Sur la route des stades

par Ludovic Lestrellin (Enseignant-chercheur au CESAMS, université de Caen Normandie)

Le 28 mars 2017, la MRSH de Caen a accueilli la journée « Sur la route des stades » dans le cadre du séminaire « Villes et Sciences sociales ». Deux historiens et deux sociologues ont décliné la thématique annuelle « La ville passante : mobilités et enracinements » à partir du spectacle du football professionnel.
Responsables scientifiques : Ludovic Lestrelin, avec Pierre Bergel et Vincent Milliot

Le football professionnel est un spectacle territorialisé, source de sa popularité. Dans le stade, le soutien envers « son » club va de pair avec la proclamation de la fierté locale et de l’appartenance à la ville ou à la région. Parce que les compétitions nationales et européennes auxquelles prennent part les équipes supposent de jouer « hors de ses bases », le football génère également une mobilité dans les rangs des publics, une facette méconnue de l’activité de ces derniers.

Marion Fontaine a livré une contribution visant à historiciser les déplacements de supporters en croisant les cas lensois et nîmois. Le voyage pour « raisons footballistiques » est une pratique ancienne dont le sens et les fonctions ont cependant évolué. Dans les années 1930, ces périples s’organisent prioritairement à l’échelle régionale et sont effectués en train. Ils sont le fait de ceux qui composent les parties les plus stables et installées de la classe populaire. L’expérience a ainsi une dimension distinctive et s’avère inséparable de l’apprentissage du temps libre et du loisir. Une mutation s’opère dans les années 1950 et 1960. Alors que l’ouvriérisation du football s’accélère, les déplacements concernent de nouvelles catégories sociales et les destinations se font plus lointaines. Aux plaisirs du voyage se substituent peu à peu les enjeux de soutien ostentatoire au club et, partant, d’expression identitaire.

Le propos de Sébastien Louis a permis de prolonger l’exploration de ce basculement en prenant pour cas d’étude le développement d’une forme nouvelle de soutien aux clubs, apparue dans les stades italiens dans les années 1960 et 1970. Fondé sur des pratiques démonstratives et radicales, le supportérisme « ultra » séduit la jeunesse masculine, signe d’une autonomisation grandissante de cette classe d’âge. Par le jeu des retransmissions télévisées et des matchs de coupe d’Europe, l’Italie en vient à incarner le pôle de référence et d’inspiration pour de nombreux jeunes en France. Dès lors se mettent en place des échanges internationaux : transferts culturels, correspondances, amitiés voire jumelages entre groupes ultras, mais aussi visites aux sources même du modèle à l’occasion de séjours initiatiques dans les villes italiennes.

C’est à l’analyse d’une autre forme d’échappée vis-à-vis de l’univers local que s’est consacré Ludovic Lestrelin. Sa contribution a porté sur le cas de supporters de l’Olympique de Marseille localisés dans la région rouennaise. Depuis vingt ans, un collectif organisé porte l’ambition d’encourager l’équipe le plus régulièrement possible dans les stades. Pour ces individus issus des classes populaires, voyager afin de voir jouer le club marseillais est une expérience structurante. Moments de fête et de débridement, les déplacements permettent l’affirmation de soi dans un cadre collectif protecteur et sélectif. Ils participent en outre de l’élargissement de l’univers de vie quotidien via l’ouverture sur le monde extérieur et la constitution d’un capital de relations extra-locales.

Enfin, Nicolas Hourcade a abordé la façon dont l’expérience des supporters se transforme avec la construction de nouveaux stades, véritables complexes de loisir situés en périphérie des villes, mêlant spectacle et activités commerciales. Des tendances générales se dégagent : alors que l’architecture des stades est désormais un enjeu d’image dans une perspective de marketing territorial (le stade « totem »), la standardisation de l’architecture intérieure est manifeste, même s’il existe encore certaines spécificités locales. Si les modes d’occupation des tribunes varient peu (encore que la normalisation des façons de vivre les rencontres pèse dorénavant sur les activités des supporters), les déplacements urbains des jours de match changent et c’est plus largement la relation entre le stade et la ville qui se trouve remodelée.
Cette journée a ainsi posé les premières fondations d’une réflexion amenée à se prolonger. Elle fut aussi une invitation. Celle de prendre le football au sérieux, de le considérer comme une voie d’entrée pertinente pour questionner des phénomènes plus généraux et pour explorer ce qui se joue dans la société française contemporaine.

Crédit photo : Camp Nou, Barcelone par synhack  (Flickr) (CC BY-NC 2.0)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *