Journal d’Irina A. Khorochounova : témoignage inédit sur la guerre à l’est

Le 12 décembre, Boris Czerny, Professeur de littérature et de civilisation russe à l’université de Caen Normandie, membre de l’équipe ERLIS, a donné une conférence au Mémorial de Caen autour de l’ouvrage d’Irina A. Khorochounova, Carnets de Kiev 1941 – 1493 – Journal d’une bibliothécaire russe pendant l’occupation allemande[1], dont il a assuré la traduction. L’occasion de raconter comment il a découvert ce texte qui éclaire d’un jour nouveau la vie à Kiev durant l’occupation allemande.

Boris Czerny a débuté son intervention en replaçant l’ouvrage dans son contexte historique, précisant qu’il était nécessaire de remonter à la cohabitation entre juifs et ukrainiens, au début du 18e siècle, pour bien l’appréhender. Kiev se situait sous l’empire tsariste dans ce que l’on appelle la zone de résidence[2], un territoire très vaste, de la Lituanie à Odessa, créé par l’impératrice de Russie Catherine II en 1791, où les Juifs furent cantonnés jusqu’en 1917.

En gris la Zone de Résidence – Wikipédia (Domaine public)

Les relations entre la population juive et la population ukrainienne purent être harmonieuses, mais les contraintes économiques les rendirent parfois difficiles. Il y eut plusieurs pogroms[3] perpétués envers les Juifs, principalement au moment des fêtes de Pâques, les Ukrainiens s’attaquant au peuple qui avait tué le Christ (1870, 1881,1882, 1905, 1907).

Se sentant opprimés, les Juifs s’engagèrent dans des mouvements révolutionnaires. Le Bund[4], formé à Minsk (Biélorussie), eut ainsi une forte influence en Ukraine. De jeunes Juifs montèrent en grade au sein du Parti communiste et appliquèrent la politique de Staline, privant les paysans de terre et de bétail au nom de la collectivisation. Tous les Juifs ne furent pas complices de cette politique mais les Ukrainiens l’interprétèrent comme tel et les rendirent responsables de la grande famine de 1933. En 1941, le peuple ukrainien, affamé par le pouvoir soviétique, accueillit les soldats allemands en libérateurs. Ce fut une véritable fête. C’est un peu avant cet épisode de l’histoire que le livre débute.

Stepan Bandera – Wikipédia (Domaine public)

Après ce rappel historique, Boris Czerny a expliqué que, malgré l’arrestation de sa mère par Staline en 1937, Irina Khorochounova resta fidèle à l’Union soviétique. Il l’a expliqué par sa situation personnelle, elle était intellectuelle, bibliothécaire et russe, vivant dans un environnement hostile à ce qu’elle représentait. Les Ukrainiens profitèrent en effet de l’arrivée des allemands pour se libérer de la Russie, instaurant une république indépendante avec à sa tête Stepan Bandera[5], un nationaliste qui aujourd’hui encore est un héros national.

À partir de 1937, Irina Khorochounova rédigea un journal dans lequel elle témoigna des bouleversements qui touchèrent Kiev et plus largement l’Ukraine et l’URSS, avant et après la Seconde Guerre mondiale. Lorsque la guerre arriva à Kiev, elle écrivit au jour le jour, avec une grande régularité. C’est ce document exceptionnel que Boris Czerny a eu la chance de trouver aux Archives des Organes du pouvoir et de direction de la République d’Ukraine, alors qu’il menait des recherches sur le massacre de Babi Yar[6]. Babi Yar est le nom d’un ravin qui se situait en dehors de Kiev. Les 28 et 29 septembre1941, les nazis demandèrent aux Juifs de se rassembler à un carrefour et de se préparer à partir. Plus de 30 000 d’entre eux furent exterminés en deux jours, hommes, femmes, enfants, au cours du plus grand massacre de la Shoah par balles. Babi Yar symbolise une nouvelle méthode d’extermination du peuple juif appliquée par les Allemands, en opposition aux ghettos mis en place en Pologne, en Lituanie..

Dans toutes les villes occupées, dans les camps, des personnes eurent besoin de poser par écrit leurs souffrances pour laisser une trace, mais il n’y avait rien sur l’occupation de Kiev. Boris Czerny s’y rendit pour essayer de combler cette lacune et comprendre comment les gens avaient vécu l’histoire de Babi Yar. Il visita plusieurs bibliothèques pour finalement trouver ce document inédit qui dormait aux Archives du pouvoir dans 6 cartons jamais étiquetés. Irina Khorochounova avait essayé de faire publier une version édulcorée de son journal au début de la Perestroïka, en 1984, sans les noms, sans allusions aux juifs avec beaucoup de coupes, mais il fut refusé. Personne ne l’avait plus consulté depuis.

Boris Czerny a tout de suite compris qu’il tenait entre ses mains un écrit exceptionnel. Il est exceptionnel parce qu’il est d’une grande sobriété. Irina ne juge pas, elle se contente de constater tout ce qui se passe autour d’elle, à son travail, dans la rue, sur les marchés. On peut enfin savoir comment se passait la vie à Kiev, comment les gens avaient vécu la disparition des personnes qu’ils aimaient, de leurs voisins juifs, comment eux même avaient été victimes des persécutions nazies… Elle raconte comment, au tout début de l’invasion allemande, Kiev devint une poche où vont être parqués par l’armée allemande, dans des conditions déplorables, 200 – 300 000 soldats soviétiques, avant d’être répartis dans des camps.

     C’est une mission de ne pas laisser comme ça se refermer la plaie de l’histoire, il faut faire revivre le temps.

Avant de lire quelques extraits, Boris Czerny a insisté sur ce qui l’avait frappé en traduisant ce texte, précisant qu’il avait eu du mal à s’en défaire une fois la tâche accomplie.

Il s’est tout d’abord étonné que la population de Kiev n’ait plus jamais parlé des 30 000 Juifs exterminés à Babi Yar, comme s’ils n’avaient jamais existé. Cela rend nécessaire le travail de mémoire pour faire ressortir ces personnes du néant.

Il a également été frappé par la faculté des gens à s’adapter à tout, les restrictions, les persécutions, la haine… plus rien ne les surprend, pas même les cas d’anthropophagie.

Enfin, il a mentionné la rencontre d’Irina Khorochounova avec un Allemand venu prendre des cours de russe. Un Allemand ni pire, ni meilleur que les autres, avec qui on devine que des liens s’étaient créés. Au cours de leurs échanges, ils mirent en parallèle la terreur sous le régime nazi et celle sous le régime soviétique, vingt ans avant Vie et Destin de Vassili Grossman.

Cette soirée s’est terminée par un moment d’échanges avec le public.


En vidéo, la présentation de l’ouvrage par Boris Czerny


[1] Carnets de Kiev, 1941-1943. Journal d’une bibliothécaire russe pendant l’occupation allemande, Irina Khorochounova, Calmann Lévy, 2018, Mémorial de la Shoah, 601pages

[2]  https://fr.wikipedia.org/wiki/Zone_de_Résidence

[3] Détruire, piller http://memories-testimony.com/notice-courte/pogrom/

[4] https://fr.wikipedia.org/wiki/Union_gérale_des_travailleurs_juifs

[5] https://fr.wikipedia.org/wiki/Stepan_Bandera

[6] https://fr.wikipedia.org/wiki/Massacre_de_Babi_Yar


Dominique Hureaux

Chargé de communication de la MRSH

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.