Enseigner la lecture : un enjeu scolaire, social et citoyen

par Béatrice Finet (CIRNEF EA 7454, Université de Caen Normandie)

Le 22 mars 2017 s’est déroulée la journée scientifique organisée dans le cadre des journées pôle FETE (Formation, Éducation, Travail, Emploi) de la MRSH avec l’ESPE de Caen et plus précisément, par l’axe 3 du pôle fédératif de recherche de l’ESPE.
Responsables scientifiques : Béatrice Finet et Isabelle Harlé

Cette journée consacrée à l’enseignement de la lecture et ses enjeux s’insère directement dans les travaux menés au sein de l’axe 3 « Mémoires, cultures, parcours » qui propose notamment une réflexion sur l’éducation à la citoyenneté ainsi que sur la scolarisation de savoirs et de pratiques. Elle s’inscrit également dans l’actualité liée aux nouveaux programmes mis en œuvre depuis la rentrée 2016, à la recherche Lire-écrire au C.P. dont les premiers résultats ont fait l’objet d’une restitution en février 2016 à l’I.F.É et ont déjà donné lieu à quelques publications.

La question de la lecture et de son enseignement posée dans le cadre de cette journée dépasse celle de la traditionnelle querelle des méthodes. Il s’agit de s’intéresser aux enjeux citoyens de l’accès à la lecture et aux conditions et aux pratiques qui favorisent la formation du citoyen par le biais de la lecture. Pour le dire autrement, en reprenant les termes de M. Lussault si « la lecture est une compétence majeure pour évoluer dans nos sociétés contemporaines » , est-ce aller trop loin que de se demander si dans nos sociétés il n’y aurait pas un lien à penser entre les phénomènes de délitements sociaux que nous connaissons et l’entrée de tous les élèves dans la lecture ? La question de recherche qui nous a occupés est bien celle de l’articulation entre lecteur et sujet, lecture et intégration.

Marie-France Bishop de l’université de Cergy Pontoise a tout d’abord montré que dès la troisième République l’enseignement de la lecture et la formation du citoyen sont étroitement corrélés, que cette question interroge encore aujourd’hui le lien école et société, ainsi que le rôle de l’école. Cette question de la formation du citoyen a également été abordée par Élisabeth Schneider. à partir de l’analyse des pratiques d’écriture/lecture en ligne des adolescents, telles que Wattpad ou fanfiction.net, notre collègue caennaise a montré que la construction du sujet lecteur-citoyen se trouve particulièrement interrogée dans la mesure où ces sites sociaux induisent des pratiques peu émancipatrices. Cette communication a également posé la question des supports, question abordée et développée également par Jacques Crinon. Ce dernier a montré en effet que les supports composites nécessitent de hiérarchiser, distinguer et classer les informations et que ce travail implicite de sélection n’est pas enseigné, ce qui contribue de fait à accentuer les inégalités entre élèves. Cette question de la compréhension de l’implicite a également été abordée par Pierre Sève de l’université de Clermont-Ferrand et Anne Leclaire-Halté de l’université de Lorraine. Pierre Sève, en s’appuyant sur des exemples de lecture d’album dans des classes de maternelle, montre qu’apprendre à lire c’est aussi dès le plus jeune âge apprendre à lire la règle fictionnelle ; ce qui suppose de la part de l’enseignant que soit explicité et montré aux jeunes élèves ce qu’induit une posture de lecteur. Il conclut son intervention en montrant qu’enseigner la compréhension c’est apprendre à se questionner et que le travail de compréhension ne passe pas par un questionnement du maître vers les élèves mais par des mises en scènes et des mises en voix. Anne Leclaire-Halté de son côté a rendu compte des résultats de la recherche LIRE ÉCRIRE et a ainsi rappelé que le terme « explicitation » apparaît pour la première fois dans le bulletin officiel du 15 novembre 2015 applicable à la rentrée 2016. La recherche dont elle rend compte a permis de mettre en évidence que les quatre indicateurs d’explicitation (explicitation en pourquoi, en comment, mémoire didactique en ouverture de séance et mémoire didactique d’institutionnalisation) jouent un rôle certain dans la réussite des élèves, notamment pour les élèves en difficulté. Enfin Sophie Briquet de l’université Rouen Normandie a exposé les résultats d’une recherche qu’elle a menée. Cette communication fut particulièrement éclairante quant aux difficultés de lecture rencontrées par les élèves de cycle 3. Sa recherche, qui a porté sur des élèves en difficulté de lecture, a montré que ces élèves ne maîtrisent pas la notion de mot et que des questions précises sur les notions de rimes ou de syllabes génèrent de leur part des non réponses. Un entraînement approfondi de la conscience phonologique et du nom des lettres a eu sur un groupe témoin un effet bénéfique quant à leurs progrès en lecture.

La question de la lecture et de ses enjeux civiques a donc été abordée à travers des prismes différents, mais complémentaires tels que la question de l’enseignement de la compréhension par le biais de celui de l’implicite, des supports et de la remédiation pour les élèves qui sont en difficulté. Toutes ces réflexions ont permis de nourrir la réflexion professionnelle des étudiants, conseillers pédagogiques et professeurs des écoles maîtres formateurs qui ont suivi ces communications avec intérêt. Pour répondre aux demandes qui nous ont été faites, la publication des actes de cette journée est envisagée.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *