De Pékin à Caen, expertises croisées sur les risques environnementaux

par Arnaud Morange (pôle Risques de la MRSH)

Soucieux de développer ses partenariats internationaux, le Pôle Risques, Qualité et Environnement Durable a accueilli, du 26 au 28 octobre 2016, une délégation de 21 hauts fonctionnaires chinois, responsables du Barrage des Trois Gorges, sur le Yangzi Jiang, dans la province du Hubei.

Le directeur du réservoir (de plus de 1 000 km2 et produisant l’équivalent énergétique d’une vingtaine de réacteurs nucléaires), Monsieur Ruan Limin, était accompagné de cadres de direction, d’ingénieurs et d’analystes des divers enjeux environnementaux liés à l’édification, durant 17 ans, puis à la mise en eau, de 2006 à 2009, de cette structure monumentale (de 2,5 km de long pour 185 m de haut). La délégation a fait le déplacement à Caen (par l’entremise de l’Association Franco-Chinoise d’échanges économiques, culturels et éducatifs, dirigée par Mme Duan Li Sheng, ancienne étudiante caennaise) pour trouver, au sein de notre MRSH, un espace de réflexion dépassant des dimensions proprement techniques. Il est vrai que le barrage des Trois Gorges pose de nombreuses questions, et à plusieurs de nos disciplines. Il est reconnu comme une conquête technologique utile (gestion des crues, amélioration de la qualité de l’eau potable, réduction de la part du charbon dans la consommation énergétique…), mais il est aussi le symbole des effets destructeurs du « progrès » (disparition d’un territoire ancestral avec l’engloutissement de 600 km2 de terres cultivables, de forêts et d’un millier de villes et villages, déplacement forcé de 1,4 million d’habitants, raréfaction de l’eau pour les populations et les terres situées en aval du réservoir, accroissement des risques de glissements de terrain en amont et du risque sismique dans la région…). Le barrage cristallise la problématique du ratio coûts-risques-bénéfices dans les choix technologiques qui peuvent être faits au nom du développement économique.
Les travaux présentés à nos hôtes s’inscrivaient ainsi dans plusieurs des axes de réflexion développées de manière pluridisciplinaire au sein du Pôle : risques techniques et environnementaux, relations hommes-milieux, préservation des écosystèmes et durabilité, choix énergétiques. Durant trois jours, nos invités chinois ont pu bénéficier de communications relatives à notre mode d’organisation institutionnelle face aux risques, tant dans ses aspects formels – bien distincts de ceux du dragon asiatique -, que théoriques, s’appuyant sur des retours d’expériences et controverses. Avec le concours de l’Institut Régional du Développement Durable (IRD2), le Pôle a pu mobiliser des spécialistes du domaine de la gestion de l’eau et des rivières questionnant réellement l’articulation populations-territoires-milieux. C’est ainsi que sont intervenus des représentants normands de l’Agence de l’eau (I. Legrand et F. Renault) à propos de la manière de concilier gestion de l’eau et continuité écologique ; un expert et universitaire de la Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (F. Gresselin), pour une approche systémique de l’environnement au sein des territoires et des politiques locales ; tandis qu’un responsable de la Cellule d’Animation Technique pour l’Eau et les Rivières de Basse-Normandie (CATER), S. Weil, présentait in situ plusieurs réalisations normandes. F. Lemarchand (co-directeur du Pôle) et A. Morange (organisateur de l’événement pour le Pôle) ont proposé pour leur part aux visiteurs une vision critique de la gestion des risques et des situations de post-catastrophes, étayée par des études de cas. L’ensemble a donné lieu à des questions nourries de la part des participants et à des discussions riches qui permettent de préjuger de collaborations futures.
Les problèmes environnementaux sont particulièrement importants en Chine, dans le même temps que le pays se montre déterminé pour mieux les prendre en compte. Cette grande nation, en dépit de ses contrastes forts et de ses paradoxes, offre un champ d’analyses socio-environnementales incontournable pour les chercheurs occidentaux. Ces rencontres, que le Pôle Risques souhaite renouveler, permettent de mieux encore mesurer et penser les enjeux planétaires d’un certain mode de développement, dans le même temps qu’elles élargissent la visibilité des sciences humaines et sociales auprès d’acteurs institutionnels étrangers qui sont demandeurs d’éclairages pour leur propre avenir. Gageons que des journées comme celles-ci, fortement soutenues par la direction de l’établissement, permettent une meilleure compréhension entre les différentes « cultures du risque », allant dans le sens d’une réduction de la catastrophe environnementale planétaire en cours !
Arnaud Morange


Dominique Hureaux

Chargé de communication de la MRSH

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search