Voter autrement, les premiers résultats

Le 23 avril dernier, lors du 1er tour des élections présidentielles, des chercheurs du CREM (Centre de Recherche en économie et Management – Université de Rennes 1, UNICAEN, CNRS) ont mené, dans le cadre du projet Voter Autrement 2017, une expérimentation portant sur différents modes de scrutin à l’école Quesnel d’Hérouville-Saint-Clair.

660 électeurs ont accepté de participer à cette expérimentation tout en indiquant leur vote au scrutin officiel*. Il s’agissait de leur faire tester deux modes de scrutins :
• le vote par approbation : l’électeur indique quels sont les candidats à qui il souhaite accorder son soutien, le candidat soutenu par la plus forte proportion d’électeurs est élu ;
• le vote par note : l’électeur note tous les candidats sur une échelle de 0 à 3 ou de 0 à 5, le candidat ayant obtenu la note moyenne la plus élevée est élu.
Ces modes de scrutin ont été très bien perçus puisque le nombre de bulletins expérimentaux exprimés est important (96% pour le vote par approbation et 97% pour le vote par note). Ils ont par ailleurs permis aux électeurs de s’exprimer davantage qu’au vote officiel. En effet, chacun d’entre eux a en moyenne approuvé 2,4 candidats et attribué une note strictement positive à 4 (échelle 0 à 3) ou 4,5 (échelle 0 à 5) d’entre eux.

Au niveau de l’école Quesnel, les votes expérimentaux désignent un vainqueur différent de celui obtenu au scrutin officiel. Jean-Luc Mélenchon arrive en effet en tête avec chacune des méthodes expérimentales, alors qu’au vote officiel c’est Emmanuel Macron qui a recueilli le plus de voix. Globalement, le vote par approbation et les votes par note donnent des classements très proches les uns des autres et notablement différents de celui obtenu à l’issue du scrutin officiel.
Les chercheurs ont ensuite extrapolé les résultats expérimentaux à l’échelle nationale. Emmanuel Macron arrive alors en tête mais le classement des autres candidats est profondément modifié par rapport au scrutin officiel, ceux qui gagnent ou perdent des places sont les mêmes, quel que soit le mode de scrutin alternatif testé.
De manière globale, les scrutins multi-nominaux tels que le vote par approbation et le vote par note mettent au jour des informations (adhésions, rejets…) qui sont masquées par le scrutin (mono-nominal) officiel.

* 17 électeurs supplémentaires, qui ont voté blanc au scrutin officiel, ont participé à l’étude. Leur vote a fait l’objet d’une analyse spécifique que vous retrouverez dans le compte-rendu complet

Compte rendu détaillé pour Hérouville-Saint-Clair : www.gate.cnrs.fr/IMG/pdf/compterendu_hsc.pdf

Toutes les informations sur les résultats du projet Voter Autrement : www.gate.cnrs.fr/spip.php?article580

 

© : Solitude, Mortimer62 via flickr.com – Licence CC


Dominique Hureaux

Chargé de communication de la MRSH

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.