouen le 24 mars 2016 et 20 mars 2017 et sont sur le point d’être publiées dans les Cahiers historiques des Annales de droit.

Actualités et perspectives de la Bibliothèque numérique de droit normand

L’accroissement des ouvrages numérisés et accessibles sur ce site est en cours. Les ouvrages susceptibles d’être proposés aux chercheurs par la Bibliothèque numérique de droit normand sont principalement des ouvrages imprimés et édités de la fin du Moyen Âge jusqu’à l’orée de la Révolution, dont le propos essentiel est le droit normand ou qui ont été composés par des juristes normands. Dictionnaires, recueils d’arrêts, commentaires de coutumes, traités et consultations diverses constituent ainsi l’ossature de la Bibliothèque numérique. S’y ajoutent aussi des pièces manuscrites, souvent demeurées confidentielles, qui permettent d’offrir la vue la plus large possible de la production des juristes normands au cours des siècles. Ainsi en est-il de certaines pièces de David Hoüard qui, restées manuscrites, étaient conservées au fond ancien de la Bibliothèque municipale de Dieppe et qui viennent compléter les œuvres imprimées, constituées de trois traités et du fameux Dictionnaire analytique. La bibliothèque a également vocation à donner accès à d’autres œuvres, poétiques, polémiques ou théâtrales, telles par exemple les œuvres de Pierre de Lesnauderie, régent en droit à la faculté de Caen au début du XVIe siècle. Si l’exhaustivité reste un vœu pieux en matière de ressources documentaires, le petit nombre de volumes initialement proposés à la communauté scientifique a vocation à augmenter régulièrement afin d’offrir une présentation croissante de la production juridique normande de la fin du Moyen Âge à la Révolution. Au gré des moyens alloués à ce projet, la numérisation d’ouvrages se poursuit, en même temps que se trouvent aussi répertoriées et qu’il est renvoyé sur le site aux éditions numérisées déjà mises en ligne par d’autres institutions patrimoniales publiques ou acteurs privés (accessibles en particulier via Gallica), et cela afin d’offrir, à terme, une vue globale de l’essentiel de la production juridique normande de l’époque considérée.


Figure 4 : image du blog de recherche du projet RIn CONDé sur la platforme hypotheses.org d’Openeditions.

Le nouveau Projet Condé, et les partenariats en cours avec notamment la Bibliothèque nationale de France et les dépôts normands permettent d’espérer d’importants développements dans un avenir proche. Ce projet permettra ainsi d’amener à l’étude du droit normand un nombre de plus en plus nombreux d’enseignants-chercheurs issus d’autres disciplines et d’autres universités françaises et étrangères et, ainsi, d’étendre la sphère assurément encore trop étroite des travaux consacrés à ces sources.

Ce faisant, l’ambition du projet est aussi de développer, en matière d’histoire de la pensée juridique, une approche globale, tendant non seulement à l’analyse du fond normatif intéressant le droit normand, mais aussi à l’appréhension de la textualité du droit et de la matérialité des textes. Une attention particulière se veut ainsi accordée à une appréhension du corpus prenant en compte les contextes de production des écrits, les formes prises par les énoncés, les réseaux de communication et de diffusion des savoirs, ainsi qu’une réflexion sur les parallèles observés entre les phénomènes ici étudiés et ceux qui peuvent être connus en dehors de la Normandie voire en dehors du royaume.

Le contexte (inter)disciplinaire de l’ingénieur humanités numériques

Le champ de recherche investi par l’ingénieur en humanités numériques est celui de l’ingénierie des connaissances (Bachimont, 2004). Il s’agit simultanément de réaliser l’ingénierie des supports numériques et la critique des connaissances dont ils sont l’inscription. Le numérique, terme polysémique, ne se limite pas aux supports ou aux outils logiciels : il peut être approché selon quatre formes (Mocquet & al., 2016) permettant ici de saisir la complexité de la problématique posée ; défini comme un objet ou un système technique, il est aussi un vecteur de la communication humaine et peut être vu comme un territoire ou comme un dispositif. C’est dans cette dernière acception que la recherche est déployée, sans toutefois exclure les trois autres sens du mot. En particulier, la problématique tient compte de la remise en cause de l’opposition entre contenant et contenu, considérant que « le numérique ouvre la perspective que la manipulation technique du contenant puisse avoir un lien direct et contrôlé avec le sens du contenu » (Bachimont, 2007). Ainsi, l’interface opérationnelle perçue par l’usager, représentée tant par l’ingénieur que les supports mobilisés et les processus associés, acquiert une épaisseur nécessitant des « engagements sémantique, ontologique et computationnel » (Bachimont, 2000) dans le dialogue chercheur-ingénieur.

Plus avant, un des objectifs pour l’ingénieur est de répondre au besoin de circulation des savoirs édités dans le contexte du web sémantique, c’est-à-dire d’inscrire ceux-ci dans une double logique de représentation des sources ou savoirs au sein d’une communauté attachée à la discipline concernée et de circulation des connaissances selon les standards internationaux du web[2]. La mise en œuvre de l’indexation des documents au moyen de métadonnées nécessite alors de formaliser le champ disciplinaire en fonction de la destination de la diffusion des savoirs (qui sont les lecteurs et lectrices ?) et tenant compte de la présence d’autres communautés d’intérêt scientifique, patrimonial ou pédagogique. La Bibliothèque numérique de droit normand est donc conçue dans une démarche d’interopérabilités avec des dispositifs existants ou en cours de construction. Dans le cas présenté, on peut alors s’interroger sur la possibilité de rendre interopérables le catalogue Normania[3] par exemple avec les notices et documents mis à disposition dans la bibliothèque numérique thématique. Un autre exemple est la base de données développée au LARHRA, Spirojuris[4], des enseignements et professeurs de droit sur une période allant de 1804 à 1950.

On peut alors partager le constat qu’au-delà de l’indexation de documents, les usages contemporains du web par la communauté scientifique ne peuvent se limiter à la « curation » de contenu. Il s’agit de redéfinir le document à l’aune du tournant empirique associé au numérique. Par exemple, un document peut être défini comme « la représentation d’une vérité partagée au-delà du chaos (le silence et le bruit), de la cacophonie (la confusion et le sensible) et de l’oubli (l’intime et l’éphémère). Ainsi, les modalités anthropologiques (lisibilité-perception, forme-signe), cognitives (intelligibilité-assimilation, texte-contenu) et sociales (sociabilité-intégration, médium-relation) doivent non seulement être pertinentes (…) mais encore cohérentes entre elles. S’il ne peut être « vu » (…), « lu » (…), « su » (…), un document n’est d’aucune utilité »(Pedauque, 2006). Ainsi, la logique sous-tendue au « work in progress » présenté dépasse celle d’un catalogage d’ouvrages numérisés, car « la finalité n’est plus de retrouver des documents mais d’en produire de nouveaux à l’aide des ressources retrouvées. On passe ainsi de l’indexation pour la recherche à l’indexation pour la publication (…) on parlera plutôt d’éditorialisation (…) »(Bachimont, 2007).

Le contexte (multi)partenarial

Contribuer à construire une bibliothèque numérique est aussi s’interroger sur l’accès direct ou indirect aux sources et les modalités d’usages ou d’éditorialisation de celles-ci, leur conservation, la médiation numérique ou culturelle, les publics visés, l’éventuel besoin d’ « automates » spécialisés face à l’ampleur des tâches de transcription ou de recherche textuelle ou iconographique etc. : une forme de littératie numérique[5] (Doueihi, 2011).

Partenariat Huma-Num

Partant des réalisations antérieures, le premier site web recensant environ une cinquantaine d’ouvrages est remplacé par la mise en place d’une bibliothèque numérique construite à l’aide des outils et services de la TGIR HumaNum. Plusieurs fonctionnalités inexistantes jusqu’alors sont mises en œuvre : la conservation à long terme des documents numériques grâce à l’enregistrement et au référencement unique (uri) de ceux-ci dans la base Nakala[6] selon un formalisme interopérable fondé sur la norme Dublin Core[7]. La spécificité de l’outil est de disposer simultanément du moteur de recherche Isidore[8] qui articule les métadonnées renseignées avec les recherches effectuées en langage naturel par les usagers. Ainsi, la bibliothèque apparaît dans la première page de moteurs de recherche de web lors de requêtes de type « David Hoüard » ou « Droit Normand » et est citée comme ressource disponible du moteur de recherche Isidore aux côtés de revues associées aux archives (Persée), d’actualités ou de publications de la communauté (Calenda, HAL, Cairn etc.),  ou d’institutions universitaires ou patrimoniales (Gallica). Enfin, la réalisation d’expositions ou la consultation des ouvrages de la bibliothèque sont mises en œuvres au moyen du système de gestion de contenu Nakalona[9] fondé sur le logiciel libre Omeka[10].

La logique partenariale engagée dans le cadre de ce projet a deux objectifs. Il s’agit tout d’abord de resserrer les liens avec les institutions patrimoniales et collectivités afin de contribuer à structurer conjointement les coopérations scientifiques et patrimoniales et à fédérer les diverses communautés (professionnelles, amateures etc.) autour de la thématique du droit normand dans une finalité de rayonnement régional ou international. La coopération avec HumaNum contribue par ailleurs à harmoniser les pratiques de diffusion numérique des corpus et travaux de recherche au sein de la communauté universitaire tout en respectant leur autonomie dans une logique de construction d’une communauté scientifique pluridisciplinaire en réseaux. Dans les deux cas, ces objectifs participent à la sécurisation des données ainsi qu’à identifier le genre du document numérique, l’historicité ou l’authenticité des ouvrages numérisés diffusés[11]. En un sens, les outils proposés à la communauté scientifique contribuent en retour à renouveler les méthodologies historiographiques et plus avant, à tracer la perspective d’autres modalités de visualisation des sources et des résultats de recherche, que ce soit leur contenu (perspective de transcription ou de balisage xml-tei de segments ou de la structure du document par exemple dans le cadre du projet Condé – https://conde.hypotheses.org) ou la circulation des ouvrages ou de leurs auteurs (au moyen d’un système géo-historique par exemple).

Interdisciplinarités, diffusion et médiation

Le tournant numérique[12] ne se limite pas au renouvellement méthodologique ou à l’évolution de pratiques de champs des lettres et sciences humaines et sociales : les sciences de l’information et de la communication bénéficient aussi du développement récent et foisonnant de résultats de recherche tant sur les volets épistémologiques (Guchet, 2017) que technologiques. Initié lors de programmes structurels précédents (Leonumshs[13] & PlaIR[14]), la mise en œuvre de la bibliothèque numérique de droit normand s’inscrit dans le cadre du programme PlaIR2.018, en collaboration avec le Laboratoire d’informatique, de traitement de l’information et des systèmes (LITIS) de l’université de Rouen Normandie, associé à l’université du Havre et l’INSA de Rouen. Il s’agit de favoriser des collaborations de recherches interdisciplinaires afin de structurer une Plateforme d’Indexation Régionale originale fondée sur des avancées méthodologies et technologiques.

Dans le cas présenté, il s’agit en premier lieu de proposer à la communauté scientifique la mise au point d’un système de reconnaissance automatique d’écriture manuscrite (Plamondon & al. 2000, Trupin, 2005) dans des ouvrages donnés.


Figure 5 : image de la reconnaissance de la structure (ligne à ligne) du texte manuscrit. Source : document de travail, Y. Soullard, LITIS, 2018 FEDER PlaIR2.018, « Recueil d’arrets donnés au parlement de Normandie, extrait des mémoires manuscrits de feu Monsieur le président d’Anfreville Poerier », https://droit-normand.nakalona.fr/items/show/189 avec la coopération d’Étienne Baptiste, docteur des universités de Caen (CRHQ) et de Rouen (GRHis). Source: AD76, 28F62.

En effet, publier et faciliter l’accès aux sources numérisées du droit normand n’épuisent pas les possibilités de développement d’outils à disposition des chercheurs en histoire, en littérature, linguistique ou anthropologie et sociologie. En particulier, l’équipe Apprentissage du LITIS mène des travaux exploratoires pour créer une intelligence artificielle apprenant à lire les manuscrits et transcrire automatiquement des corpus donnés. Ces travaux s’appuient sur des méthodes de référence en « machine learning » et « deep learning »[15], appelées « réseaux de neurones », qui s’imposent comme les méthodes à l’état de l’art dans de nombreux domaines d’application, notamment en analyse de documents.

Ces méthodes sont très performantes mais une de leurs limitations concerne la nécessité d’avoir de très nombreux exemples pour l’apprentissage du système. Ceci est particulièrement vrai en reconnaissance d’écriture manuscrite qui présente souvent une forte variabilité intra-scripteur et inter-scripteurs ainsi que des motifs d’écriture dans les images ayant des significations différentes. Ici, du fait que la reconnaissance porte sur un ouvrage donné, le volume de données images et textuelles spécifique à l’ouvrage étudié est fortement restreint.

Les travaux menés au LITIS ont permis de concevoir une méthode innovante d’identification de zones textuelles (Renton & al., 2018) et de transcription automatique  (Strauss & al. 2018, Swaileh & al., 2017, 2018), fonctionnant à partir de peu d’exemples spécifiques. Pour cela, il a été nécessaire de transcrire manuellement une quinzaine de pages du feuillet, ce qui constitue communément très peu d’exemples pour l’apprentissage de réseaux de neurones. Suite à cela, le système entraîné a permis d’obtenir d’une part une reconnaissance de la structure du feuillet (en lignes de texte incluant les marginalia (Jahjah, 2012)) et d’autre part le contenu textuel, avec un taux d’erreur de caractères relativement faible.

Cette capacité de la machine à transcrire un manuscrit ancien nécessite, outre la poursuite d’échanges de données et plus généralement d’un dialogue interdisciplinaire, de coordonner la validation de la transcription dans les normes de la discipline concernée.

Perspectives

La Bibliothèque numérique de droit normand hérite en ce sens d’autres développements réalisés par le LITIS dans le cadre de coopérations avec les Archives départementales de Seine-Maritime notamment. Il s’agit tout d’abord de proposer aux universitaires une interface de visualisation et de correction de ces transcriptions automatiques de manuscrits. Issu du déploiement d’une solution de transcription collaborative portant sur les archives numérisées du Journal de Rouen, la Plateforme d’Indexation et de Visualisation d’Archives Numérisées (PIVAN) rend accessibles et fonctionnelles sur une même page web l’image du manuscrit, sa transcription automatique et les corrections apportées par un collectif de travail. À cette étape de la chaîne d’indexation, le processus engagé par la coopération entre les équipes de sciences humaines et celles du traitement de l’information conduit à une forme prototype d’éditorialisation d’un manuscrit de la bibliothèque qu’il est alors possible de tester et de faire évoluer, le cas échéant, en fonction des ressources allouées et des usages prévus ou ceux – imprévisibles ou détournés – des chercheurs ou étudiants en sciences humaines.

Bibliographie indicative

B. Bachimont, Arts et sciences du numérique : Ingénierie des connaissances et critique de la raison computationnelle, HDR, 12/01/2004, UTCompiègne.

B. Bachimont, Engagement sémantique et engagement ontologique : conception et réalisation d’ontologies en Ingénierie des connaissances, Ingénierie des connaissances, évolutions récentes et nouveaux défis, 2000.

B. Bachimont, Nouvelles tendances applicatives : de l’indexation à l’éditorialisation, in L’indexation multimédia : description et recherche automatiques, dir. P. Gros, éd.Hermès, 2007, p.16, en ligne : http://cours.ebsi.umontreal.ca/sci6116/Ressources_files/BachimontFormatHermès.pdf 

Cahiers historiques des Annales de droit, Presses universitaires de Rouen et du Havre, depuis 2012 (http://purh.univ-rouen.fr/?q=taxonomy/term/6)

G. Cazals, N. Hakim, L’histoire de la pensée juridique : historiographie, actualité et enjeux, in Clio@Thémis – n°14, 2018 [en ligne] http://www.cliothemis.com/L-histoire-de-la-pensee-juridique

G. Cazals, Une renaissance. Doctrines, littérature et pensée juridique du XVIe siècle en France, in Clio@Thémis – n°14, 2018, p.14 http://www.cliothemis.com/Une-Renaissance-Doctrine

M. Doueihi, Pour un humanisme numérique, Paris, Le Seuil, 2011, note 1 p. 106 et p. 111

David Hoüard (1725-1802). Un juriste en son temps, Cahiers historiques des Annales de droit, 1, 2012 (dir. G. Davy et V. Brochot).

X. Guchet, Objet versus artefact. Pour une philosophie des techniques orientée-objet, 4 avril 2017, Cahiers COSTECH numéro 1. http://www.costech.utc.fr/CahiersCOSTECH/spip.php?article17

M. Jahjah, L’évolution des marginalia de lecture du « papier à l’écran », 2012, en ligne : http://www.implications-philosophiques.org/actualite/une/levolution-des-marginalia-de-lecture-du-papier-a-lecran/

B. Mocquet, M.-H. Sangla, J. Lugand & S. Maugin, La médiation patrimoniale à l’ère numérique, billet de blog, La boîte à outils des historien∙ne ∙s, 21/06/2016, [en ligne] http://www.boiteaoutils.info/2016/06/mediation-patrimoniale-numerique/

Roger T. Pédauque, Le document à la lumière du numérique, C&F éd., 2006, p. 21

Plamondon & al. On-line and off-line handwriting recognition : a comprehensive survey, IEEE Transactions on Pattern Analysis and Machine Intelligence (PAMI), 2000

G. Renton & al., Fully convolutional network with dilated convolutions for handwritten text line segmentation, May 2018, Document Analysis and Recognition, DOI: 10.1007/s10032-018-0304-3

W. Swaileh & al., A unified multilingual handwriting recongition system using multigrams sub-lexical units, Pattern Recognition Letters journal (PRL), 2018

W. Swaileh & al., Handwriting Recognition with Multigrams, Document Analysis and Recognition (ICDAR), 2017 14th IAPR International Conference

T. Strauss & al., ICFHR2018 competition on automated text recognition on a read dataset. In 16th International Conference on Frontiers in Handwriting Recognition, pages 477–482, 2018

E. Trupin. La Reconnaissance d’images de documents : Un panorama. Revue Traitement du Signal TS, Numéro Spécial Analyse de Documents, Vol 22(N.3) :159-189, 2005


[1] Voir par exemple : Camille Roth, Humanités numériques, humanités numérisées et humanités du numérique, La Lettre de l’InSHS, septembre 2018, n°55, pp.21-22, en ligne : https://www.cnrs.fr/inshs/Lettres-information-INSHS/lettre_infoinshs55hd.pdf

[2] Voir par exemple : https://www.w3.org/standards/about.html ou A Standardista’s Alphabet, Jack Pickard, 2006, en ligne : https://alistapart.com/article/alphabet

[3] http://www.normannia.info

[4] http://siprojuris.symogih.org

[5] Pour Milad Doueihi, dans un monde où la culture numérique “représente une nouvelle économie de l’écriture”, la manipulation de son identité numérique implique des compétences de “savoir-lire et savoir-écrire numériques (digital literacy)”

[6] https://www.nakala.fr

[7] http://dublincore.org

[8] https://www.rechercheisidore.fr/search/?q=david+houard

[9] https://www.nakalona.fr

[10] https://omeka.org

[11] Voir par exemple, le billet « De l’interopérabilité des données construite(s) par la méthode historique », R. Krummeich, 17/01/2019, https://transbordeur.hypotheses.org/188

[12] https://education.hypotheses.org/563

[13] https://leonumshs.univ-rouen.fr

[14] http://plair.projets.litislab.fr

[15] https://www.canal-u.tv/video/universite_de_rouen/l_intelligence_artificielle_sous_le_prisme_de_l_apprentissage_machine.43483


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.