Innover en REP+

Tensions entre efficacité des dispositifs d’apprentissage et transformation des professionnalités.
Avancées d’une recherche partenariale dans l’Académie de Caen

Cette journée d’étude était consacrée à la présentation et à la restitution des travaux de recherche réalisés dans le cadre du Groupe de Recherche Développement intitulé « Accompagnement des réseaux REP+ dans l’Académie de Caen ». Ce GRD est porté par l’ESPE de l’Académie de Caen (laboratoires CIRNEF, CEREQ et LASLAR) en partenariat avec le CARDIE et le CAREP. L’objet de ce GRD est le traitement de la difficulté scolaire dans les réseaux classés REP+ de l’Académie de Caen (Alençon autour du collège Louise Michel, Cherbourg-Octeville autour du collège Les Provinces et Fleury-sur-Orne autour du collège Stéphane Hawking).

Un certain nombre de dispositifs « innovants » pour lutter contre cette difficulté (co-enseignement, dispositif PMQC, réduction des effectifs, UPE2A …) sont prescrits et mis en place. Les enseignants investis au quotidien dans ces dispositifs se questionnent sur leur pertinence et sur l’efficacité des interventions qu’ils mènent. Ils font appel à la « recherche » pour mesurer les effets de ces mises en œuvre sur les apprentissages des élèves, identifier les contraintes qui pèsent sur leur activité et si besoin la réguler. Parallèlement, l’inspection et les chefs d’établissement voient dans ce prescrit une occasion de faire évoluer les pratiques professionnelles des enseignants avec l’idée d’une montée en compétences professionnelles, évolution que peuvent souhaiter les enseignants. Deux logiques entrent alors en tension. A priori, elles concourent aux mêmes objectifs, mais le temps des politiques éducatives et des réformes n’est pas forcément le temps des constructions et des transformations professionnelles.

Ouverture de la journée : Thierry Piot (CIRNEF, université de Caen Normandie), Bruno Descamps (IA-IPR d’histoire-géographie et responsable académique du CARDIE, rectorat Caen – Rouen) , Catherine Garncarzyk (directrice de l’ESPE, Académie de Caen , université Caen Normandie, Florian Ouitre, ESPE Académie de Caen, CIRNEF, université Caen Normandie

La première série de communications de la matinée avait pour fonction de définir ce qu’on pouvait entendre par « la difficulté scolaire » du point de vue institutionnel avec une intervention d’Armelle Poutrel, IA-IPR de mathématiques, correspondante académique Éducation Prioritaire, responsable CAREP rectorat Caen – Rouen.

La deuxième intervention d’Anne Balland-Siccard (ESO) et de Gérard Boudesseul (ESO), « Les questions posées au rural intéressent-elles l’urbain ? », se plaçait quant à elle d’un point de vue plus sociologique pour montrer que la difficulté scolaire dans l’Académie de Caen obéissait à des logiques de territoire.

La deuxième session envisageait les dispositifs de traitement de la difficulté scolaire du point de vue des « systèmes didactiques » décrochés qu’ils peuvent provoquer et des retours à la normale dans le système didactique principal qui peuvent générer de manière incidente de l’exclusion, alors qu’il faudrait les envisager dans une logique d’inclusion didactique.

La première communication de Magali Jeannin (LASLAR) « Élèves allophones et inclusion » questionnait notamment le dispositif UPE2A (Unité́ Pédagogique pour Elèves Allophones Arrivants) et les conditions de retour de ces élèves en « classe normale ». (L’enregistrement de cette communication est disponible sur le site de la Forge numérique).
La deuxième communication de Laure Himy-Pieri (LASLAR), Sandrine Prevel (CREN), Karine Duval, Lydie Vaultier et Pablo Buznic (CIRNEF) envisageait le co-enseignement et sa capacité à traiter la difficulté scolaire lorsque celui-ci était réellement pensé dans une logique didactique.

La dernière communication de cette session présentée par Laure Minassian (CIRCEFT-EScol) questionnait les dispositifs pédagogiques innovants et les sollicitations des enseignants du point de vue de la construction des inégalités entre filles et garçons.

La première série de communications de l’après-midi traitait, elle, du travail d’explicitation que les enseignants doivent effectuer dans le registre « du pourquoi » et dans le registre « du comment ». La première communication traitait du « pourquoi » qui renvoie à l’explicitation des finalités des différentes tâches proposées aux élèves et à leurs enjeux au sens large. Laurence Leroyer (CIRNEF) et Florian Ouitre (CIRNEF) présentaient leurs travaux sur le co-enseignement et les perceptions que les élèves en ont, la manière dont les élèves reçoivent ces différents dispositifs, ce qui n’est pas sans interroger les professionnels sur la manière dont ils les explicitent aux élèves.

La deuxième communication abordait la question du « comment »qui renvoie à l’explicitation des procédures, des stratégies et des connaissances relatives au traitement des tâches. Sandra Besnier et David Denis travaillant tous les deux à l’école Molière d’Alençon faisaient état de leur travail sur les procédures d’explicitation « du comment » dans l’apprentissage de la lecture pour des élèves du cycle 2 en REP+. (L’enregistrement de cette communication est disponible sur le site de la Forge numérique).

La dernière session traitait plus particulièrement des processus de collaboration et d’innovation dans les réseaux REP+. La communication de Jean-Philippe Georget (CIRNEF) faisait un état des pratiques enseignantes ordinaires d’enseignement des situations de recherche en classe de mathématiques en REP+ et envisageait à partir de cet état des perspectives de recherches collaboratives.

De son côté, Eric Saillot (CIRNEF) présentait le travail d’accompagnement des enseignants d’un collège d’éducation prioritaire qu’il a effectué dans l’analyse réflexive d’une innovation autour de l’évaluation sans notes et rendait compte des différents dilemmes auxquels ces enseignants était confrontés. (L’enregistrement de cette communication est disponible sur le site de la Forge numérique).

Enfin, le dernier temps de l’après-midi était consacré à une table ronde qui questionnait les réseaux, leur fonctionnement et leur capacité à faire réseau et à faire ressources pour traiter la difficulté scolaire. Les réseaux étaient interrogés dans leur fonctionnement « vertical » – des écoles vers le collège ou du collège vers les écoles – et dans leur fonctionnement horizontal – par cycle, par classe, par thématiques transversales … :
Au-delà du dispositif/des dispositifs, quelles collaborations, quel travail, quelles activités ? Parallèlement la question du réseau des trois réseaux REP+ de l’académie de Caen était posée.

Les réseaux étaient aussi interpellés du point de vue des acteurs :
– En quoi et comment le réseau fait-il ressource pour les différents acteurs pour traiter la difficulté scolaire ?
– Quelle place occupe le réseau dans la construction et le développement professionnel des acteurs ?
– Existe-t-il une dynamique professionnelle spécifique au réseau ?
– Acquiert-on dans les réseaux une professionnalité spécifique ?

Enfin dernier élément, les rapports entre les réseaux, la recherche et les chercheurs étaient mis en débat :
– Que peuvent attendre les réseaux et le GRD de la recherche et du travail des chercheurs ?
– Que peuvent attendre les chercheurs du GRD et des réseaux ?

Ont participé à cette table ronde : Thomas Gouhier, Professeur des écoles à l’école La Fontaine d’Alençon, Xavier Gauchard, IA-IPR de mathématiques, référent des collèges Les Provinces de Cherbourg-Octeville et Stéphane Hawking de Fleury-sur-Orne, rectorat Caen – Rouen, Emmanuel Fontaine, enseignant en arts plastiques au collège Stephen Hawking de Fleury sur Orne, Hubert Courteille, IEN référent du collège Les Provinces de Cherbourg-Octeville, Matthieu Coste de Bagneaux, principal du collège Les Provinces de Cherbourg-Octeville, Thomas Lair, coordonnateur réseau Louise Michel d’Alençon.

Télécharger le programme


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search