Claudio PIZZORUSSO en Masterclass à la MRSH

Brigitte POITRENAUD-LAMESI (LASLAR)

Jean-François de la Motte – Trompe-l’oeil
(1667 – Arras, Musée des Beaux-Arts)

La Masterclass du professeur Claudio Pizzorusso, historien de l’art, a été organisée par la MRSH de l’université de Caen Normandie du 17 au 19 octobre 2018. Elle s’est inscrit dans une réflexion sur l’Actualité de l’ancien,recherche initiée par le laboratoire LASLAR.

Claudio Pizzorusso a donné une première conférence intitulée « Si ce sont les plumes qui font le plumage, ce n’est pas la colle qui fait le collage ». Il a présenté, sous forme synthétique, une histoire du collage, le sujet des cours dispensés par le professeur Claudio Pizzorusso dans le cadre de la chaire d’histoire de l’art qu’il occupe à l’université de Naples Federico II. En prenant Picasso et Braque comme références principales, il s’agissait d’interroger une technique pauvre offrant toutefois un large éventail de possibilités artistiques. L’exposé a montré que les collagistes ont eu recours à de multiples pratiques, autres que le strict collage, pour associer des images : grattage, épinglage, agrafage, superposition, etc. Le thème du collage invite aux télescopages des périodes historiques, à la confrontation des enjeux culturels et artistiques en ayant recours à l’abolition des frontières temporelles ou spatiales par la technique de l’assemblage. (A réécouter sur la Forge numérique)

La double conférence intitulée « Artistes en regard » était consacrée à deux artistes peu connus du début XXe siècle : un sculpteur toscan à Paris, Libero Andreotti (1875-1933), et un décorateur de théâtre, peintre fresquiste parisien en Toscane,René Piot (1866-1934). Le premier étant interprété comme une sorte de Donatello en France, le second ayant proposé une curieuse interprétation de la Renaissance florentine. Il s’agit de deux expériences artistiques similaires qui s’inscrivent dans un rapport culturel très circonscrit – Antoine Bourdelle, Aristide Maillol et Auguste Rodin pour le premier, Gustave Moreau et les Nabis pour le second – qui débouchent cependant sur des pratiques très différentes. Le parcours croisé entre Paris et  Florence est aussi une double mise en perspective qui s’articule autour du thème de la prégnance du Quattrocento dans les productions artistiques contemporaines. (A réécouter sur la Forge numérique)

La conférence/débat intitulée Qu’est-ce que l’Ancien ? se présentait comme un retour aux questions théoriques telles qu’elles ont été abordées dans le cadre du Séminaire LASLAR Actualité de l’ancien. Elle poursuivait une réflexion initiée par plusieurs chercheurs éminents (Pierre Judet de La Combe, Carlo Vecce, François Hartog)  en fonction de leur approche spécifique : la traduction des textes anciens, le travail philologique, le questionnement de l’historien sur l’expérience du temps. La question était posée cette fois à un historien de l’art. Elle a permis d’envisager le problème des définitions et dénominations en s’arrêtant sur les notions de réception, d’héritage et de transmission dans le domaine artistique.

Le Professeur Claudio Pizzorusso est titulaire de la chaire d’Histoire de l’Art Contemporain à l’Université« Federico II » de Naples. Il a enseigné dans les universités d’Urbino,de Florence et de Sienne. Ses travaux principaux concernent la peinture et la sculpture en Toscane aux XVIe et XVIIe siècles : Ricerchesu Cristofano Allori, 1982 ; A Boboli e altrove. Sculture e scultori fiorentini del Seicento, 1989 ; Giambologna e la scultura della Maniera,2008. Ses études sur le XXe siècle portent sur les échanges artistiques entrel’Italie et la France (Libero Andreotti, Moses Levy, Maurice Denis, René Piot) et, tout récemment, sur les rapports entre Bernard Berenson et le milieu littéraire et artistique français. Il a projeté et réalisé de nombreuses expositions: Il Seicento fiorentino, Florence, Palais Strozzi, 1986 ; La cultura europea di Libero Andreotti, Florence, Musée Marini, 2000 ; Federico Barocci. L’incanto del colore, Sienne, Santa Maria della Scala, 2009 ; Puro,semplice e naturale nell’arte a Firenze tra Cinque e Seicento, Florence,Galerie des Offices, 2014. Il a reçu le « Prix Salimbeni pourl’Histoire et la Critique de l’Art » en 2011.


Dominique Hureaux

Chargé de communication de la MRSH

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.