Le labyrinthe et le kaléidoscope

Affiche du colloque « Camille Laurens – le labyrinthe et la kaléodoscope » (Infographie MRSH)

par Sylvie Loignon (LASLAR, université de Caen Normandie)

Les 2 et 3 mars derniers, se déroulait le premier colloque international consacré à l’œuvre de Camille Laurens, en partenariat avec l’IMEC et la Maison des écrivains et de la littérature.
Responsables scientifiques : Sylvie Loignon et Isabelle Grell

Ecrivain contemporain, lauréate du prix Fémina et prix Renaudot des lycéens pour Dans ces bras-là (P.O.L., 2000), Camille Laurens est l’auteur d’une œuvre protéiforme et souvent engagée. Elle définit son œuvre par ces deux figures du labyrinthe et du kaléidoscope qui rendent compte de la complexité du rapport de l’auteur au réel et d’une identité flottante. Trois axes ont été dégagés lors de ce colloque pour caractériser cette œuvre riche et dense : d’abord l’exploration du langage. Si Camille Laurens est influencée par Gide et son procédé de la mise en abyme, l’œuvre n’est jamais close sur elle-même. écrire, c’est toujours agir sur le monde et sur l’autre, y compris le lecteur.

Ainsi la communication inaugurale, d’Yves Baudelle (université de Lille 3), s’intéressait au classicisme de l’auteur, définissant à la fois un intertexte, un style et un ethos. L’exploration du langage va de pair avec la restitution d’une parole foisonnante : la polyphonie, dans sa dimension sociale particulièrement, participe d’une écriture qui met à distance le réel. Or, cette polyphonie contribue également à faire émerger le deuxième axe d’analyse : la question du féminin et du féminisme.

Lors d’une table ronde, Marie-Hélène Boblet (université de Caen Normandie), Florence de Chalonge (université de Lille 3) et Mélissa Thériault (université du Québec à Trois-Rivières) ont montré comment les théories féministes (égalitarisme, essentialisme) entraient en résonance dans l’œuvre de Camille Laurens.

Certaines communications (celle de Sophie Jaussi ou encore celle d’Alexandre Dufrénoy) se sont intéressées à la façon dont la parole masculine était traitée voire détournée par l’écrivain qui aime jouer sur les stéréotypes et sur les modèles romanesques, tandis qu’Annie Richard (Association Femmes-Monde) abordait, à travers cette question fondamentale du féminisme, la notion de « neutre ».

Enfin, est apparu un dernier axe d’analyse : l’œuvre s’origine dans la perte – la mort d’un petit garçon que l’écrivain évoque dans le bouleversant Philippe (P.O.L., 1995). à partir de Philippe, la production de Camille Laurens s’est orientée vers l’autofiction. Ainsi, l’œuvre apparaît hantée par une figure fantomatique où se donne à lire l’impossible de la littérature même, selon Johan Faerber (université de Paris 3 – Sorbonne Nouvelle). Adrienne Angelo (Auburn University) et Jutta Fortin (université de Vienne) se sont intéressées à la hantise qui traverse l’œuvre et plus particulièrement l’identité du « je » qui (s’)écrit, grâce à la notion de « mère morte » (Green). Ce double rapport à la perte et au « je » témoigne sans doute des limites de la fiction et de l’autofiction – Philippe Forest (université de Nantes) est ainsi revenu sur « le plagiat psychique » dont Camille Laurens a accusé Marie Darrieussecq lors de la parution du récit de cette dernière, Tom est mort (P.O.L., 2007).

Camille Laurens, présente lors du colloque, a pu apporter de précieuses précisions sur le processus de création qui est le sien. Elle a donné à entendre, lors d’une Soirée lecture à l’IMEC, des extraits de ses textes, tels des fils d’Ariane tendus au lecteur. C’est sur sa présence et sa voix que s’est achevé le colloque lors d’un entretien de l’écrivain avec Isabelle Grell et Sylvie Loignon.

Colloque à retrouver sur la Forge numérique :


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *