Regards croisés sur le jeu à travers les âges et les civilisations

par Typhaine Haziza
(université de Caen Normandie, CRAHAM)

Retour sur la manifestation scientifique organisée le vendredi 13 octobre, au Mémorial de Caen, et le samedi 14 octobre, au Musée Archéologique de Vieux-la-Romaine, en collaboration avec le CRHQ et le CRAHAM.

Adossée à deux séminaires d’histoire et ouverte au public, la manifestation a été un vrai succès, puisqu’elle peut se prévaloir de près de 200 entrées sur les deux jours et les temps d’échange avec le public ont été particulièrement fructueux. Une quinzaine de chercheurs, venus non seulement de France, mais aussi de Suisse, de Belgique, de Grèce, et même des États-Unis, ont ainsi proposé des regards croisés sur le jeu, à travers les âges et les civilisations. Il s’agissait d’approfondir les questions posées par le jeu, ses objets associés et ses pratiques, mais aussi de partager avec un public plus large que le seul milieu des spécialistes des problématiques qui soulèvent de manière comparatiste une réflexion sur notre société contemporaine. L’étude de la culture matérielle offre en effet une clé d’accès privilégiée à l’histoire des sociétés anciennes, mais aussi plus récentes. La manifestation avait donc pour objet de confronter les objets et les pratiques liés aux jeux, en croisant les regards et les époques, par le biais d’interventions aussi bien d’historiens antiquistes, médiévistes, modernistes et contemporanistes, que d’archéologues, d’anthropologues, de sociologues et d’historiens des sciences, de spécialistes de l’art.

Le projet est né de la venue exceptionnelle, du 20 mai au 3 décembre 2017, au Musée archéologique de Vieux-la-Romaine d’une exposition consacrée aux jeux et aux jouets dans l’Antiquité (Veni, vidi, ludique), conçue par le Musée Romain de Nyon, le Musée Suisse du Jeu et le Musée romain de Vallon, en collaboration avec l’Université de Fribourg où enseignent deux spécialistes du sujet, Véronique Dasen, professeure d’archéologie classique, et Ulrich Schädler, directeur du Musée Suisse du Jeu, tous les deux présents à la manifestation.

Le premier jour, au Mémorial de Caen, les interventions étaient regroupées autour de deux sessions, composées de trois communications chacune. La première visait à présenter des regards diachroniques autour du jeu et du jouet, du Moyen Âge (Luc Bourgeois, « Du char de guerre à la tour, le destin d’une pièce du jeu d’échecs dans l’Occident médiéval ») à la Seconde Guerre mondiale (Christophe Prime, « Conditionner les jeunes esprits par le jeu pendant la Seconde Guerre mondiale »), en passant par la Renaissance (Pascal Brioist, « “Les jeux des enfants ne sont pas jeux, et les faut juger en eux comme leurs plus sérieuses actions” : jouets futiles et sérieux de la Renaissance »), alors que la seconde apportait des éclairages transdisciplinaires à la thématique, avec les interventions d’un spécialiste de l’art (Jean-Pierre Le Goff, « Jouer avec son corps et celui des autres : autour de quelques culs-de-lampe historiés des enluminures du Livre d’heures de la famille Ango »), d’une sociologue, spécialiste du genre (Clotilde Lemarchant, « Les jouets attrapent-ils un sexe ? ») et d’un anthropologue de terrain (Jean-Pierre Rossie, « Culture ludique des enfants de l’Anti-Atlas marocain : recherches transdisciplinaires sur les jouets et les pratiques du jeu »).

Le samedi, à Vieux-la-Romaine, le programme était davantage centré sur l’Antiquité, autour de l’exposition présentée par le Musée et d’un buffet romain, moment fort de la journée, organisé par Pierre Moussaoui, cuisinier créateur, dont les recherches visent à retrouver les saveurs antiques. Le soleil étant au rendez-vous, le public, nombreux, a pu profiter des pelouses et du jardin fort agréable du Musée. Le matin, deux conférences introductives et plus générales (celles de Véronique Dasen, « Histoire et archéologie de la culture ludique dans le monde gréco-romain » et d’Amandine Marshall, « Jouer au pays des pharaons ») avaient pour objectif de poser les enjeux pour le monde antique, avant d’écouter, l’après-midi des études de cas (Maia Pomadère, « Jeux et jouets à l’âge du Bronze Récent dans le monde égéen » ; Irini Papaikonomou, « Astragale et jeunesse en Grèce ancienne : jeux et enjeux » ; Ulrich Schädler, « La marelle ronde – le jeu le plus populaire des Romains ou une invention des archéologues ? » et Alex de Voogt, « How dice throw light on Eurasian history : an exploratory study in the Netherlands »).

Après une conclusion générale, prononcée par Véronique Dasen et Ulrich Schädler, ce dernier a proposé, au grand bonheur du public, une initiation aux jeux antiques.

À retrouver sur la Forge numérique

 

Crédits photos : Musée archéologique de Vieux-la-Romaine

 


Dominique Hureaux

Chargé de communication de la MRSH

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.